Point sur les thèmes d'investissement : Fintech, Mobile Payments, Security & Space et Sustainable Future.

Point sur nos thèmes d’investissement

Fintech

La dernière saison des bénéfices a confirmé un recentrage remarqué vers la rentabilité cette année. La fidélisation et la croissance des clients est devenue essentielle et les entreprises Fintech cherchent à rendre captifs leurs utilisateurs par la vente croisée de différents produits.

Cette transition s’est opérée suite à l’environnement macroéconomique actuel. Les principales entreprises fintech ont mis en pause leur modèle de croissance à tout prix, étant donné la hausse du coût d’acquisition de nouveaux clients. Les jeunes entreprises fintech retardent de leur côté les projets d’expansion sur de nouveaux marchés ou produits. En effet, elles doivent faire preuve de prudence avec leur bilan.

Un ralentissement des investissements ne signifie pas que l’innovation est morte. La fintech reste un secteur riche en liquidités qui a largement bénéficié d’argent facile pendant des années. Les développements en cours dans la blockchain sont un bon exemple de cette tendance, à commencer par le «Merge» d’Ethereum. Cette mise à jour majeure de la plateforme de «smart contracts» change la «tokenomique» d’Ethereum et a le potentiel d’avoir un impact sur l’ensemble de l’écosystème blockchain – développeurs, utilisateurs, investisseurs, etc.

Par ailleurs, le Covid-19 a considérablement changé la façon dont les gens paient, investissent, épargnent, empruntent ou s’assurent. Ces nouveaux comportements sont là pour rester ; les jeunes générations ne feront pas de banque comme leurs parents.

Parallèlement, alors que l’inflation fait pression sur les marges, l’utilisation de la technologie pour exécuter les processus et les opérations financières sera plus pertinente que jamais. Cela est particulièrement vrai pour les petites entreprises qui viennent de commencer leur processus d’automatisation.

Finalement, l’environnement macroéconomique n’a pas favorisé les fintechs, qui sont par définition plus cycliques étant donné leur plus grande exposition aux consommateurs. Mais la disruption du secteur financier, qui pèse plusieurs trillions, est loin d’être terminée. Les challengers fintech vont continuer à gagner des parts de marché sur les opérateurs historiques.

Mobile Payments

Malgré les incertitudes macroéconomiques, le volume mondial des paiements n’a pas encore diminué. D’après les données des principaux réseaux de cartes de paiements et de PayPal, le volume des achats traités numériquement devrait atteindre un record historique en 2022. La croissance annuelle du volume des paiements numériques devrait être proche de ~12,7% – légèrement supérieure à la moyenne à long terme de 11,7%.

Cependant, les actions des sociétés de paiement ont été fortement impactées par les incertitudes macroéconomiques, en plus de la normalisation de la croissance des revenus après le coup de pouce de Covid-19. Le sentiment reste faible, car les enquêtes auprès des consommateurs continuent d’avoir un impact sur le secteur, jauge de l’activité économique et du volume des paiement. Par exemple, l’indice du sentiment des consommateurs de l’Université du Michigan atteint des niveaux qui n’ont pas été vus depuis la grande crise financière.

De plus, les premiers signes d’un ralentissement potentiel des volumes de paiement aux États-Unis apparaissent. Le graphique ci-dessous montre que les individus de la classe moyenne et les plus riches ont moins consommé ces derniers temps.

2022.09.15.Card spending

Dans quelle mesure un ralentissement du volume est-il déjà prévu, compte tenu des compressions de multiples que le secteur a connues au cours des 12 derniers mois ? Personne ne le sait. Mais nous constatons qu’aux niveaux de valorisation actuels, les acteurs du secteur sont désireux d’acquérir leurs concurrents. Une nouvelle vague de consolidation a commencé et devrait s’accélérer, car les opérateurs historiques peinent à générer une croissance organique. A titre d’illustration, on peut citer la récente acquisition d’Evo Payments par Global Payments (nouveau marché), ou l’acquisition d’Accrualife par Fleetcor (nouveau produit).

Outre les valorisations, un autre catalyseur majeur explique également le regain d’activité des fusions et acquisitions. L’infrastructure de paiement est à la veille de changements importants. De nouvelles réglementations visant les réseaux de cartes de crédit pourraient remanier les cartes et affaiblir le quasi-duopole de Visa et Mastercard aux États-Unis. Par ailleurs, le système de paiement instantané préparé par la Fed est prévu pour l’année prochaine. Ainsi, la pénétration des paiements de compte à compte va s’accélérer. Nous publierons d’ailleurs un article sur ce sujet mettant en évidence les gagnants et les perdants probables de ces changements.

Pour résumer, les valorisations reflètent le faible sentiment des consommateurs. Une nouvelle vague de consolidation a commencé, et des changements majeurs dans l’infrastructure américaine de paiements sont sur le point de se produire.

Security & Space

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a suscité une attention intense sur le segment de la défense et a considérablement renouvelé l’intérêt pour la sécurité en générale. Bien que nous n’investissions pas dans des pure-players de la défense pour des raisons ESG, ce conflit a tout de même eu des répercussions sur nos thèmes à deux niveaux: l’augmentation des cyberattaques et le rôle crucial joué par l’imagerie satellitaire.

Un autre événement important, le resserrement de la politique monétaire, a également eu un impact considérable sur les nouvelles entreprises à forte croissance, qui constituent généralement notre domaine d’investissement privilégié pour nos expositions à la cybersécurité et à l’espace. Toutefois, le stress-test que nous avons effectué en mai dernier n’a pas détecté de problème majeur de liquidité pour les titres de notre portefeuille.

Si l’on se tourne vers l’avenir, l’augmentation continue des cyberattaques agira comme catalyseur pour le secteur de la cybersécurité. Compte tenu de l’importance cruciale du secteur, alimenté par la réglementation et engagé dans une transition technologique vers une structure Zero-Trust, nous ne nous attendons pas à ce que la macroéconomie ait un impact écrasant. La saison des résultats a eu tendance à conforter ce point de vue, les entreprises suggérant que les budgets font plus que tenir.

Nous prévoyons également un rebond des acteurs bien capitalisés dans le segment spatial: après l’effondrement de la bulle des SPAC spatiaux, les survivants mûrissent progressivement leurs modèles d’entreprise et leurs infrastructures, et commenceront bientôt à générer des revenus. En outre, nous nous attendons à ce que le secteur bénéficie d’un flux de nouvelles positives : d’abord avec la NASA qui entame son retour sur la Lune, et ensuite, avec la connexion des smartphones aux réseaux satellitaires, l’une des innovations spatiales les plus importantes pour la vie quotidienne depuis le lancement du GPS commercial.

En somme, si le secteur a effectivement souffert, les moteurs de croissance restent importants et bénéficieront de catalyseurs majeurs dans les mois à venir.

Sustainable Future

Le premier semestre de l’année a été difficile pour le secteur de l’énergie, avec des prix élevés des matières premières, des goulets d’étranglement dans la chaîne d’approvisionnement et des pressions inflationnistes. Cependant, le monde traverse une grande crise énergétique et la sécurité énergétique est ramenée en tête des priorités des gouvernements. Le conflit entre la Russie et l’Ukraine menace les systèmes énergétiques européens, car environ 40% de l’approvisionnement en gaz de l’UE provenait de Russie avant la guerre.

En réponse aux défis actuels, les gouvernements dévoilent de nouveaux plans tels que le REPowerEU, doté d’un budget de 210 milliards d’euros, dont l’objectif est de réduire la dépendance de l’Europe vis-à-vis des combustibles fossiles russes. Il comprend un ensemble de mesures destinées à améliorer l’efficacité énergétique, à diversifier l’approvisionnement en carburant et à stimuler les énergies renouvelables (qui sont essentielles pour améliorer la sécurité énergétique). En parallèle, M. Biden a signé le mois passé la loi sur la réduction de l’inflation. Celle-ci prévoit 369 milliards de dollars pour des projets liés au climat et pour l’industrie des technologies propres, ce qui représente l’action climatique la plus agressive jamais entreprise par les États-Unis.

Ainsi, les investissements dans les énergies propres battent de nouveaux records, atteignant 226 milliards de dollars au premier semestre (soit une croissance de 63 % en glissement annuel). À court terme, nous prévoyons que les prix élevés des combustibles fossiles et les préoccupations en matière de sécurité énergétique constitueront un moteur pour les énergies renouvelables, en particulier pour l’industrie solaire photovoltaïque, qui bénéficie de cycles de construction courts, de prix compétitifs et de politiques de soutien.

Métriques des thématiques

Nous détaillons ci-dessous les métriques financières du portefeuille pour chacun de nos thèmes. Les investisseurs peuvent voir comment nous sommes positionnés en termes de risque d’endettement, de niveaux de valorisation et de croissance.

2022.09.15.Theme metrics

Notre point de vue

Les investisseurs craignent que l’inflation reste élevée pendant longtemps, empêchant la Fed d’assouplir sa politique de resserrement, alors qu’une véritable récession pourrait bientôt commencer. C’est pourquoi le marché des actions s’affaiblit. Notre scénario de base est cependant que l’inflation devrait baisser plus rapidement que ne le prévoit le marché, et que si nous devions subir une récession, celle-ci pourrait ne commencer que l’année prochaine, ce qui donnerait à la Fed une plus grande flexibilité dans l’élaboration de sa politique monétaire.

En plus de ce scénario macroéconomique, la plupart sinon tous nos thèmes bénéficient d’importantes tendances structurelles et, après avoir souffert d’un dur premier semestre 2022, ils sont prêts à jouer le rôle de catalyseurs pour un meilleur second semestre.