L’inflation est une préoccupation pour les entreprises, tout comme la récession. De fait, la dernière fois que les équipes dirigeantes débattaient à ce point de la récession, elles en connaissaient une.

Par Tina Fong, Strategist

 

Tina Fong

L’inflation concentrait l’attention des entreprises américaines de façon inédite fin 2021 (voir What analysing language tells us about inflation).

L’inflation reste un sujet fréquemment évoqué dans les discussions avec les entreprises, aux côtés des salaires et des chaînes d’approvisionnement. Mais l’attention des entreprises se tourne de plus en plus vers le risque de récession et les craintes de récession n’ont jamais été aussi élevées.

Comment le savons-nous? En collaboration avec les experts de notre Data Insights Unit (DIU), nous avons eu recours au traitement du langage naturel (NLP) pour analyser des milliers de transcriptions de présentations de résultats d’entreprises. Ces transcriptions reproduisent par écrit les points évoqués par des entreprises américaines cotées en bourse lors de la présentation de leurs résultats.

Analyser manuellement des milliers de présentations chaque mois serait un exercice pour le moins fastidieux. Cependant, le NLP exploite la puissance des ordinateurs pour analyser le nombre de documents qui mentionnent un mot ou une phrase donné(e) dans le temps.

Le risque de récession inquiète clairement les entreprises

Au cours du deuxième trimestre 2022, le nombre de transcriptions mentionnant le terme «récession» a été le plus élevé depuis la pandémie de Covid en 2020 (graphique 1). Les entreprises des secteurs financier et industriel sont celles qui ont le plus évoqué la perspective d’une récession, à tel point qu’elles représentent la moitié des mentions documentées sur ce sujet.

Si cette analyse ne peut être comparée qu’à deux récessions depuis 2005, la forte hausse du nombre de mentions du terme récession est pour le moins préoccupante. Lors des précédents épisodes où ce nombre était élevé, l’économie américaine était en récession. Nous utilisons ici les récessions datées officiellement par le NBER (National Bureau of Economic Research).

Dans le même temps, le nombre de transcriptions mentionnant le terme «récession» ainsi que des mots tels que «préoccupations» et «craintes» a bondi à un niveau record. Non seulement les entreprises évoquent le risque de récession, mais elles sont aussi clairement préoccupées par cette perspective.

2022.08.08.Recession fears

Alors que la Réserve fédérale (Fed) a relevé ses taux d’intérêt rapidement en réponse au niveau élevé de l’inflation, il n’est guère surprenant que le sujet de la récession mobilise autant l’attention des entreprises et même du grand public. Nous savons que ce dernier s’inquiète de la récession car les recherches sur Google mentionnant le terme «récession» se multiplient, et semblent même atteindre un niveau plus élevé que dans le cas des discussions entre entreprises américaines (graphique 2).

Les consommateurs américains sont sans doute préoccupés par un retournement imminent de l’économie car ils ressentent la pression sur leurs revenus découlant de la hausse des prix de l’énergie et des produits alimentaires.

En comparaison, les bénéfices des entreprises se montrent jusqu’à présent solides cette année, certaines sociétés en mesure d’imposer leurs prix ayant pu répercuter la hausse des coûts. Cela étant, les entreprises sont confrontées de plus en plus à la hausse des salaires et des prix des matières premières. Dès lors, le nombre de mentions du terme récession parmi les entreprises pourrait encore augmenter lors de la prochaine saison des résultats.

2022.08.08.Google search

Les discussions sur les salaires se multiplient tandis que celles sur l’inflation restent nombreuses

Les entreprises s’expriment manifestement plus souvent sur le risque de récession, mais un nombre record de transcriptions continuent de mentionner le terme «inflation» aux côtés de mots tels qu’«augmentation» ou «accroissement». Le graphique 3 montre que l’indice NLP du terme «inflation» évolue au gré du taux d’inflation effectif aux États-Unis. Autrement dit, les discussions de l’inflation parmi les entreprises confirment la tendance observée dans l’économie en général.

2022.08.08.Inflation

Si les mentions du terme «inflation» lors des comptes-rendus des entreprises restent élevées, nous constatons également une augmentation du nombre des mentions évoquant les salaires cette année. Le graphique 4 montre que le nombre de transcriptions mentionnant le mot «salaires» atteint un plus haut historique et évolue en rapport étroit avec la hausse des salaires.

Ainsi, depuis le début de l’année, les dirigeants d’entreprises semblent davantage préoccupés par les effets de second tour de l’inflation. Cela n’est pas surprenant sachant que l’inflation se révèle moins transitoire que prévu et que le marché du travail reste tendu aux États-Unis.

Quel est le sujet de conversation le plus courant parmi les entreprises?

Dans notre sélection de mots clés, le terme «chaînes d’approvisionnement» reste celui le plus mentionné, à l’instar du trimestre précédent (graphique 5). Et ce malgré l’amélioration des délais de livraison des fournisseurs, selon les indices des directeurs d’achats (PMI).

Le risque de nouveaux confinements en Chine avec le maintien par les autorités de la politique «zéro Covid» semble en être la cause probable. En outre, la guerre en cours en Ukraine pourrait provoquer de nouvelles perturbations.

Il n’est dès lors pas surprenant que les entreprises restent préoccupées par les difficultés liées aux chaînes d’approvisionnement.

2022.08.08.Supply chain

Le terme «inflation» arrive très près derrière en deuxième place, suivi du terme «récession», qui a dépassé les mentions du mot «salaires» par rapport au premier trimestre de cette année.

En amont du démarrage de la saison des résultats du deuxième trimestre aux États-Unis, il sera intéressant de voir si le sujet de préoccupation majeur des entreprises se détournera de l’inflation pour se concentrer davantage sur la récession. Cela signifierait que les entreprises s’inquiètent de plus en plus de la croissance et de l’évolution des bénéfices.

Ces données alimentent notre analyse du stade du cycle économique que nous pourrions avoir atteint, à savoir la période durant laquelle l’économie passe d’une situation d’expansion à une phase de contraction, ou de récession, avant de croître à nouveau.

Cette analyse peut aller du suivi du discours des entreprises, à celui d’une série de variables «inflationnistes», «monétaires» et «macro et marchés financiers à court terme», comme le reflète le Tableau de bord Schroders de la récession (voir Schroders Recession Dashboard: what is it telling us?).

 


Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.