Les marchés actions chinois ont connu une semaine mouvementée. Nous expliquons pourquoi et obtenons les points de vue de nos experts Robin Parbrook, Maggie Zheng et David Rees.

Par Emma Stevenson, Correspondante Actions et Andrew Rymer, CFA, Spécialiste de l’investissement sur les marchés émergents

 

Emma Stevenson

La semaine du 7 mars, les actions de Chine continentale et de la région administrative spéciale de Hong Kong ont connu une déroute suivie d’un rebond au cours des deux derniers jours.

Le 15 mars à la clôture, l’indice MSCI China s’inscrivait en baisse de près de 25% depuis le début du mois et de près de 30% depuis le début de l’année. Ce niveau était revenu à moins de 20% depuis le début de l’année à la clôture du 16 mars et les marchés poursuivent leur rebond aujourd’hui.

2022.04.08.Marché chinois

Qu’est-ce qui a déclenché la correction?

1. Évolution de la réglementation américaine relative aux actions chinoises cotées aux États-Unis

Andrew Rymer

La baisse du marché dans un premier temps a fait suite à une annonce du régulateur américain, la Securities and Exchange Commission (SEC), concernant les sociétés chinoises cotées aux États-Unis.

La SEC a confirmé le nom des cinq premières sociétés devant faire l’objet d’une radiation si elles ne donnent pas à l’autorité de contrôle l’accès à leurs données comptables, tout en indiquant que d’autres pourraient être ajoutées à la liste au gré de la publication de leurs résultats financiers.

Il s’agit d’une question litigieuse depuis un certain temps qui se rapporte au «Holding Foreign Companies Accountable Act». Ces annonces marquent le début d’un processus dont la mise en œuvre pourrait prendre jusqu’à deux ans. Si appliquées comme indiqué, elles pourraient affecter jusqu’à 270 sociétés. Il n’y a là rien de réellement nouveau mais cette annonce, conjuguée à d’autres événements mondiaux, semble avoir induit une réévaluation de ces risques.

2. Recrudescence de la Covid et nouvelles mesures de confinement

La Région administrative spéciale de Hong Kong (RAS) a connu une forte augmentation du nombre des nouveaux cas quotidiens de Covid-19 en raison de la propagation du variant Omicron. Dans une moindre mesure, cette hausse a également été observée en Chine continentale ces dernières semaines, mais l’impact économique pourrait être plus important.

2022.04.08.Covid

Les autorités ont réagi en imposant des mesures de confinement dans certaines villes. Celles-ci incluent le pôle économique majeur qu’est Shenzhen, pour une période d’une semaine dans un premier temps. Shenzhen est l’un des principaux centres de production électronique. Si ces mesures de confinement venaient à se prolonger, elles pourraient provoquer des perturbations plus importantes et aggraver les problèmes que connaissent les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Ces événements font naître une forte incertitude quant au calendrier d’une possible levée de la politique «zéro Covid» en Chine.

3. Montée des craintes géopolitiques liées à l’invasion de l’Ukraine par la Russie

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a entraîné une réévaluation plus générale des risques géopolitiques. Durant le week-end, la parution d’articles aux États-Unis indiquant que la Russie avait demandé l’aide militaire de la Chine pour soutenir son invasion en Ukraine a renforcé les inquiétudes des investisseurs étrangers.

4. Détérioration des perspectives économiques

Les prévisions de Schroders concernant l’économie mondiale penchent davantage en direction d’une stagflation. Ce risque pourrait encore s’aggraver si les prix du pétrole continuent de grimper et si la perturbation des chaînes d’approvisionnement persiste, face à l’ampleur des sanctions imposées à la Russie.

La Chine ne sera pas épargnée par cet impact. En effet, les marchés anticipent des conditions plus difficiles à venir, compte tenu de la recrudescence de la Covid et de la détérioration des perspectives mondiales.

David Rees, économiste des marchés émergents:

David Rees
David Rees

«Il y a au moins trois raisons de penser que l’économie chinoise marquera le pas dans les mois à venir. Premièrement, les exportations de produits manufacturés, qui ont été le principal moteur de la croissance durant les deux dernières années, devraient ralentir. Les perspectives économiques mondiales semblent de plus en plus stagflationnistes, laissant présager que la hausse de l’inflation, notamment celle des prix des produits de base comme les denrées alimentaires et l’énergie, pourrait bientôt freiner la demande de biens manufacturés. Deuxièmement, les cas de Covid-19 sont en forte hausse en Chine, à tel point qu’ils sont désormais à leur niveau le plus élevé depuis la première vague de la pandémie début 2020. La multiplication du nombre de cas est susceptible de provoquer de nombreuses perturbations. Troisièmement, il n’y a pas eu d’assouplissement significatif de la politique monétaire jusqu’à présent.»

Pourquoi les marchés se sont-ils redressés depuis?

Face à la chute libre des marchés, le vice-Premier ministre Liu He, et les conseillers économiques du président Xi, se sont engagés à prendre des mesures pour soutenir l’économie et les marchés. Cette annonce a fait suite à une réunion spéciale du Comité de stabilité financière et de développement du Conseil d’État.

Liu He a indiqué que les autorités de régulation chinoises avaient mené un dialogue constructif avec leurs homologues américains pour résoudre les problèmes liés aux actions chinoises cotées aux États-Unis. De plus, il a rassuré les investisseurs sur le fait que l’objectif du gouvernement est de préserver la croissance stable et saine des plateformes Internet chinoises et de maintenir leur compétitivité mondiale. Enfin, il a spécifiquement évoqué l’importance pour la Chine de la stabilité des marchés financiers de Hong Kong.

Les marchés financiers ont fortement rebondi suite à ces annonces.

Quid pour la suite?

Robin Parbrook, gérant de fonds, Actions asiatiques:

Robin Parbrook

«Cette semaine, la forte correction des sociétés Internet chinoises tient à plusieurs facteurs. Parmi ceux-ci figure le durcissement de la réglementation. Par exemple, certaines sociétés d’Internet ont récemment réduit les frais qu’elles facturent aux commerçants pour leurs services, tandis que d’autres sont sous le coup d’amendes pour infraction à la réglementation sur le blanchiment d’argent.»

«Tout cela découle de la volonté continue de l’État d’accroître son emprise sur les sociétés d’Internet. Depuis longtemps, les priorités d’investissement des sociétés qui composent les bourses chinoises sont davantage en phase avec celles de l’État plutôt qu’axées sur l’objectif de maximiser la rémunération à long terme des actionnaires. Depuis un moment, cela s’applique clairement à la plupart des banques publiques et des sociétés des secteurs des services aux collectivités, des télécommunications et de l’énergie. Toutefois, certaines des grandes sociétés d’Internet sont désormais concernées à leur tour, et ce phénomène se produit à un rythme plus rapide qu’attendu.»

«Ces évolutions ne sont pas une bonne nouvelle pour les places boursières et les investisseurs étrangers. Nous considérons que cet alignement des priorités d’investissement sur les politiques de l’État rendra les actions des entreprises touchées moins attractives.»

«D’autres facteurs influencent également le marché dans son ensemble, comme la récente augmentation du nombre de cas de Covid et le maintien de mesures de confinement strictes en réaction. Une autre incertitude concerne la relation de la Chine avec la Russie alors que la guerre fait rage en Ukraine.»

«Tout cela nous incite à être relativement prudents vis-à-vis des actions chinoises malgré leur repli. Nous ne considérons pas qu’il faille cesser d’investir en Chine mais les clients doivent être conscients que certains segments du marché sont structurellement moins attractifs et que les risques sont actuellement élevés. Nous notons que les petites entreprises et les actions A sont moins affectées par les facteurs évoqués ci-dessus, car elles ont tendance à être moins visibles en raison de leur taille et/ou sont davantage tournées vers le marché intérieur.»

Maggie Zheng, Gérante de fonds, Actions chinoises:

Maggie Zheng

«La politique zéro Covid de la Chine et son impact sur la demande intérieure et la confiance des ménages restent les principaux freins. Compte tenu de l’efficacité apparemment moindre des vaccins chinois et du faible niveau d’immunité, les politiques strictes actuellement mises en œuvre devraient se poursuivre. Sachant que les frontières restent fermées, toute reprise de la consommation devra être soutenue par le marché intérieur pour le moment.»

«Il est encourageant d’observer un léger changement de ton de la part des responsables économiques, qui reconnaissent la nécessité de soutenir la croissance cette année et de stabiliser le marché immobilier. Le durcissement des réglementations sectorielles semble également ralentir.»

«Si nous devions assister à un assouplissement décisif de la liquidité dans le secteur de la promotion immobilière et à une accélération de la croissance du crédit, éventuellement en parallèle à un assouplissement de réglementation appliquée au secteur, le sentiment sur le marché chinois pourrait s’améliorer fortement.»

«Les valorisations des actions chinoises retrouvent désormais les plus bas observés en mars 2020 (Covid) et en décembre 2018 (montée des tensions sino-américaines). Toutefois, la patience va s’imposer face aux risques qui existent à court terme.»

«Dans l’intervalle, la diversification et une approche équilibrée en termes d’exposition aux styles «value/growth» sont justifiées, sachant que les marchés sont voués à rester volatils. Nous continuons à privilégier les entreprises chinoises tournées vers la consommation, qui bénéficient d’une forte valeur de marque et d’un solide pouvoir de fixation des prix. Nous apprécions également les valeurs technologiques qui devraient bénéficier des initiatives chinoises relatives aux «nouvelles infrastructures» (développement de l’automatisation industrielle, déploiement de la 5G et hausse de la demande d’énergies renouvelables). Parmi les valeurs sensibles au cycle économique, nous apprécions certaines sociétés du secteur des matériaux qui devraient bénéficier des déséquilibres entre l’offre et la demande. Parmi les valeurs financières, les banques de Hong Kong devraient bénéficier de la hausse des taux aux États-Unis.»

 


Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.