Depuis le début des années 2000, nous nous sommes accoutumés à une inflation faible et stable. Cette période est bel et bien terminée.

Par David Rees, Economiste en chef des marchés émergents

 

David Rees

L’inflation dans le groupe des pays du G7 a atteint 7% sur un an en mars. Comme le montre le graphique ci-dessous, il s’agit du taux le plus élevé constaté depuis près de quarante ans. Les taux d’inflation totale sont supérieurs aux objectifs des banques centrales dans la quasi-totalité des grands pays développés et émergents.

2022.06.16.Inflation G7

Comment en sommes-nous arrivés là?

Les prémices de la phase actuelle d’inflation mondiale remontent au début de la pandémie de Covid-19, marqué par l’apparition d’un déséquilibre important entre l’offre et la demande de biens.

L’économie mondiale s’est fortement contractée au premier semestre 2020 en raison des mesures de confinement imposées, mais cette phase a été suivie d’une récession inhabituelle dans la mesure où la plupart des ménages étaient protégés contre l’impact économique. Bon nombre ont pu continuer à travailler à domicile tout en conservant leur plein salaire, tandis que la situation financière de nombreux autres ménages était protégée par les plans d’aides gouvernementaux, ce qui a entraîné une forte hausse de l’épargne nette globale.

Les consommateurs disposant d’amples liquidités et des pans entiers de l’économie mondiale étant fermés, notamment le secteur des services, la demande latente a été canalisée par force dans le secteur des biens. Par exemple, les ventes au détail aux États-Unis ont grimpé de 20% en seulement un an et continuent de progresser à mesure de l’accélération de la reprise économique.

Même en temps «normal» d’un point de vue économique, l’offre de biens aurait du mal à suivre le rythme d’une telle hausse de la demande.

Les contraintes de production ont été exacerbées par les mesures de confinement liées à la Covid et les perturbations des canaux maritimes. Les pénuries de biens ont entraîné une détérioration des délais de livraison des fournisseurs et le déséquilibre entre l’offre et la demande s’est traduit par une hausse des prix.

Plus récemment, les conséquences des événements tragiques en Ukraine ont exacerbé ces tendances inflationnistes sous-jacentes, avec une envolée des prix des matières premières. Cela n’a fait que mettre de l’huile sur le feu et qu’accentuer l’inflation.

2022.06.16.Matières premières

Trois raisons pour lesquelles l’inflation devrait rester élevée pour une période prolongée

Le pic de l’inflation mondiale est probablement proche. Pour certains pays comme les États-Unis, il semble déjà se profiler dans les rétroviseurs.

Mais bien que les taux d’inflation totale puissent bientôt commencer à diminuer, il est à craindre que cette diminution soit relativement lente pour au moins trois raisons.

Première raison: l’impact de la politique «zéro Covid» de la Chine sur les chaînes d’approvisionnement

En premier lieu, le maintien de la politique «zéro Covid» en Chine fait que les goulets d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement risquent de persister un certain temps. L’imposition de confinements a lourdement pesé sur l’économie chinoise en avril et devrait se traduire par une contraction de la production économique (PIB) au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent.

Et si les mesures de confinement ont durement frappé l’économie intérieure, elles devraient avoir des conséquences considérables pour le reste du monde.

En effet, la Chine joue aujourd’hui un rôle central dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et les restrictions mises en place pour endiguer la Covid ont sévèrement freiné l’activité manufacturière et provoqué un blocage dans les infrastructures de transport. Par exemple, un ensemble de données quotidiennes fait apparaître une augmentation de la congestion des porte-conteneurs dans 55 grands ports chinois, les navires étant contraints d’attendre pour être chargés et déchargés.

Comme le montre le graphique ci-dessous, une telle situation par le passé a été le signe précurseur d’un allongement des délais de livraison des fournisseurs et une nouvelle détérioration marquée des chaînes d’approvisionnement est à craindre.

2022.06.16.Ports chinois

Deuxième raison: les prix des matières premières

Les prix de l’énergie se sont stabilisés depuis le choc initial subi par les marchés suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Ils restent toutefois élevés et pourraient repartir à la hausse.

La Russie a stoppé ses livraisons de gaz à la Pologne et à la Bulgarie, et le risque d’un arrêt des livraisons à d’autres pays européens de plus grande taille demeure. Dans le même temps, l’UE tente de parvenir à un accord sur un nouveau paquet de sanctions prévoyant un embargo sur l’énergie russe, potentiellement dès la fin 2022.

Cependant, les prix des denrées alimentaires constituent sans doute la plus grande menace. Selon l’indice FAO de l’ONU, les prix nominaux des produits alimentaires ont déjà augmenté d’environ 20% depuis le début de l’année en dollars américains (voir graphique ci-dessous). Et l’énorme choc sur les prix des engrais fait naître le risque que la hausse des prix alimentaires persiste. En effet, la Russie et la Biélorussie sont depuis longtemps des sources majeures d’engrais pour l’économie mondiale. La longueur des cycles de production agricoles signifie que cette hausse des coûts de production pourrait maintenir les prix à des niveaux élevés pendant un certain temps.

2022.06.16.prix denrées alimentaires

Parallèlement, le changement climatique affecte également la production agricole dans certains pays clés comme l’Inde. C’est là une menace particulière pour les pays émergents, où l’alimentation représente une part relativement importante du panier des indices IPC et où les pics passés des prix ont donné lieu à des troubles sociaux, comme le Printemps arabe en 2010.

Troisième raison: la reprise dans le secteur des services

Un troisième enjeu pour les perspectives d’inflation provient du secteur des services. La reprise dans ce secteur commence tout juste à prendre de l’élan, l’apaisement des craintes liées à la Covid entraînant un rééquilibrage de la demande par rapport à la consommation de biens manufacturés.

Les données en provenance du Royaume-Uni, première grande économie à avoir levé les restrictions liées à la Covid, font apparaître un net revirement de la demande vers les services. Et comme le montre le graphique ci-dessous, la production dans le secteur des services aux États-Unis renoue tout juste avec ses niveaux d’avant la pandémie et devrait encore progresser à mesure du redressement de la demande.

2022.06.16.inflation dans les services

La reprise de la demande dans le secteur des services devrait nécessiter davantage de main-d’œuvre alors même que le chômage est déjà très faible et que les salaires augmentent. Le secteur des services tend à être une activité à forte intensité de main d’œuvre et, par conséquent, les prix à la production sont particulièrement sensibles aux coûts salariaux. Cela augmente le risque que les services prennent bientôt le relais en tant que principal moteur de l’inflation, accentuant les craintes d’une spirale salaires-prix.

Quelles sont nos prévisions concernant l’inflation?

Compte tenu de tous ces risques, nous avons révisé à la hausse notre prévision d’inflation mondiale cette année à 6,4%, contre 4,8% précédemment. Même si nous continuons de tabler sur une diminution de l’inflation l’an prochain, il est probable qu’elle intervienne lentement et nous avons révisé à la hausse nos prévisions pour 2023 à 3,6% contre 2,8% précédemment.

Dans ces prévisions, la majeure partie de la révision à la hausse provient des marchés développés. Les données publiées laissent penser que l’inflation aux États-Unis a atteint un pic à 8,6% en mars. Nous pensons qu’elle devrait ralentir ces prochains mois, mais seulement revenir à l’objectif de 2% de la Réserve fédérale d’ici le quatrième trimestre 2023.

Le pic d’inflation au Royaume-Uni et dans la zone euro devrait intervenir un peu plus tard, aux deuxième et troisième trimestres, respectivement. Cependant, si nous estimons que l’inflation dans la zone euro retombera sous les 2% au second semestre de l’an prochain, nous pensons que l’inflation britannique restera supérieure à l’objectif jusqu’en 2023.

 


Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.