Les thématiques de l’eau et des déchets, portées par des grandes tendances structurelles, disposent des moteurs de croissance très visibles: croissance démographique, accélération de l’urbanisation, développement des classes moyennes dans les pays émergents, hausse de la consommation mondiale, gestion des ressources naturelles.

Par Cornelia Fuse, Portfolio Manager

 

Ces thématiques impliquent des besoins importants dans l’installation ou la rénovation d’infrastructures. Elles sont également, par essence, associées à des enjeux sociétaux et environnementaux incontournables. Tour d’horizon des opportunités émanant de ces deux thématiques au travers du positionnement du fonds FF – Sustainable Water & Waste Fund.

Le fonds FF – Sustainable Water & Waste Fund vise à investir dans des entreprises avec d’une part, un profil ESG de qualité, mais également avec des modèles économiques attractifs qui concourent à des pratiques pérennes en termes de gestion de l’eau et des déchets. Depuis notre reprise de la gestion du fonds en février 2021, les principaux changements apportés au portefeuille concernent le secteur des déchets : les pratiques actuelles en la matière, ayant cruellement besoin de se réinventer, suscitent un foisonnement d’innovations. Nous avons donc davantage orienté le fonds vers des sociétés proposant des futures solutions (de recyclage, de reconditionnement, visant davantage de circularité, etc.), par opposition aux acteurs plus traditionnels…

Ces ajustements ont permis d’accroitre la diversité des activités en portefeuille tout en réduisant le volume d’émissions de gaz à effet de serre auquel le fonds est exposé (en écartant les activités néfastes en termes d’élimination des déchets). Il en ressort une réduction de 60% de l’empreinte carbone du fonds et une nette amélioration de sa note ESG globale.

Par exemple, nous avons initié une position dans la société Azek, fabricant de terrasses à partir de déchets composites (plastiques et poussière de bois). Deuxième acteur mondial d’un marché consolidé et en croissance, ses produits présentent des durées de vie plus longues que des terrasses classiques. L’amélioration de ses capacités de recyclage et la hausse de la part de matériaux recyclés dans ses matières premières devraient favoriser l’expansion de ses marges.

L’éventail d’activités dont recèle l’univers d’investissement de l’eau et des déchets – allant des entreprises cycliques (grandes valeurs industrielles), aux défensives (services publics réglementés), en passant par des sociétés en croissance structurelle (dans le domaine du recyclage notamment) – permet d’adapter le portefeuille en fonction de l’environnement de marché. Lorsque nous avons repris la gestion du fonds, nous étions fortement exposées aux entreprises avec des durations longues, corrélées négativement aux taux d’intérêt. A présent, le fonds est plus équilibré et présente une légère sous-pondération au thème de la croissance, tandis que le poids des sociétés qui proposent des produits cycliques s’est accru En outre, nous avons ajusté le positionnement du fonds dernièrement pour intégrer une protection contre l’inflation, en nous renforçant sur les sociétés réglementées, dont les revenus sont corrélés avec l’inflation et sur les industries qui disposent d’une forte capacité de fixation des prix. Cette orientation est d’ailleurs validée par notre modèle de gestion des risques.

Le fonds est naturellement surpondéré dans les secteurs de l’industrie et des services publics. Toutefois, à mesure que des solutions émergent dans d’autres secteurs, leur poids en portefeuille peut augmenter (dans une certaine mesure): la consommation cyclique par exemple, via des plateformes digitales de reconditionnement, ou encore les matériaux au travers d’innovations comme les bioplastiques.

Nos paris forts sur certaines industries et notre stock-picking ont contribué à la performance du fonds, qui bat son indice de référence de plus de 650 points de base depuis notre arrivée aux commandes il y a un peu plus de 6 mois. En revanche, notre allocation sectorielle a pesé (principalement due à notre absence sur certaines valeurs technologiques).

Les annonces récentes quant aux dépenses d’infrastructures seront favorables à certains titres dans l’univers de l’eau, en particulier aux Etats-Unis (grâce à des investissements dans la modernisation des infrastructures, dans l’adaptation au changement climatique ou encore dans la qualité du traitement de l’eau, et ce, dans des zones reculées). Sur les marchés émergents, nous sommes investis dans une société brésilienne et nous étudions certains dossiers chinois attractifs. Notre exposition repose davantage sur nos investissements dans des acteurs internationaux avec une présence sur ces marchés cela dit, étant donné que les sociétés locales sont souvent de petite taille et soulèvent des risques réglementaires plus importants.

 


Fidelity propose des services financiers constitutifs d’acquisitions et/ou d’aliénation d’instruments financiers au sens de la loi fédérale sur les services financiers ( LSFin ). Fidelity n’est pas requise de vérifier le caractère approprié et adéquat des services financiers qu’elle procure sela la LSFin. Tout investissement doit se faire sur la base du prospectus actuel et de la FIB (feuille d’information de base), qui sont disponibles gratuitement, tout comme les statuts et les derniers rapports annuels et semi-annuels de nos distributeurs, auprès de notre Centre de Service Européen au Luxembourg, FIL (Luxembourg) SA, 2a rue Albert Borschette BP 2174 L-1021 Luxembourg, ou auprès de notre représentant et service de paiement Suisse, BNP Paribas Securities Services, Paris, succursale de Zurich, Selnaustrasse 16, 8002 Zurich. Ce document promotionnel et publié par FIL Investment Switzerland AG. L’information contenue dans ce matériel promotionnel ne doit pas être comprise comme une offre ou une invitation à faire une offre d’acquisition ou d’aliénation des produits financiers mentionnés dans ce matériel promotionnel.