Nous donnons une valeur pécuniaire à divers actifs. Pourquoi ne pas faire de même avec des ressources naturelles finies dont dépend notre bien-être?

Par Jo Marshall, Investment Writer

«Ces derniers siècles d’activité humaine ont enregistré des changements climatiques qui menacent l’existence humaine. Le changement climatique n’est pas la seule menace écologique. Il est largement admis que les dommages à l’environnement naturel et la perte de biodiversité présentent un risque comparable. Les ressources naturelles constituent la contribution la plus importante à l’économie mondiale. Qu’il s’agisse des matières premières, de l’eau, de la protection contre les inondations, de la biodiversité ou de la pollinisation, la nature fournit la plupart des capitaux nécessaires à la production de biens et de services.»

Au cours des 150-200 dernières années, environ 60% de la surface terrestre de la terre a été modifiée, principalement par l’agriculture.

Nous avons tous un rôle à jouer dans la protection de ces ressources afin que l’homme puisse continuer à en bénéficier pour les générations à venir.

Qu’est-ce que le capital naturel?

Le terme est utilisé pour décrire des éléments de nature qui offrent d’importants avantages appelés «services écosystémiques».

Ces mesures comprennent la séquestration ou l’enlèvement de CO2, la protection contre l’érosion du sol et le risque d’inondation, les habitats pour la faune, la pollinisation et les espaces de loisirs et de bien-être.

La nature offre des avantages sociétaux essentiels aux individus et aux communautés du monde entier. La combinaison de sols, d’espèces, de communautés, d’habitats et de paysages qui fournissent ces services écosystémiques est souvent appelée «actifs». L’idée de considérer la nature comme un capital naturel qui reconnaît la véritable valeur des actifs naturels augmente rapidement en popularité.

Bien que le terme soit apparu dans les années 1970, des voix s’élèvent aujourd’hui de plus en plus pour demander à ce que le capital naturel soit considéré comme un actif économique, à l’heure où l’ONU invite les gouvernements à regarder au-delà du PIB.

«Le capital naturel est différent d’autres sources de capital parce qu’il n’est pas produit», explique Dieter Helm, professeur de politique économique et professeur d’économie au New College d’Oxford. Il souligne que le pétrole et le gaz sont des ressources naturelles qui proviennent de la nature elle-même et qui sont à notre disposition à leur point de départ.

2021.08.31.Schoders Quest-ce que le capital naturel

En quoi le capital naturel diffère-t-il d’autres types de capital?

Les machines, véhicules, bâtiments et autres articles fabriqués sont appelés «capital produit».

Ce sont «les choses que nous, humains, avons faites», explique Dieter dans son podcast. «Nous avons transformé les choses qui nous entourent en capital physique utilisé en production.»

Alors que le pétrole et le gaz existent dans la nature, nous utilisons des machines d’origine humaine pour y accéder et les transformer en produits quotidiens comme l’essence et les plastiques. Le capital humain, quant à lui, fait référence à la connaissance, au jugement et à l’expérience que nous apportons en tant qu’humains.

Les trois sources de capitaux travaillent de concert et constituent la base de l’activité économique.

2021.08.31.Schroders Intecaction entre les capitaux

Comment le capital naturel est-il catégorisé?

Le capital naturel peut être divisé en catégories renouvelables et non renouvelables. Le pétrole, le gaz et les minéraux, par exemple, ne peuvent être utilisés qu’une seule fois.

«La question n’est pas forcément que ces biens sont utilisés», explique le professeur Helm. «C’est que si une génération l’utilise, comment compenser les générations futures – parce qu’elle ne leur sera plus disponible?»

Le capital naturel renouvelable est plus indulgent. «Le capital renouvelable, contrairement à d’autres formes de capital, est le capital qui continue d’offrir ses bienfaits pour toujours», dit-il.

Il explique qu’il existe un seuil critique avec ces actifs: si vous épuisez ses stocks au-delà de ce point de bascule, le capital n’est plus renouvelable.

Il est essentiel de maintenir, d’améliorer et de protéger ces ressources afin qu’elles soient à la disposition des générations futures.

Qu’est-ce qu’un exemple de capital naturel renouvelable?

Le professeur Helm, également directeur de Natural Capital Research, souligne les stocks de pêche de la mer du Nord.

«Si vous mangez des kippers ou du hareng, vous bénéficiez des avantages d’un bout de capital naturel renouvelable. À condition que nous ne surexploitions pas ce capital naturel renouvelable, les gens dans 100 ans pourront également avoir des kippers», explique-t-il.

Tant que le stock naturel n’est pas ramené à des seuils critiques, les actifs peuvent se régénérer.

L’homme et le bétail qu’il élève pour la nourriture représentent 96% de la masse de tous les mammifères sur terre.

Est-ce que le capital naturel est la même chose que la biodiversité?

Parfois, les termes sont utilisés de manière à indiquer qu’ils sont interchangeables. Mais la « biodiversité » s’applique aux organismes vivants. Le capital naturel comprend des organismes vivants, mais comprend également le flux des services écosystémiques de cette biodiversité.

Plus de 32’000 espèces sont menacées d’extinction, dont 26% des mammifères, 41% des amphibiens, 33% des coraux et 14% des oiseaux.

Le capital naturel est-il précieux en termes financiers?

Le capital naturel est au cœur de la vie telle que nous le connaissons – nous en sommes entièrement dépendants pour notre survie et notre développement.

Mais la société ne le reconnaît pas officiellement comme un atout économique. Cela signifie que le rôle central de la nature n’est pas pris en compte dans la mesure de la croissance économique et du bien-être.

Il y a aujourd’hui de plus en plus d’appels pour qu’il soit considéré comme tel. Le cadre économique historique de l’ONU, le Système de comptabilité économique et environnementale, aidera les personnes et les entreprises à évaluer plus précisément les ressources naturelles.

L’économie des écosystèmes et de la biodiversité est une autre initiative pionnière qui vise à intégrer la comptabilité du capital naturel en suivant une approche structurée de la valorisation des ressources naturelles.

Entre-temps, la Capitals Coalition, composée de 380 initiatives et entreprises mondiales, tente également de faire en sorte que la plupart des entreprises, des institutions financières et des gouvernements mondiaux prennent en compte le capital naturel dans leur prise de décision d’ici 2030.

Kathy Willis, professeur de biodiversité à l’Université d’Oxford et également directrice de Natural Capital Research, a déclaré que considérer la nature comme un actif et la placer au même bilan que les autres ressources d’une entreprise n’est plus considéré comme une curiosité.

«Les gouvernements, les entreprises et les individus du monde entier commencent à comprendre l’importance critique et la valeur des services écosystémiques fournis par leurs actifs naturels, notamment en matière de stockage et de séquestration du carbone», selon le professeur Willis.

«Il existe un potentiel énorme dans l’investissement dans le capital naturel; un potentiel non seulement pour compenser le carbone et l’ESG, mais aussi pour enrayer la perte de biodiversité mondiale et restaurer certains des écosystèmes les plus importants au monde.»

Bien que représentant moins de 2% de la surface terrestre, les forêts tropicales sont l’habitat de plus de la moitié des végétaux et des animaux du monde.

Le capital naturel doit-il vraiment être la préoccupation des investisseurs?

Selon le Forum économique mondial, plus de la moitié du total du produit intérieur brut mondial, soit 44’000 milliards de dollars, concerne des activités qui dépendent modérément ou fortement de la nature.

Selon Andy Howard, Responsable mondial de l’investissement durable: «La dégradation du capital naturel, y compris la perte de biodiversité et l’épuisement des stocks renouvelables, constitue un réel risque pour les entreprises, leurs bénéfices et les investisseurs.»

Concrètement, les entreprises, les banques et les investisseurs sont confrontés à une augmentation des risques d’assurance, à une hausse des coûts du capital et à une perte d’opportunités d’investissement.

«Les secteurs qui sont trop dépendants des services écosystémiques qui ne sont actuellement pas valorisés ou sous-évalués peuvent voir les valorisations des entreprises affectées lorsqu’elles seront enfin correctement valorisées», explique Andy Howard. Ces secteurs comprennent l’agriculture, l’alimentation et la mer.

«De plus, les pressions réglementaires et politiques commencent déjà à s’accumuler et à se cristalliser. Par exemple, le pacte vert de l’UE contient un élément important pour la biodiversité. Cela pourrait avoir des répercussions directes sur les recettes», explique-t-il.

De même qu’avec le changement climatique, si rien n’est fait, nous en payerons les frais. Le Fonds mondial pour la nature estime un coût direct de 10’000 milliards $ dans le monde entre 2011 et 2050.

Comment le capital naturel s’intègre-t-il aux Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU?

À long terme, le taux d’épuisement du capital naturel doit correspondre au rythme auquel il peut se régénérer, sinon les systèmes de maintien de la vie dont nous avons besoin de la part de la nature s’épuiseront. Les ODD ont été développés sur la base d’un taux d’utilisation durable du capital naturel.

Qu’est-ce que les investisseurs ont fait jusqu’à présent?

Les risques financiers liés à la biodiversité ne sont pas encore pleinement appréciés par la plupart des investisseurs. Les investisseurs ont une «sensibilisation limitée» à la question, selon les Principes pour l’investissement responsable. Et il y a très peu d’engagements ou de politiques en place pour y remédier. Mais la dynamique s’accélère.

Hannah Simons, Responsable de la stratégie de durabilité chez Schroders, observe: «La Banque mondiale et les investisseurs internationaux s’efforcent d’établir un engagement collaboratif dans le même sens que le Climate Action 100+. La Nature Action 100+ cherche à faire évoluer les 100 premières entreprises ayant le plus d’impact négatif sur la nature.»

Elle souligne que des travaux ont commencé sur un Groupe de travail sur la publication d’informations financières relatives à la nature (Taskforce for Nature-related Financial Disclosures) avec un plan de création d’un cadre, à l’instar du Groupe de travail sur la publication d’informations financières relatives au climat, pour que les entreprises publient leur exposition aux risques financiers relatifs à la nature d’ici fin 2023.

«Les cibles scientifiques en matière de nature sont en phase de développement par le Réseau des cibles scientifiques », explique-t-elle. « Ces objectifs sont une façon dont les entreprises peuvent aligner leurs actions individuelles en matière de durabilité sur les objectifs environnementaux convenus à l’échelle mondiale.»

Que doivent faire les investisseurs de plus en ce qui concerne le capital naturel?

Les investisseurs peuvent jouer leur rôle en allouant leur capital à des investissements qui préservent notre environnement naturel et en comprenant comment les entreprises de leurs portefeuilles utilisent et s’appuient sur le capital naturel.

Kate Rogers, co-responsable des œuvres caritatives chez Cazenove Capital, qui supervise les portefeuilles appartenant aux fondations et aux œuvres caritatives, souligne l’importance de la collaboration des investisseurs. «Nous sommes impatients de travailler aux côtés d’autres investisseurs axés sur des objectifs dans le cadre d’un nouveau programme d’engagement collaboratif demandant aux entreprises de valoriser, de protéger et de restaurer la nature. Nous considérons l’actionnariat actif comme un élément clé de notre action pour enrayer la perte de biodiversité.»

Andy Howard indique: «Nous pouvons agir en tant qu’actionnaires actifs de nos investissements, en utilisant les données disponibles pour séparer les leaders des retardataires et stimuler le changement, en particulier parmi les retardataires, afin de les aider à améliorer les pratiques commerciales».

Hannah Simons déclare: «Il est également de notre responsabilité, en tant qu’investisseurs, d’encourager les tiers à collecter et à diffuser des données cohérentes et comparables relatives à la nature, et d’inviter les entreprises à s’impliquer dans les pilotes du Groupe de travail sur la publication d’informations financières relatives à la nature.»

 


Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.