Les analystes peuvent trouver dans le discours des dirigeants des indices sur la valeur de l’entreprise. Les mots employés par les dirigeants lors des conférences sur les résultats constituent autant d’indices à exploiter pour nos prévisions de rendement.

Les analyses financières portent généralement sur des données solides, exprimées en chiffres. Mais que doit faire un analyste quantitatif pour trouver d’autres informations sur les performances futures d’un titre ? Cette étude établit des indicateurs fiables à partir de phrases apparemment anodines et montre comment le ton des dirigeants peut aider à prévoir le rendement des titres.

Elle répond à la hausse considérable de données non chiffrées et non structurées et à l’évolution de leur utilisation en matière d’analyse comptable et financière. Notre analyse textuelle porte sur les téléconférences des résultats : tous les trimestres, elles permettent aux dirigeants de discuter des performances récentes et des perspectives. Après une présentation bien préparée, elles laissent généralement place à une série de questions-réponses assez libres. La relative spontanéité de ces échanges peut permettre de détecter des signaux dans le discours des dirigeants, pris ensuite en compte dans nos prévisions.

Un investisseur désireux d’exploiter ces éléments de langage devra étudier plusieurs transcriptions de téléconférences, mais le temps nécessaire à cette opération risque fort de l’empêcher d’en récolter les fruits. Ces stratégies à court terme imposent en outre une rotation importante du portefeuille et peuvent entraîner des coûts de mise en œuvre élevés. Nous préférons examiner le caractère prédictif des indicateurs à moyen terme du sentiment des dirigeants. Utilisés chaque mois pour classer les valeurs et construire les portefeuilles, ils capturent le sentiment qui s’est dégagé des téléconférences des douze derniers mois. Il nous faut par ailleurs environ cinq jours pour exploiter totalement la transcription d’une téléconférence.

Compte tenu du rééquilibrage de nos stratégies effectué chaque mois, nous utilisons cette transcription pour la première fois en moyenne 21 jours après la téléconférence.

Nous couvrons les années 2004 à 2017, avec des titres des grandes et moyennes capitalisations du marché américain, afin que nos conclusions ne dépendent pas de nos arbitrages. Notre indicateur de sentiment (Net Sentiment) repose largement sur la différence d’occurrences entre les mots connotés positivement ou négativement. Pour éviter toute erreur de classification, nous l’avons exclu de cette étude. Nous vérifions aussi que le nom de l’entreprise ne comporte aucun mot évoquant un sentiment et si c’est le cas, nous les éliminons de notre analyse. Nous déterminons qu’une phrase prononcée par un dirigeant est positive si elle contient au moins une expression positive, pas d’expression négative et pas de négation. Nous procédons de même pour repérer les phrases négatives.

Notre indicateur de sentiment pour la conférence reflète la différence entre le nombre de phrases positives et négatives prononcées par les dirigeants.

 


Ce document marketing est exclusivement destiné aux investisseurs qualifiés en Suisse et n’est pas pour l’usage des clients non professionnels. Merci de ne pas redistribuer ce document. Ce document marketing ne constitue pas une recommandation d’investissement sur une classe d’actifs, un titre ou une stratégie en particulier. Il n’est pas soumis aux exigences réglementaires régissant l’impartialité des conseils en investissements/stratégies d‘investissement ainsi que l’interdiction de négoce avant la publication. L’information n’est diffusée qu’à titre d’illustration et ne doit pas être considérée comme une recommandation d’achat ou de vente de titres. Les opinions exprimées dans ce document représentent le sentiment de l’auteur au jour de leur diffusion, elles peuvent différer de celles des autres représentants d’Invesco et être modifiées sans préavis. La valeur des investissements et les revenus vont fluctuer, et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant total de leurs investissements initiaux. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. Aucune responsabilité ne peut être acceptée pour tout malentendu ou pour toute action prise à la lecture de ce document. Ce document est publié en Suisse (et en Liechtenstein) par Invesco Asset Management (Schweiz) AG, Talacker 34, CH-8001 Zurich.