Au cours des deux dernières semaines précédant l'embargo, plusieurs membres de haut rang du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) ont exprimé l'avis que les orientations prospectives relatives au programme d'achat d'urgence en cas de pandémie (PEPP) devraient être revues prochainement. Les données réelles du PIB du deuxième trimestre sont meilleures que prévu et les chiffres de l'inflation ont également surpris à la hausse.

Par Erick Muller, Director Product & Investment Strategy chez Muzinich & Co

 

Si l’on ne peut être surpris par le fait que le rythme du PEPP doive intégrer l’amélioration probable des prévisions des services de la BCE lors de la réunion de septembre, on peut être surpris par les positions très ouvertes et fortes exprimées par de nombreux gouverneurs et la capitulation des “colombes”, avec une absence totale de riposte à cette accumulation de déclarations sur l’abaissement du PEPP.

Philip Lane, de la BCE, a parlé d'”ajustement local” dans sa dernière interview, et il semble qu’il y ait plus qu’un simple ajustement marginal en jeu, avec une décision possible d’un cadre pour mettre fin aux programmes d’urgence dans les deux prochains trimestres.

Nous prévoyons une baisse du PEPP de 80 milliards d’euros par mois à 60 milliards d’euros, avec un programme d’achat d’actifs (APP) inchangé à 20 milliards d’euros par mois qui sera annoncé lors de la réunion de cette semaine. Cela permettrait de recalibrer les achats mensuels du PEPP à un niveau proche de la moyenne du 1er trimestre 2021. Étant donné que l’offre nette d’obligations d’État en euros devrait diminuer au quatrième trimestre de 2021 et compte tenu des ajustements de prix des obligations d’État en euros déjà observés au cours des deux dernières semaines, nous ne pensons pas que la confirmation d’un tel ajustement du PEPP pousserait isolément les rendements des obligations d’État en euros beaucoup plus haut.

Toutefois, d’autres facteurs peuvent pousser les rendements des obligations d’État à la hausse. La perception de l’inflation a-t-elle changé à ce point au sein du conseil des gouverneurs pour supprimer de manière significative l’orientation monétaire accommodante ? Ce qui importe le plus, c’est toute indication concernant la fin du PEPP, c’est-à-dire si mars 2022 est confirmé comme le dernier mois pour les achats du PEPP, et si l’enveloppe sera entièrement utilisée d’ici là. L’APP sera-t-il recalibré pour éviter une “falaise” d’achats d’actifs au 2T22? Les gouvernements de la zone euro réduiront-ils suffisamment leurs déficits budgétaires pour éviter le risque d’une inadéquation entre le soutien de la BCE et les besoins de financement des gouvernements de la zone euro?

Selon nous, nous entrons dans une période où la volatilité des obligations d’État devrait augmenter. Les marchés du crédit aux entreprises bénéficient de fondamentaux solides et en amélioration, avec une demande persistante de la part des investisseurs. La faible proposition de valeur des obligations d’État est un argument plutôt positif en faveur des marchés du crédit, tant que le cycle économique et des bénéfices est robuste. Alors que le PEPP était très orienté vers l’achat d’obligations d’État, la suite de l’APP sera une nouvelle importante pour les marchés du crédit en euros, en particulier pour les obligations de qualité.

 


Muzinich & Co. referenced herein is defined as Muzinich & Co., Inc. and its affiliates. For selected journalists only. This document has been produced for information purposes only and as such the views contained herein are not to be taken as investment advice. Opinions are as of date of publication and are subject to change without reference or notification to you. Past results do not guarantee current or future performance. The value of investments and the income from them may fall as well as rise and is not guaranteed and investors may not get back the full amount invested. Rates of exchange may cause the value of investments to rise or fall. This document and the views and opinions expressed should not be construed as an offer to buy or sell or invitation to engage in any investment activity; they are for information purposes only. Opinions and statements of financial market trends that are based on market conditions constitute our judgement as at the date of this document. They are considered to be accurate at the time of writing, but no warranty of accuracy is given and no liability in respect of any error or omission is accepted. Certain information contained herein is based on data obtained from third parties and, although believed to be reliable, has not been independently verified by anyone at or affiliated with Muzinich and Co., its accuracy or completeness cannot be guaranteed. Risk management includes an effort to monitor and manage risk but does not imply low or no risk. Emerging Markets may be more risky than more developed markets for a variety of reasons, including but not limited to, increased political, social and economic instability; heightened pricing volatility and reduced market liquidity. Issued in the European Union by Muzinich & Co. (Dublin) Limited, which is authorized and regulated by the Central Bank of Ireland. Registered in Ireland No. 625717. Registered address: 16 Fitzwilliam Street Upper, Dublin 2, D02Y221, Ireland. Issued in Switzerland by Muzinich & Co. (Switzerland) AG. Registered in Switzerland No. CHE-389.422.108. Registered address: Tödistrasse 5, 8002 Zurich, Switzerland. Issued in Singapore and Hong Kong by Muzinich & Co. (Singapore) Pte. Limited, which is licensed and regulated by the Monetary Authority of Singapore. Registered in Singapore No. 201624477K. Registered address: 6 Battery Road, #26-05, Singapore, 049909. Issued in all other jurisdictions (excluding the U.S.) by Muzinich & Co. Limited. which is authorized and regulated by the Financial Conduct Authority. Registered in England and Wales No. 3852444. Registered address: 8 Hanover Street, London W1S 1YQ, United Kingdom.