Nous pensons que le coronavirus a accéléré durablement des tendances d’achat déjà existantes. Plus précisément, la distanciation sociale a accéléré la transition vers le commerce électronique, poussant de nombreux consommateurs à faire un plus grand usage du commerce électronique et à adopter cet outil pour un ensemble plus large de catégories de produits.

Par Ido Cohen. Senior Portfolio Manager, Actions de croissance

 

Ido Cohen

L’impact le plus important est l’adoption accrue du e-commerce pour des catégories d’aliments et de produits de consommation très vastes et relativement sous-exploitées. Ensemble, l’alimentation et les produits de consommation représentent près d’un tiers de la totalité des dépenses de détail aux États-Unis. Avant l’apparition du coronavirus, le commerce électronique ne représentait qu’environ 5% de ce segment, mais des données récentes suggèrent que cette part a probablement doublé au minimum, pour dépasser 1%, en raison des exigences de distanciation sociale. Nous pensons que les principaux bénéficiaires sont les grandes plateformes de commerce électronique ainsi les spécialistes de la livraison de repas et les ventes en ligne des restaurants.

Dans toutes les catégories, nous avons vu les plates-formes et les spécialistes du commerce électronique gagner des parts de marché au détriment des points de vente physiques. Bien que le passage au commerce électronique ait pu connaître un essor inhabituel au cours de cette période, nous pensons qu’une adoption accélérée pourrait se maintenir à un certain niveau dans un avenir proche, entraînant des changements de comportement à long terme, peut-être sans retour aux habitudes antérieures. En effet, le commerce électronique prenait déjà de l’ampleur grâce à ses avantages en termes de commodité, de sélection, d’information/examen des produits et de disponibilité 24/24. En outre, à mesure que les parts de marché fluctuent et que les volumes de la vente traditionnelle baissent, le nombre de magasins vont continuer de diminuer sous une pression économique accrue, favorisant le passage au commerce électronique.

Même si le commerce électronique est le substitut numérique naturel du commerce de détail en magasin, et peut donc bénéficier à long terme des conséquences de cette période de distanciation sociale, nous pensons que de nombreuses expériences centrées sur le consommateur sont irremplaçables et continueront de motiver les expériences physiques à l’avenir. Nous estimons par exemple que manger dans un restaurant, jouer au casino, aller à un concert ou au cinéma, visiter un musée ou voyager pour découvrir des cultures et des sites uniques sont autant d’expériences irremplaçables. Bien que nombre de ces expériences aient été réduites ou éliminées durant cette période de distanciation sociale, nous pensons qu’elles se rétabliront avec le temps-et probablement avec force-dès qu’un vaccin sera commercialisé. En revanche, nous sommes moins sûrs de la reprise des voyages et déplacements d’affaires.

La distanciation sociale a entraîné une importante migration vers les outils numériques pour les réunions et les conférences, et nous pensons que de nombreuses entreprises commencent à considérer ces outils comme étant tout aussi efficaces, pour un coût considérablement réduit, que les voyages d’affaires. Cela pourrait représenter un obstacle à long terme à la reprise complète des voyages d’affaires.

 


Risques
La valeur des investissements et les revenus vont fluctuer, ce qui peut en partie être le résultat des fluctuations de taux de change et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant total de leurs investissements initiaux. Les performances passées ne sauraient présager des performances futures.

Information importante
Ce document de marketing ne constitue pas une recommandation d’investir dans une classe d’actifs, un instrument financier ou une stratégie particulière. Le document n’est pas soumis aux exigences réglementaires qui prescrivent l’impartialité des recommandations d’investissement / des recommandations de stratégie d’investissement et l’interdiction de négociation avant la publication de la recommandation d’investissement / de la recommandation de stratégie d’investissement. Ces informations sont fournies à titre indicatif uniquement et ne constituent pas une recommandation d’achat, de détention ou de vente d’instruments financiers. Les prévisions et les perspectives du marché présentées dans ce document sont des évaluations et des hypothèses subjectives faites par la direction du fonds ou ses représentants. Celles-ci peuvent être modifiées à tout moment et sans préavis. Cette publication ne fait pas partie d’un prospectus de vente. Il ne contient que des informations générales et ne tient pas compte des attentes individuelles, ni des intérêts fiscaux ou financiers.
Cet article est publié en Suisse par Invesco Asset Management (Schweiz) AG, Talacker 34, CH-8001 Zurich.