Machines et environnement, technologie et durabilité, semblent difficilement conciliables à première vue.

Par Alexandre Jeanblanc, Investment Specialist, SRI auprès de Impax Asset Management, un gestionnaire d’actifs dont la spécialité est d’investir dans les activités inhérentes à la transition en faveur d’une économique mondiale durable.

 

Après tout, la technologie est à l’origine de nombreux problèmes environnementaux, climatiques et sociaux. Ainsi, le développement technologique, depuis la révolution industrielle, a été l’élément déclencheur de la croissance économique mais aussi de la pollution environnementale. Pourtant, nous constatons de plus en plus que les développements technologiques apportent des réponses positives non seulement aux défis environnementaux et climatiques mais aussi aux enjeux de la croissance démographique, de l’amélioration du niveau de vie, du vieillissement et du déficit des infrastructures et des ressources finies. Ce changement de paradigme a lieu en parallèle d’une prise de conscience: il est urgent d’agir sur tous les fronts.

La technologie au service de l’environnement – 1

Fermes solaires – En Chine, les énergies renouvelables ont le vent en poupe: selon les prévisions du dernier plan quinquennal, la Chine entend augmenter sa capacité totale de production d’énergie solaire et éolienne à plus de 300 gigawatts d’ici à 2022. En 2015, le parc solaire ne produisait que 50 gigawatts. La croissance sera probablement dopée par la chute des coûts des composants photovoltaïques, en recul de 40 % depuis 2010. Lorsque les économiques d’échelle substantielles soutiennent fortement la demande de ces composants, se forme un cercle vertueux auto-entretenu.

Cette contribution s’exprime sous diverses formes. Les compteurs sans cesse plus intelligents rendent l’approvisionnement en électricité, gaz et eau plus efficace. La technologie LED est devenue la norme dans le domaine de l’éclairage. L’électricité semble s’imposer comme étant LA source d’énergie propre dans le domaine de l’automobile et du transport maritime et aérien par rapport à l’essence et au diesel. Le solaire et l’éolien ont beaucoup progressé en termes de technologie et d’efficacité et sont ainsi devenus plus abordables et accessibles.

Les techniques de traitement et d’épuration des eaux contribuent à réduire le gaspillage et à récupérer de l’eau propre des effluents. Des détecteurs plus sensibles signalent les fuites et informent de l’obsolescence des infrastructures. L’équipement de test et de détection joue un rôle de plus en plus important dans la supervision des risques (médicaux et environnementaux) et la gestion de la qualité.

La technologie au service de l’environnement – 2

Parc éolien en Atlantique nord – De nouvelles solutions concrètes d’énergie alternative apparaissent grâce aux progrès technologiques récents. Le changement climatique pourrait-il être contenu? Selon une étude du Carnegie Institution, si des éoliennes étaient installées en Atlantique nord sur une superficie correspondant à la taille de l’Inde, ce parc immense pourrait approvisionner en énergie la population mondiale.

Dans les secteurs de l’alimentation, de l’agriculture et de la sylviculture, la technologie rend les méthodes et les procédures plus durables et plus efficaces et permet ainsi de répondre à l’augmentation des besoins alimentaires de la population mondiale croissante tout en préservant la qualité et l’environnement. La technologie GPS permet d’utiliser l’eau, les engrais et les pesticides uniquement aux endroits où cela est nécessaire, et non plus à grande échelle sans discernement avec en conséquence un grand gaspillage et une pollution importante, comme cela était le cas auparavant.

La technologie au service de l’environnement – 3

Innovations dans la gestion des déchets plastiques – Des entreprises, à l’échelle locale et internationale, investissent dans des solutions pour réduire les emballages plastiques et la montagne de déchets actuels. Les grandes multinationales de boissons ont uni leur expertise pour fabriquer des bouteilles d’eau minérale à partir de sciure de bois ou de résidus de récoltes. Un professeur de chimie indien a développé un processus pour intégrer les déchets plastiques dans la fabrication des enrobés routiers. Parallèlement, un diplômé en architecture américain a suggéré d’inclure les déchets plastiques granulés dans la fabrication du ciment.

Il est trop tôt pour affirmer que la technologie peut réparer les dégâts, mais il apparaît clairement que les développements technologiques apportent une contribution positive. Cette tendance offre une foule d’opportunités aux investisseurs. Dans cette optique, BNP Paribas Asset Management propose des fonds qui ont été conçus spécifiquement pour investir dans des entreprises qui contribuent à la préservation de l’environnement à l’échelle mondiale ou à la lutte contre le changement climatique.

Les experts environnementaux de BNP Paribas Asset Management suivent de près les innovations et leur potentiel à réaliser des avancées majeures dans la protection de l’environnement. Ils cherchent ainsi à identifier les entreprises qui profiteront de ces nouvelles tendances.

 

J'aime cet article 14