La chronique obligataire de J.P. Morgan Asset Management.

Par Iain Stealey, Portfolio Manager, Head of Global Aggregate Strategies – Global Fixed Income, Currency & Commodities Group

Les données macroéconomiques sont décevantes et le climat politique reste incertain, ce qui pèse lourdement sur l’euro. Dans ces conditions défavorables, un redressement est-il possible?

 

Fondamentaux

Nos indicateurs quantitatifs font apparaître un nombre croissant de données économiques européennes inférieures aux prévisions. La croissance ralentit: le PIB de la zone euro n’a progressé que de 0,2% le trimestre dernier, avec une stagnation en Italie et une contraction de 0,2% de l’économie allemande. Toutefois, un redressement n’est pas à exclure. Dans certains pays, la morosité peut s’expliquer par les problèmes spécifiques qui y persistent (l’Italie n’a pas encore surmonté ses défis politiques; l’Allemagne souffre des craintes sur le commerce international et des nouvelles règles qui affectent le secteur automobile).

La détérioration des données macroéconomiques doit également s’envisager dans le contexte des niveaux extrêmement élevés de l’an dernier. En outre, certains fondamentaux sont plus encourageants. Les revenus des ménages augmentent fortement depuis plusieurs années et ne montrent aucun signe de ralentissement, tandis que les bénéfices des entreprises européennes ont progressé d’environ 12% au troisième trimestre. Ces prochains mois, le repli des cours du pétrole pourrait stimuler la croissance et la dépréciation de l’euro pourrait favoriser les exportateurs. En outre, bien que le climat politique soit susceptible de rester incertain, les développements récents laissent espérer que les sujets épineux tels que le Brexit vont enfin trouver une issue favorable.

Valorisations quantitatives

Sur les marchés européens, les valorisations reflètent la nervosité qui caractérise la toile de fond d’un point de vue fondamental. En particulier, l’euro a enfoncé ses plus bas sur l’année en cours, les marchés continuant de réévaluer leurs prévisions pour 2019, jusqu’à présent structurellement haussières. Bien que la faiblesse de la monnaie unique soit généralisée, elle est la plus prononcée par rapport au dollar américain, la paire EUR/USD se négociant à moins de 1,13 au 14 novembre.

S’agissant de la politique des banques centrales, les prévisions du marché sont également révélatrices: bien que le cycle de hausse de la Réserve fédérale américaine soit maintenant bien entamé, la Banque centrale européenne n’a pas encore débuté le sien, ses orientations prospectives laissant entendre que ses dirigeants ne relèveront les taux qu’après l’été 2019. Au 13 novembre, les marchés n’intègrent que 15 points de base de hausse des taux avant 2020. Cette estimation semble logique au regard de la détérioration des fondamentaux, mais, s’ils venaient à s’améliorer, des révisions à la hausse pourraient avoir lieu.

Facteurs techniques

Les facteurs techniques reflètent également le sentiment global des investisseurs. Compte tenu de la faiblesse persistante de l’euro, les investisseurs ont adopté un positionnement globalement court. La demande n’apporte aucun soutien, les flux de capitaux dénotant un faible appétit pour les actifs européens. Depuis le début de l’année, les fonds de titres Investment Grade et de titres à haut rendement libellés en euros et en livre sterling ont enregistré des dégagements importants (de l’ordre de 5 milliards EUR par exemple pour le segment Investment Grade). Cette faiblesse de la demande découle sans doute du risque global qui entoure le budget italien et le Brexit notamment. A mesure de la résolution de ces problèmes, les conditions pourraient s’améliorer.

Les données témoignent désormais d’une sous-pondération généralisée sur l’euro
Source: Commodity Futures Trading Commission et J.P. Morgan Asset Management (JPMAM) ; données au 9 novembre 2018

Quelles implications pour les investisseurs obligataires?

Naturellement, la prudence est actuellement de mise en Europe, les tensions politiques persistantes aggravant la détérioration des données économiques. Cela dit, si les données se stabilisent et si les progrès se poursuivent sur la scène politique, l’optimisme pourrait renaître. En parallèle avec le positionnement plus net des investisseurs et la récente dépréciation de la monnaie unique, ces conditions suggèrent qu’un redressement est possible.

 


Cette communication commerciale et les opinions qu’elle contient ne constituent en aucun cas un conseil ou une recommandation en vue d’acheter ou de céder un quelconque investissement ou intérêt y afférent. Toute décision fondée sur la base des informations contenues dans ce document sera prise à l’entière discrétion du lecteur. Les analyses présentées dans ce document sont le fruit des recherches menées par J.P. Morgan Asset Management, qui a pu les utiliser à ses propres fins. Les résultats de ces recherches sont mis à disposition en tant qu’informations complémentaires et ne reflètent pas nécessairement les opinions de J.P.Morgan Asset Management. Sauf mention contraire, toutes les données chiffrées, prévisions, opinions, informations sur les tendances des marchés financiers ou techniques et stratégies d’investissement mentionnées dans le présent document sont celles de J.P. Morgan Asset Management à la date de publication du présent document. Elles sont réputées fiables à la date de rédaction. Elles peuvent être modifiées sans que vous n’en soyez avisé. Il est à noter par ailleurs que la valeur d’un investissement et les revenus qui en découlent peuvent évoluer en fonction des conditions de marché et que les investisseurs ne sont pas assurés de recouvrer l’intégralité du montant investi. La performance et les rendements passés ne préjugent pas forcément des résultats présents ou futurs. Aucune certitude n’existe quant à la réalisation des prévisions. J.P. Morgan Asset Management est le nom commercial de la division de gestion d’actifs de JPMorgan Chase & Co et son réseau mondial d’affiliés. Dans les limites autorisées par la loi, vos conversations sont susceptibles d’être enregistrées et vos communications électroniques contrôlées dans le but de vérifier leur conformité à nos obligations juridiques et règlementaires et à nos polices internes. Les données personnelles seront collectées, stockées et traitées par J.P. Morgan Asset Management dans le respect de la Politique de confidentialité disponible sur le site www.jpmorgan.com/emea-privacy-policy . Cette communication est publiée en Europe (hors Royaume-Uni) par JPMorgan Asset Management SARL (Europe), 6 route de Trèves, L-2633 Senningerberg, Grand-Duché de Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B27900, capital social EUR 10.000.000.