La nécessité de maîtriser les coûts de la santé, tout en offrant les meilleurs soins, pousse à l’adoption de la télémédecine, la médecine à distance.

Quand les coûts de la santé augmentent, la télémédecine les réduit!

La télémédecine est vue par les systèmes de santé comme une solution innovante pour réduire les coûts. Par exemple, aux États-Unis, elle sera encouragée à partir de 2020 par une meilleure couverture par Medicare, le système d’assurance-maladie géré par le gouvernement.

En effet, le coût moyen de l’assurance-maladie fournie par un employeur américain pour une famille de quatre personnes dépasse aujourd’hui les 20 000$ par an!

– La hausse des prix de la couverture payée par les assureurs et les employeurs est un facteur important de l’inflation des coûts de la santé.

– Selon l’American Medical Association (AMA), la télémédecine peut aider l’employeur à économiser environ 300$ par an pour une seule personne ou plus de 1 000$ par an pour une famille de quatre personnes.

La télémédecine révolutionne l’accès aux soins

La télémédecine utilise les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) pour améliorer les services aux patients en termes de soins mais aussi d’information médicale.

Lorsque la distance empêche la consultation en cabinet médical, les TIC permettent la prestation des soins à distance pour diagnostiquer, traiter et prévenir les maladies et blessures. La téléconsultation réduirait les erreurs médicales en empêchant les doublons de traitements et en permettant d’avoir un dossier à jour et facile d’accès pour chaque patient.

La télémédecine, impliquant différents types de TIC, permet donc de dépasser les barrières géographiques en fournissant un soutien médical à distance. Elle a le pouvoir d’améliorer les soins tout en réduisant les dépenses de santé.

Prêt pour un facetime avec votre médecin?

En 2018, le marché global de la télémédecine a représenté 21,45 milliards de dollars et pourrait atteindre 60,45 milliards de dollars en 2024, soit une croissance annualisée de 18,50%.

Les États-Unis, où 96% des plus gros employeurs américains proposent déjà des services de télésanté, souhaitent encore plus étendre l’adoption de la télémédecine:

-Telehealth Original Medicare, la couverture santé de la télémédecine aux E.U., était jusqu’à présent limitée aux zones rurales avec des contraintes particulières, notamment sur le lieu de la téléconsultation. En effet, lorsque celle-ci avait lieu à domicile, elle n’était pas couverte par l’assurance-maladie. Dès 2020, ces restrictions seront levées, «Medicare Advantage» offrira donc plus d’avantages en matière de télésanté que le régime existant. Peu importera où se trouve le client, les services de télésanté seront couverts, même s’ils sont utilisés à domicile. l’État de la Californie souhaite aller plus loin en présentant un projet de loi obligeant les assureurs à rembourser les visites médicale virtuelles au même niveau que les visites en personne.

L’Europe est, quant à elle, plus lente dans l’adoption des services de télémédecine à cause d’un cadre réglementaire moins encourageant, un financement insuffisant et des infrastructures technologiques encore inadéquates.

Plus rapide, moins cher, plus important

Le marché américain est actuellement le plus actif dans la télémédecine. Teladoc Health Inc., American Well , Doctor on Demand et MD Live Inc. figurent parmi les acteurs les plus importants dans ce domaine. Certaines de ces entreprises étendent leur présence dans le monde entier par notamment l’acquisition de concurrents plus petits à l’étranger – comme ce fut le cas pour le French MédecineDirect, acquise par Teladoc Health. Cette société est un très bon exemple de ce qui se passe dans ce secteur.

En moyenne, une visite de télésanté coûte environ 79$, comparée à environ 146$ pour une visite dans un cabinet médical. À elle seule, Teladoc Health Inc. a effectué environ 2,6 millions de visites de télésanté en 2018, au travers d’un réseau de plus de 3’100 professionnels de santé. Ces derniers sont embauchés en tant que travailleur indépendant et sont payés 23,50$ par visite téléphonique et 28$ par visite vidéo. Ils effectuent en moyenne 3 à 5 visites vidéo par heure.

Les entreprises actives dans ce secteur distribuent leurs offres grâce aux polices d’assurance vendues aux employeurs. Les assureurs mettent en avant une interaction patient-médecin plus rapide, des frais de visite moins élevés pour les employeurs/assureurs, et l’élargissement de la couverture des patients pour les médecins présents sur la plateforme.

La santé à l’ère du digital: de nombreux catalyseurs mais également quelques risques

Catalyseurs

-Le déploiement de la 5G permettra des connexions plus rapides et de meilleure qualité. Les régions rurales/éloignées, actuellement desservies par une liaison lente et intermittente, voire inexistante, pourraient être couvertes par des services de télémédecine.

-Un meilleur remboursement par les assureurs publics et privés permettront une accélération de l’adoption de la télémédecine. L’utilisation par les patients américains dépendra de la transparence et du remboursement pour cette catégorie de soin. Comme pour beaucoup de nouveaux services, la fiabilité et la confiance des patients, sont les clés d’une croissance exponentielle.

Risques

-Les acteurs historiques peuvent être confrontés à une concurrence inattendue de la part des employeurs, qui pourraient fournir eux-mêmes des services de soin à leurs employés. Récemment, Amazon a lancé Amazon Care, une clinique médicale virtuelle dédiée à ses employés.

-Tout retard dans le développement de l’infrastructure aura une incidence sur la croissance du secteur. La lenteur ou l’absence de connexion pourrait affecter l’adoption par de nombreux utilisateurs potentiels.

 


Retrouvez la thématique «Télémédecine» au sein du Certificat Bionics d’AtonRâ Partners.


 

Sources

www.launchways.com/home-telehealth-can-reduce-your-businesss-healthcare-costs-heres-how
www.wsj.com/articles/cost-of-employer-provided-health-coverage-passes-20-000-a-year-11569429000
www.mordorintelligence.com/industry-reports/global-telemedicine-market-industry
www.ahip.org/wp-content/uploads/IB_Telehealth-031219.pdf
www.medicare.gov/coverage/telehealth
ec.europa.eu/health/sites/health/files/ehealth/docs/2018_provision_marketstudy_telemedicine_en.pdf [p.41 & p.89]
www.reactiondata.com/wp-content/uploads/2017/09/Telemedicine-Public-Research-Cloud.pdf