Donald Trump devrait recevoir le rapport du Département du Commerce sur les importations automobiles. Il décidera s'il taxera ou non les importations d'automobiles et si oui, de combien.

La procédure lancée en mai 2018 doit évaluer si ce commerce présente un risque pour la sécurité nationale (section 232 du Trade Expansion Act de 1962). Le même motif avait justifié les droits de douane sur les importations de métaux industriels. Autant dire que la ficelle est assez grosse. Selon certains articles de presse, trois options seraient proposées: des droits de douanes de 25%, des droits de 10% ou seulement une imposition limitée aux voitures “à la pointe de la technologie”!

Il y a de bonnes chances que Canada, Mexique et la Corée du Sud, trois pays qui ont accepté de revoir l’an dernier leurs accords commerciaux avec les États-Unis, en soient exemptés. Cela laisserait comme cibles l’UE et le Japon. Ces deux zones ont chacun exporté l’an dernier pour 44Md$ de voitures particulières aux US (voir tableau). Rapporté à leur PIB, l’exposition est bien plus forte pour le Japon (0.9%) que pour l’UE (0.2%, mais 0.5% pour l’Allemagne).

Suivant l’analyse du think-tank Bruegel (1), on peut estimer que des droits à 10% seraient un choc de 0.11% sur le PIB japonais et 0.03% sur le PIB européen (0.06% sur le PIB allemand). A 25%, ces chiffres monteraient à 0.28% pour le Japon, 0.08% pour l’UE (0.15% pour l’Allemagne). Pour le président américain, la priorité actuelle est la Chine, mais l’industrie automobile au Japon et en en Europe ne perd sans doute rien pour attendre. Les discussions commerciales avec l’UE n’ont pas beaucoup avancé depuis la rencontre Trump-Juncker de juillet dernier, si ce n’est que l’UE a menacé de répondre en taxant 20 Md$ d’exportations américaines, soit 0.1% du PIB.

Cela paraît un choc minime sur l’activité. L’effet sur les prix de mesures tarifaires pourrait être plus important (2). Une taxe à 25% pourrait ajouter 0.3pt d’inflation, ce qui accentuerait le rebond des prix des biens non-énergétiques bienvisible depuis quelques mois (graphe de droite).

 

 

 

1 Voir Bruegel, Still on the road? Assessing Trump’s threat to European cars, 13 mars 2018

2 Voir notre Focus-US,Hypothétiques droits automobiles: un choc pour l’économie US, 27 juillet 2018