Définir des objectifs de zéro émission nette n’a rien de compliqué pour les investisseurs institutionnels et les fiduciaires. Le véritable défi? Les atteindre. Nous cherchons à répondre aux cinq questions auxquelles ils sont confrontés aujourd’hui.

Par Lesley-Ann Morgan, Responsable de la stratégie multi-actifs et Ben Popatlal, Stratège multi-actifs

 

Lesley Ann Morgan

De nombreux investisseurs institutionnels ont défini un objectif de zéro émission nette pour 2050 – avec parfois un objectif intermédiaire pour 2024 ou 2025 – afin de décarboner leurs portefeuilles.

Mais comment peuvent-ils s’assurer que leurs actifs répondent aux attentes?

Nous avons identifié cinq des questions les plus pressantes que ces derniers doivent se poser pour veiller à rester sur la bonne voie et nous fournissons des pistes de réflexion quant aux réponses.

Mon objectif est fixé. Vais-je pouvoir l’atteindre sans difficulté?

Votre parcours de décarbonation ne sera pas sans contretemps: un grand nombre de facteurs risquent de vous faire dévier de la trajectoire. Par exemple, certains actifs pourront ne pas réduire leur empreinte carbone comme prévu. Ou un changement d’allocation d’actifs pourra remplacer un actif par un autre dont le score carbone est plus faible. Cela pourra être le cas, par exemple, si vous passez de la dette des marchés développés à la dette émergente.

Vous pourriez également obtenir de meilleurs résultats que prévu grâce à des innovations technologiques ou à un changement de gérant. Il convient également de rappeler que votre capacité à décarboner dépend également de l’offre d’actifs durables.

Le parcours risque inévitablement d’être secoué de soubresauts. Prenons l’exemple de la guerre en Ukraine. Bien que cette dernière ait pris tout le monde de court, nous savons que de tels événements imprévisibles peuvent toujours se produire et affecter votre capacité à décarboner.

Le fait de ne pas atteindre votre objectif carbone peut avoir un coût de réputation pour vous. Il est donc important de gérer les attentes quant à la fréquence à laquelle vous mesurez, publiez et réévaluez votre stratégie.

2022.08.05.Current emissions

Que faire si mon objectif de performance et mon objectif carbone sont incompatibles à court terme?

Benjamin Popatlal

À long terme, nous pensons qu’investir dans des actifs durables permettra d’obtenir des performances supérieures. Toutefois, il peut arriver qu’à court terme, la détention d’actifs présentant des caractéristiques carbone plus faibles puisse avoir un impact positif sur les performances. Par exemple, le pétrole et les matières premières ont récemment fortement contribué aux performances.

Au final, il s’agit de définir clairement votre philosophie dès le départ. Si vous avez déclaré que vous n’investiriez pas dans ce type d’actifs, vous placez effectivement le carbone au-dessus de la performance. La majorité des détenteurs d’actifs ne le font pas aujourd’hui, mais nous l’avons constaté avec le charbon thermique. À terme, le même schéma pourrait être observé concernant d’autres énergies polluantes.

2022.08.05.Carbon target

Faut-il assigner chaque année un objectif carbone aux gérants d’actifs?

Oui, nous pensons qu’il est important de fixer des objectifs aux gérants d’actifs. Toutefois, les mesures que vous prenez s’ils n’y parviennent pas sont déterminantes.

Un client voulait que nous nous fixions pour l’un de nos portefeuilles un objectif d’exposition au carbone inférieur de 50% à celui de l’indice. Toutefois, nous lui avons fait remarquer que cela se traduirait par une tracking error considérable par rapport à l’indice et que cela ne contribuerait pas nécessairement à la transition à ce moment donné. Il a donc décidé d’améliorer sa due diligence continue afin de mieux comprendre nos initiatives pour améliorer le score carbone au fil du temps.

Si un gérant ne parvenait pas à atteindre son objectif carbone une année, cela ne constituerait sans doute pas un motif de licenciement. De la même manière, la plupart des clients ne congédieraient probablement pas un gérant qui n’aurait pas atteint un objectif de performance une année.

Au cours des dernières années, nous avons connu une année marquée par un arrêt presque complet de l’activité économique à l’échelle mondiale, et une autre année marquée par une guerre totale entre États souverains en Europe. Durant cette période, le cours du pétrole a fluctué entre -38 USD et +124 USD. Ce n’est qu’en analysant la tendance sur plusieurs années qu’il est possible de mesurer la détermination d’un gérant à réduire le carbone au sein son portefeuille.

Il est important d’améliorer votre gouvernance des gérants pour comprendre de quelle manière ils sont engagés dans la réduction du carbone.

La réduction des niveaux de carbone au sein de mon portefeuille aidera-t-elle la planète à se décarboner à long terme?

Si vous voulez simplement réduire votre score carbone de façon rapide, le désinvestissement est sans doute la réponse. Pourtant, au final, cela n’aide guère la planète. Quelqu’un d’autre achètera ces actifs avec des scores carbone élevés. Il est préférable pour la planète d’encourager et de dialoguer avec les entreprises.

En termes de calendrier, cela dépend de vos priorités en tant qu’investisseurs institutionnels et fiduciaires. Il est possible qu’aujourd’hui vous donniez la priorité à l’impact du climat sur votre portefeuille et sur votre investissement afin de gérer ces risques ou de tirer parti des opportunités («matérialité entrante»).

D’autres peuvent vouloir rechercher un équilibre entre cet objectif et celui d’amélioration de la planète («matérialité sortante»). Ou vous pouvez décider que l’amélioration de la planète fait partie de vos objectifs, mais que c’est votre prochaine étape. Là encore, tout dépend de votre philosophie.

2022.08.05.Climat impact

L’allocation d’actifs ajustée en fonction des tendances climatiques a tendance à pénaliser les pays en développement les plus chauds. Dans ces conditions, devons-nous cesser d’investir sur les marchés émergents ou leur allouer davantage de capitaux pour les aider à accélérer leur transition?

Encore une fois, la réponse à cette question relève de la matérialité entrante et sortante. En évitant les marchés émergents, vous pouvez éviter des risques d’investissement élevés (comme la hausse du niveau des mers ou des conditions météorologiques défavorables). Mais cela revient également à manquer des opportunités d’investissement dans ces pays.

Pour un investisseur institutionnel qui s’inquiète également de l’impact sur le climat («matérialité sortante») de ses investissements, l’allocation de capitaux aux pays en développement contribuera à ses objectifs de décarbonation à long terme.

Afin de s’assurer que l’argent va dans des projets qui ont une incidence sur le climat, les investisseurs institutionnels doivent envisager les «obligations vertes basées sur l’adaptation». Il s’agit d’obligations souveraines dont le capital est spécifiquement dédié à la levée de fonds pour des projets climatiques et environnementaux.

Ces obligations sont généralement liées à des actifs et adossées au bilan de l’entité émettrice, de sorte qu’elles ont généralement la même note de crédit que les autres obligations de dette de leurs émetteurs.

2022.08.05.réchauffement Terre

 


Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.