Après qu’un vent de panique eut soufflé sur les marchés financiers durant la première partie de 2020 dans le sillage de la crise sanitaire, la fin de l’année dernière a vu naître un regain de confiance en Bourse. L’année 2021 pourrait toutefois s’avérer bien plus mouvementée que ce qui est généralement admis malgré l’optimisme actuel né des vaccins contre la Covid-19 et des mesures prises pour relancer une économie mondiale à l’arrêt l’an dernier.

Par David Older, responsable de l’équipe actions de Carmignac

 

L’économie mondiale devrait nettement rebondir cette année après avoir reculé de 4,4 % en 2020. Néanmoins, ce rebond ne sera pas uniforme. Le début d’année devrait être en demi-teinte en Europe sous l’effet des restrictions sanitaires qui pourraient encore se poursuivre avant que n’accélère la reprise économique au cours des deuxième et troisième trimestres. En revanche, la croissance devrait être beaucoup plus linéaire en Chine, proche de 8%, et particulièrement forte aux Etats-Unis.

Les investisseurs ont anticipé l’amélioration de la situation économique au cours des derniers mois

Ils pourraient maintenant vouloir attendre la concrétisation de ces anticipations alors que les marchés financiers ont repris des couleurs depuis la fin de l’année dernière. Au quatrième trimestre 2020, la valeur des 600 plus grosses entreprises européennes cotées en Bourse a en effet progressé de 10,5 % après avoir chuté de 13 % au cours des neuf premiers mois de l’année. Depuis le 1er janvier, les actions des 600 principales sociétés européennes ont encore gagné 3% sur fond d’anticipation d’une reprise économique.

L’année 2021 sera marquée par la reprise économique post-Covid et la poursuite des mesures importantes de soutien économique. Mais les marchés ont déjà intégré ce scénario. Les valorisations boursières restent élevées. Il va encore falloir faire preuve de flexibilité en 2021.

La vigilance devrait donc rester de mise dans un environnement qui demeure complexe. La distribution des vaccins au cours de l’année 2021 pourrait certes favoriser une normalisation progressive des modes de vie et de consommation. Mais cette perspective pourrait aussi entraîner une remontée des taux d’intérêt maintenus artificiellement à de très bas niveaux par les autorités pour soutenir l’économie. Or, non seulement cette hausse des taux pèserait sur le prix des actions si elle s’avérait trop importante, mais, en outre, il n’est pas certain que l’économie mondiale puisse aujourd’hui fonctionner normalement sans mesures de soutien.

Dans un tel contexte, la capacité à gérer activement des investissements et les risques va continuer de jouer un rôle primordial dans la gestion de l’épargne. La complexité génère aussi des opportunités. 2021 s’annonce complexe ce qui n’est pas forcément une mauvaise nouvelle selon nous dès lors que l’on a une gestion suffisamment active comme elle l’a été en 2020. Certes il faut anticiper mais il faut être également capable de gérer l’imprévu.