Les graphes macroéconomiques sélectionnés et commentés par Nicolas Blanc, Responsable de l’Allocation chez Ellipsis AM.

L’économie britannique fait de la résistance

UK: PMI et croissance

Si les perspectives de l’économie britannique se sont assombries après le vote du Brexit, les chiffres réels, après une baisse en début d’année, se reprennent. Ainsi, le T3 à vu une croissance à 0,4% et le NIESR (National Institute of Economics and Social Research) estime à 0,5% la croissance août-octobre. L’économie a été tirée par la croissance mondiale et par la baisse de la livre (même si ces effets ont été limités par le mix d’exportation du UK). Il faut toutefois noter que l’économie a ralenti par rapport au rythme de l’année dernière, à l’inverse du reste du monde. Compte tenu du niveau élevé de l’inflation, 3% y/y, la BoE va être contrainte d’adopter une politique plus restrictive et de poursuivre les hausses de taux.

 

L’or noir reprend des couleurs

Pétrole et swap d’inflation à 5 ans dans 5 ans

Le rebond des cours du pétrole depuis la réunion de l’OPEP fin 2016 semble à nouveau accélérer après un net ralentissement au cours du deuxième trimestre de cette année. La décision de l’OPEP et de la Russie d’appliquer des quotas à la production porte jusqu’à présent ses fruits et les marchés semblent convaincus que le cartel des pays producteurs de pétrole va voter une poursuite de sa stratégie lors de la réunion prévue à la fin du mois de novembre. Par ailleurs, la reprise synchronisée de la croissance au niveau mondial contribue à la hausse du cours des matières premières. A l’inverse, la reprise de la production de pétrole de schiste risque de jouer à moyen terme comme un frein à la hausse du prix de l’or noir. On signalera la forte corrélation des swaps d’inflation avec les cours du pétrole.

 

Zone Euro: la production industrielle en ordre dispersé

Production industrielle en Eurozone

La production industrielle allemande a fortement diminué en septembre, affichant un recul de -1,6% m/m alors que le consensus tablait sur une baisse moins importante de -0,9%. On signalera notamment une chute de -5,8% de la production de biens durables. Le détail de la publication indique toutefois que le recul est généralisé à l’ensemble des segments du secteur manufacturier. L’Italie affiche également une statistique en baisse et significativement en dessous des estimations (-1,3% vs -0,3% attendu), tandis que l’Espagne (+0,1% vs -0,2%) et, dans une moindre mesure, la France (+0,6% vs +0,5%) ont agréablement surpris. On peut ainsi s’attendre à une baisse de la production industrielle en zone Euro en septembre. Cette donnée sera publiée mardi prochain.

 

Chine: le commerce extérieur se maintient

Chine: échanges commerciaux

En variation annuelle, les exportations chinoises ont quelque peu ralenti, s’établissant à +6,9% en octobre contre +8,1% précédemment. Pour autant, d’un mois sur l’autre, les exportations sont globalement restées stables, affichant un modeste recul de -0,1% m/m. La statistique sur un an a été fortement impactée par des effets calendaires liés notamment aux festivités de la mi-automne. Les importations chinoises ont crû de +17,2% y/y (en ligne avec les attentes à +17%) après +18,6% en septembre. D’un mois sur l’autre, les importations ont très légèrement progressé de +0,3% malgré un ralentissement de la demande domestique. Au global, le surplus de la balance commerciale chinoise s’est accru, passant de 28,6Mds USD à 38,2Mds.

 

Source : Ellipsis AM, Bloomberg, Markit, Eurostat

J'aime cet article 27