Alors que le découplage des économies américaine et chinoise s’intensifie, le «leadership» américain dans plusieurs technologies est sérieusement remis en question.

Le secteur technologique chinois s’affranchit des Etats-Unis

Alors que le découplage des économies américaine et chinoise s’intensifie, le «leadership» américain dans plusieurs technologies est sérieusement remis en question.

Début 2019, l’embargo américain sur Huawei a accéléré cette séparation. Par cette sanction, la Maison Blanche a voulu affaiblir le Chine mais elle n’a fait que renforcer la volonté de l’Empire Du Milieu de développer leur capacité d’innovation et de devenir une superpuissance technologique. L’objectif, qui n’était au début qu’un but à long terme, est devenu une priorité absolue pour le gouvernement chinois.

On estime que la Chine a un retard de trois à cinq ans par rapport aux leaders américains sur les puces électroniques. Cependant, grâce à d’importants investissements et à l’augmentation des dépenses de recherche et développement, le pays est déterminé à établir un réel écosystème autour des semi-conducteurs avec une production autosuffisante (non dépendante des Etats-Unis) à chaque étape du processus de fabrication.

La Chine comblera-t-elle l’écart technologique avec les États-Unis?

«Made in China 2025» est le plan officiel mis en place par les autorités chinoises pour assurer l’indépendance du pays en termes de technologies – et les premiers résultats sont là! Fin 2018, les entreprises chinoises avaient déposé plus d’un tiers des demandes mondiales de brevets majeurs concernant la technologie 5G. De plus, selon le MIT Technology Review, la Chine a produit chaque année plus d’articles de recherche sur l’apprentissage profond (deep learning) que tout autre pays. Par ailleurs, cinq des meilleures universités mondiales ayant des programmes sur l’apprentissage automatique (machine-learning) se trouvent en Chine.

Autre chiffre parlant, les dépenses de recherche et développement: selon Bloomberg, en 2018, Huawei, avec plus de 15 milliards de dollars, s’est classé au 4e rang derrière Amazon, Alphabet et Samsung.

Pour que le tableau soit complet, le Council of Foreign Relations (CFR), un groupe de réflexion basé aux États-Unis, a indiqué que la Chine prenait la tête dans des domaines riches en technologie tels que l’intelligence artificielle, la robotique, le stockage d’énergie, les réseaux cellulaires 5G et peut-être même la biotechnologie.

Les semi-conducteurs au cœur du plan «Made in China 2025»

Le plan stratégique “Made in China” vise un objectif d’autosuffisance sur la production domestique de circuits intégrés de 40% en 2020 et 70% en 2025. Pour ce faire, le gouvernement chinois a créé le China Integrated Circuit Industry Investment Fund (CICIIF, ou “Big Fund”) pour promouvoir le développement de la conception et de la fabrication de semi-conducteurs.

Les 5 plus grosses transactions effectuées par les sociétés de “Private Equity” se situent dans le secteur des semi-conducteurs

Les investissements prévus sont gigantesques. Pékin envisage de dépenser plus de 150 milliards de dollars sur dix ans. Lors de la première phase, le «Big Fund» a investi dans plus de 70 projets et sociétés dont Tongfu Microelectronics (fabricant de circuits intégrés), JCET (leader mondial de l’emballage et des tests) et SMIC (première fonderie de Chine continentale). Ces nouveaux investissements seront probablement davantage axés sur les applications dans la chaîne d’approvisionnement en aval de l’industrie des semi-conducteurs, telles que la conception de puces électroniques, de matériaux de pointe et d’équipements.

Ainsi, le Chinese Big Fund ne vise pas particulièrement la R&D mais plutôt l’expansion de la capacité de production. Grâce à celle-ci, l’industrie augmentera les volumes de ventes et donc les futures dépenses de R&D. Le gouvernement souhaite que les sociétés chinoises rattrapent le retard qu’elles ont par rapport à leurs concurrents américains.

Dépenses de Recherche et Développement de la part du gouvernement et de l’industrie dans le secteur des semi-conducteurs

Un retard à combler!

La production domestique chinoise de puces électroniques est cependant toujours en retard par rapport à l’objectif long terme du gouvernement. En 2018, selon IC Insight, la production totale de puces électroniques en Chine par les sociétés chinoises ne représentait que 4,2% de la demande intérieure. Si l’on inclut les unités fabriquées en Chine par des sociétés étrangères, la production domestique totale de puces s’élève à 15,5 %. La Chine a donc encore besoin de la production d’entreprises étrangères pour atteindre son objectif de production nationale.

Un marché énorme !

En 2018, les principaux leaders sur les semi-conducteurs ont réalisé en Chine un chiffre d’affaires cumulé de 2,3x supérieur à celui réalisé aux Etats-Unis. Voilà une des raisons principales qui pousse de plus en plus d’entreprises chinoises à investir le secteur des semi-conducteurs.

 

Catalyseurs

Coopération accrue avec d’autres pays développés. Huawei a déjà commencé à développer des relations avec des fournisseurs au Japon, en Corée du Sud et en Europe pour compenser la potentielle perte des fournisseurs américains.

Un attrait de la part des talents étrangers. La Chine est en train de s’imposer comme l’endroit idéal pour les jeunes talents sur l’intelligence artificielle et les technologies de pointe, en compétition avec la Silicon Valley.

Risques

Gestion du plan d’investissement. La stratégie de mise en œuvre du plan pour les semi-conducteurs n’a pas été suffisamment claire et a été entravée par des lourdeurs bureaucratiques.

Manque d’une main-d’œuvre hautement qualifiée. La capacité de la Chine à tirer parti des acquisitions étrangères, des co-investissements avec des fabricants de premier plan et des budgets de R&D importants a été ralentie par le manque de qualification de sa main-d’œuvre. L’éducation s’est certes améliorée, mais il faudra du temps pour que les effets se fassent sentir.

Si la Chine arrivait à ses fins et devenait indépendante vis-à-vis des entreprises américaines, les répercussions seraient énormes. Les spécialistes d’AtonRâ suivent avec attention les développements dans ce secteur et ont déjà introduit plusieurs titres chinois dans leurs portefeuilles d’investissement.

 

Sources

https://asia.nikkei.com/Spotlight/5G-networks/China-in-pole-position-for-5G-era-with-a-third-of-key-patents
https://multimedia.scmp.com/news/china/article/2166148/china-2025-artificial-intelligence/index.html
https://mit-insights.ai/region/china/
https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-04-25/huawei-s-r-d-spending-balloons-as-u-s-tensions-flare-over-5g
https://asia.nikkei.com/Spotlight/5G-networks/China-in-pole-position-for-5G-era-with-a-third-of-key-patents
https://www.spglobal.com/marketintelligence/en/news-insights/trending/oqa4mdnwsjfv7y3auyd1aq2
https://www.cbinsights.com/investor/china-integrated-circuit-industry-investment-fund
https://semiwiki.com/general/274178-us-china-decoupling-and-the-semiconductor-undustr-who-gets-hurt/
https://www.usitc.gov/publications/332/journals/chinese_semiconductor_industrial_policy_prospects_for_success_jice_aug_2019.pdf