S’il y a une société qui est sous les feux de la rampe ces derniers mois, c’est bien Tesla. Impossible d’ouvrir une publication financière depuis le début de l’année sans que l’on parle de Tesla, de son emblématique CEO, Elon Musk, de son éventuelle faillite ou de son éventuel rachat. Sans compter que l’on attend toujours l’arrivée de la profitabilité au troisième trimestre de cette année. Ce qui voudrait dire que potentiellement, au moment où nous nous parlons, Tesla serait en train de gagner de l’argent. Tout au moins de ne plus en perdre…

Article rédigé par Thomas Veillet suite à une interview des gérants d’AtonRâ Partners, Stefano Rodella et Brice Mari

L’Audio de “Tesla, incomprise ou mythomane ?”

Chez AtonRâ Partners, nous avons décidé de passer la société au peigne fin et d’essayer de démystifier le mythe, même si Elon Musk semble toujours très attaché aux licornes.

Si vous prenez le temps d’interroger le commun des mortels au sujet de Tesla, 99% d’entre eux vous diront que la société fait des voitures électriques et que la situation n’est pas simple, parce qu’à 300$ l’action, c’est pas donné et qu’en plus la concurrence sur les voitures électriques arrive au grand galop et que, s’il ne commencent pas à gagner un peu d’argent, ils vont finir en faillite ou comme on dit aux USA, en « Chapter 11 ».

À notre sens, résumer la situation de Tesla à cela est peut-être un peu réducteur. Commençons par la situation actuelle du CEO. Là encore, il semble parfaitement légitime de se demander si le visionnaire que nous connaissons tous sous le nom de Musk, Elon Musk est toujours apte à piloter la société. La réponse est peut-être bien plus simple qu’il n’y paraît.

Tout d’abord, il est vrai que l’on peut lui reprocher d’avoir des méthodes de communication « bordeline», puisqu’il préfère passer ses messages par Twitter plutôt que par les journalistes vedettes du New York Times. En même temps Trump fait pareil et hiérarchiquement il est quand même supposé être nettement plus haut que Musk. Supposé uniquement, bien sûr.

Master Plan – Part 1 (2006) – Source : AtonRâ Partners Research

Mais globalement, Musk est un visionnaire et ce qui se rapproche le plus de Steve Jobs ou Jeff Bezos. On peut lui reprocher son comportement qui n’est clairement pas « compliance » au sens financier, mais on ne peut pas contester le fait que si l’on reprend ses visions et son master plan pour Tesla depuis plusieurs années, il n’y a pas grand-chose à redire puisqu’il est exactement là où il était supposé être et la seule question qui reste, c’est de savoir comment il va financer la suite – et c’est peut-être la dernière chose qui bloque – et on ne peut pas dire que c’est la moindre.

Il est évident que l’on ne peut pas tirer de plans sur la comète concernant la dette de Tesla, tout le monde sait que dans les prochains trimestres la tension sera à son comble afin de savoir si Elon parviendra à s’en sortir sans casse. Parviendra-t-il à produire suffisamment de model 3 pour boucler la boucle ou devra-t-il trouver quelqu’un dans le monde qui est décidé à injecter de l’argent pour boucher les trous ? Ça sera probablement le feuilleton de l’automne.

Master Plan – Part 2 (2016) – Source : AtonRâ Partners Research

À ce propos, il est d’ailleurs très intéressant d’observer le business model de Tesla, puisque souvent, de l’extérieur, tout le monde regarde Tesla comme un « vendeur de voitures électriques » – tout comme en son temps, on regardait Amazon comme un vendeur de bouquins – alors que dans la philosophie de Musk (avant ou après avoir fumé de l’herbe), son but n’est pas de faire des voitures, mais de gagner de l’argent sur la vente de ses voitures pour pouvoir développer le reste de son plan futuriste.

Nous voici donc à une étape charnière du développement de Tesla. Si la société d’Elon Musk parvient à passer le cap de son endettement, la suite devrait être « une révolution » comme disait un autre visionnaire en son temps. Pour mémoire, la suite du plan d’Elon Musk passe par le solaire et les véhicules autonomes. Chez AtonRâ Partners, en mettant les chiffres bout à bout et en supposant que Tesla passe le cap de ces 12 prochains mois, nous sommes convaincus que le développement futur de Tesla sera basé sur une vision et une révolution technologique.

Futures produits Tesla – Source – AtonRâ Partners Research

Imaginez des millions de toits équipés de tuiles solaires, imaginez votre Tesla qui fait le taxi pendant que vous êtes au travail. Imaginez que votre voiture puisse à terme vous rapporter de l’argent sans que vous ne fassiez rien… Toute personne qui a acheté une voiture neuve ces 50 dernières années est au courant de la dépréciation ultra-rapide de la voiture d’occasion.

C’est pourquoi aujourd’hui nous pensons que – et c’est le point charnière actuel – que si Tesla atteint ses objectifs de livraisons du model 3, elle parviendra à régler son problème de trésorerie – ce que nous pensons être plus que probable. Musk pourra continuer à développer son « Master Plan », la société deviendra non seulement profitable, mais en plus – en projetant des revenus conservatifs sur le reste du business Tesla – nous pouvons largement imaginer que l’action pourrait tripler dans les 5 prochaines années.

Futures produits Tesla – Source – AtonRâ Partners Research

Aujourd’hui, nous pensons que l’investisseur moyen ainsi que la communauté financière dans son ensemble, ne se concentrent que sur la dette de Tesla et ne continuent de regarder que la partie automobile. Chez AtonRâ Partners, nous pensons que l’on doit voir plus loin et se rapprocher du soleil et des étoiles, comme Elon Musk le voudrait. Se rapprocher du soleil, parce que l’énergie du futur viendra de là et que Tesla sera plus que prête pour en bénéficier.

À court terme il est vrai que le risque d’investir dans Tesla est relativement élevé, étant donné que l’on ne peut pas exclure une augmentation de capital dilutive liée  à sa situation de trésorerie  – cependant, si les nuages noirs qui planent au-dessus de Tesla venaient à se dissiper, il faudra commencer à revenir agressivement sur le titre avec une vision différente et qui dépasse le thème de la voiture électrique.

Futures produits Tesla – Source – AtonRâ Partners Research

En conclusion, au-delà de la valorisation de Tesla et de la vision future de Musk, certains investisseurs peuvent largement se demander si le fait de conserver Elon Musk à la tête du conglomérat fait du sens. On peut évidemment se poser la question, surtout quand il n’y a pas une semaine qui se passe sans que le CEO apparaisse sur YouTube en train de fumer de l’herbe ou sur Twitter en train de tenter de court-circuiter les shorts et de se fâcher avec la plupart des analystes à Wall Street.

Selon nous, la vision de Musk est absolument indispensable à Tesla, mais il est vrai qu’il semblerait plus logique d’avoir un CEO « opérationnel » et de garder Musk pour sa vision… Mais il est clair que Tesla sans Musk ne sera plus Tesla, comme Apple n’était plus Apple sans Steve Jobs.

AtonRâ Partners Research Team

7, rue de la Croix d’Or
1204 Geneva, Switzerland

+41 22 906 16 16
sales@atonra.ch

 

 

 

 

Disclaimer :

AtonRâ Partners est actionnaire de Tesla dans certains de ses certificats activement gérés.

J'aime cet article 40