Les graphes macroéconomiques sélectionnés et commentés par Nicolas Blanc, Responsable de l’Allocation chez Ellipsis AM.

L’activité manufacturière au plus haut

PMI globaux

L’indice PMI manufacturier global s’établit fin 2017 à son plus haut depuis 2011. Les US et l’Europe expliquent l’essentiel de la progression, tandis que la Chine et le UK sont stables à un niveau élevé. La composante nouvelles commandes est très forte, ce qui augure bien de la poursuite de la reprise, ce trimestre au moins. Aux US, l’ISM manufacturing frôle les 60, avec des nouvelles commandes au plus haut. En Chine, le PMI officiel consolide légèrement mais se maintient en territoire expansionniste. Les politiques restrictives ne pèsent pas pour l’instant sur l’activité et la demande extérieure reste forte. En zone euro, le PMI manufacturier dépasse les 60, au plus haut depuis le lancement de la série, tiré par la France et l’Allemagne. Des contraintes opérationnelles semblent également apparaitre.

Zone Euro : ralentissement de l’inflation

€-zone: inflation implicite (5a dans 5a) et réalisée

L’indice des prix à la consommation finit l’année 2017 sur un rythme de progression de +1,4% en glissement annuel, conformément aux attentes mais en-dessous de la publication du mois précédent (+1,5%). Alors que le consensus tablait sur une accélération de l’inflation sous-jacente (i.e. hors énergie, alimentation, tabac et alcool) à +1,0% contre +0,9% en novembre, celle-ci est finalement restée stable. Cette tendance tranche fortement avec celle des anticipations d’inflation depuis le milieu de l’année. Le swap 5 ans dans 5 ans semble ainsi davantage corrélé aux cours des matières premières et tout particulièrement à celui du pétrole (en hausse de 34% exprimé en euro depuis mi-2017).

US : Légère déception sur l’emploi

US: Inscriptions au chômage et créations d’emplois

Les créations d’emplois aux US (non-farm payrolls) se sont établies à 148k en décembre, sous les attentes (190k) mais la révision du mois précédent limite la baisse et la moyenne trois mois est supérieure à 200k (voir graphe). A mesure que le marché de l’emploi se tend, les créations diminuent naturellement vers une asymptote estimée à 100k (niveau neutre). Le salaire horaire a progressé de 0,3%, tandis que la participation est restée inchangée à 62,7%. Il reste à voir si la hausse de la demande, soutenue de plus par la réforme fiscale, dont Donald Trump assure qu’elle va jouer positivement sur la productivité, va inciter les entreprises à augmenter les salaires, dont la trajectoire depuis la grande crise a été très modérée.

US : nouvelle progression des dépenses de construction

US: dépenses de construction et mises en chantier

L’activité dans le secteur de la construction demeure robuste aux Etats Unis. Les dépenses de construction ont ainsi cru de +0,8% m/m en novembre, après avoir progressé de +0,9% le mois précédent. Cette dynamique laisse entrevoir une nette accélération au cours du Q4 2017. En glissement annuel, les dépenses de construction sont en hausse de +2,4%. On signalera des dépenses particulièrement solides de la part du secteur privé (+1,0% m/m en novembre), avec des progressions similaires des segments résidentiels et non-résidentiels. A l’inverse, les dépenses publiques de construction ont quelque peu déçu avec une modeste hausse mensuelle de +0,2%.

 

Source : Ellipsis AM, Bloomberg

J'aime cet article 35