Actelion rachetée par Johnson & Johnson pour 30 milliards de francs en début d’année, Kite Pharma acquise par Gilead pour 12 milliards de dollars quelques mois plus tard. 2017 marque à l’évidence le retour des grandes manœuvres dans le secteur de la santé après une année 2016 durant laquelle le montant des opérations de fusions-acquisitions avait reculé de 43% selon Dealogic.

A l’origine de cette vigueur retrouvée, une combinaison de facteurs politiques, stratégiques et financiers.

L’industrie de la santé retrouve de la sérénité

Une visibilité qui s’améliore

Sur le plan politique d’abord, les pressions sur l’industrie pharmaceutique et plus spécifiquement sur le prix des médicaments, qui avaient animé la campagne présidentielle américaine l’an dernier au travers de commentaires et de tweets ravageurs, ont sensiblement diminué ces derniers trimestres.

 

Stefano Rodella, Managing Partner

Même si un coup d’éclat du Président Trump sur Twitter n’est jamais à exclure, on voit mal comment une administration, qui a les plus grandes difficultés à faire passer sa réforme de la santé depuis de nombreux mois, pourrait imposer une baisse drastique du prix des médicaments.

Dans le même temps, les changements à la tête de la Federal Drug and Food Agency (FDA), la toute puissante agence autorisant la mise sur le marché des médicaments aux Etats-Unis, devraient se traduire par une accélération du processus d’approbation et du rythme de commercialisation de nouveaux médicaments. La FDA a ainsi déjà annoncé un programme accéléré (fast-track) d’approbation et de mise sur le marché en faveur des grands noms de la technologie (Apple, Google, Samsung, Fitbit…) pour leurs appareils digitaux avec des fonctionnalités médicales.

 

Brice Mari, Portfolio Manager

Cerise sur le gâteau, cette initiative de la FDA trouve écho en Chine, deuxième marché pharmaceutique mondial, où le gouvernement vient d’annoncer de nouvelles règles visant à accélérer la sortie de médicaments et appareils médicaux, notamment la possibilité pour les entreprises d’utiliser les tests cliniques réalisés hors de Chine.

Pour résumer la situation, moins de pression sur les prix et plus de produits : l’industrie de la santé retrouve de la sérénité sur ses deux principaux marchés.

 

Evolution des approbations par la FDA

Note: en 2017 approbation depuis le début d’année jusqu’au 28 septembre 2017 (Source: AtonRâ Partners, FDA gov)

La consolidation a tout son sens dans une industrie mature

Sur le plan stratégique ensuite, les opérations de fusions-acquisitions apparaissent comme la réponse naturelle aux nombreux défis rencontrés par l’industrie pharmaceutique, à savoir faiblesse de la croissance, la déchéance des brevets des blockbusters et l’augmentation des coûts de recherche et de réglementation.

Quoi de mieux en effet pour une grande entreprise pharmaceutique, biotechnologique ou de technologie médicale que de racheter un acteur spécialisé sur une thérapie innovante ou sur des produits prometteurs afin de dynamiser son profil de croissance ?

Ou encore de se rapprocher d’un autre acteur afin de générer des synergies de coûts et donc d’accélérer sa croissance des bénéfices ?

Les fusions-acquisitions sont bien souvent un moyen efficace de relancer croissance des revenus et de réduire les coûts dans les industries matures : l’industrie de la santé n’échappe pas à la règle.

Les transactions et les primes sont encourageantes depuis le début de l’année

Source: AtonRâ Partners, Thomson One

La réforme fiscale américaine est un catalyseur majeur

Sur le plan financier enfin, la réforme fiscale américaine devrait inciter les entreprises américaines à rapatrier les montagnes de cash qu’elles détiennent à l’étranger (en échange d’un impôt de 10%) et à en faire usage pour de grandes opérations sur le marché domestique.

Ajoutons à cela des bilans très solides (le ratio dette nette / EBITDA est en moyenne inférieur à 1x) et des taux d’intérêt très faibles et la puissance de feu des grandes sociétés pharmaceutiques, biotechnologiques et de technologie médicale (MedTech) ne laisse aucunement place au doute.

 

Ratios dette nette / EBITDA faibles

Source: AtonRâ Partners, Bloomberg

Si le paysage est ensoleillé, encore faut-il trouver les meilleurs endroits pour en profiter. Nous vous proposons de partager notre analyse sur les segments les plus à même d’être touchés par des opérations de fusions-acquisitions sur http://www.atonra.ch/our-research/