Les graphes macroéconomiques sélectionnés et commentés par Nicolas Blanc, Responsable de l’Allocation chez Ellipsis AM.

Net rebond des importations chinoises

Chine: échanges commerciaux

La forte croissance des importations en mai en Chine (+26% y/y) montre que la demande intérieure est robuste. Ajustée des saisonnalités, la hausse est de +6,1% sur le seul mois de mai. On notera la contribution importante de l’énergie et des matériaux industriels, ce qui fournit un message cohérent avec la hausse récente des PMI et soutient l’idée que la croissance chinoise sera robuste cette année. Après une forte hausse en avril, les exportations se sont bien tenues en mai. Les effets du conflit commercial avec les US ne sont encore pas visibles. Au contraire, la tendance depuis 2016 reste nettement à la croissance des échanges. Le surplus avec les US s’est accru en mai, passant de 22,2 à 24,6Mds. YTD, il s’élève à 105Mds, contre 92,9Mds l’année dernière.

Brésil: la situation se complique

Brésil: taux souverain à 10 ans en USD

Après un rebalancement impressionnant, qui a vu −se contracter le déficit de la balance courante, −une baisse de 775bp du taux objectif de la banque centrale, −des réformes structurelles importantes, le Brésil ne pourra pourtant pas se reposer sur ses lauriers. Les difficultés budgétaires récurrentes, le resserrement américain, qui touche la plupart des émergents et une série de mouvements sociaux qui augurent mal de l’élection à venir, ont dégradé rapidement les marchés du réal (contre USD) et de la dette publique du pays. Dans une période pré-electorale, les options de politique économique sont limitées. Une hausse des taux ou une consolidation budgétaire pèserait sur la demande intérieure et ferait le lit des candidats populistes.

Zone Euro: une production industrielle décevante

Allemagne: production industrielle et PMI manufacturing

Les deux principales économies de la zone Euro ont publié leurs données de production industrielle pour le mois d’avril. Contrairement aux attentes qui tablaient sur une progression de +0,3%, la France affiche une baisse de -0,5% de sa production. Bien que les mouvements de grève aient pesé sur la production, ils n’expliquent pas tout. La situation est similaire en Allemagne avec un recul mensuel de -1% contre des attentes à +0,3%. Cette baisse de la production industrielle fait suite à 4 mois consécutifs de diminution des commandes de biens d’équipement. Le ralentissement observé au T1 semble se poursuivre en zone Euro, les hard data confirmant des indicateurs avancés décevants.

US: repli des commandes industrielles

ISM manufacturing composantes emploi et commandes

Les commandes industrielles pour le mois d’avril sont ressorties en recul de -0,8%m/m contre des attentes à -0,5%. Cette surprise négative est en partie compensée par une révision à la hausse de +0,1% des chiffres du mois précédent. Cette publication n’apparait pas comme un facteur d’inquiétude concernant la dynamique de l’activité dans le secteur industriel américain. En effet, le
plus important contributeur à cette baisse est le secteur de l’aéronautique civil, un segment particulièrement volatil d’un mois sur l’autre. Par ailleurs, le rapport indique une plus forte reconstitution des stocks que ce qui était anticipé. Avec un indicateur avancé ISM manufacturing à 58,7 pour le mois de mai, le secteur industriel affiche une santé indécente.

 

Source : Ellipsis AM, Bloomberg

J'aime cet article 62