L'analyse macroéconomique de Didier Saint-Georges Managing Director et Membre du Comité d’Investissement chez Carmignac.

Didier Saint-Georges

Les élections françaises s’étant gardées d’asséner le coup de grâce à la construction européenne, les marchés financiers devraient pouvoir afficher quelques temps encore une certaine exubérance. En effet, aux liquidités toujours abondantes (plus de 1000 milliards de dollars de “Quantitative easing” encore apportés globalement depuis le début de l’année), s’ajoute un cycle économique global en expansion modérée, un dollar faible, des taux d’intérêt toujours bas, et un prix du pétrole stabilisé. Que demander de plus?

Il faut se réjouir du retour de la primauté de l’économie sur les marchés. Mais à l’orée du second semestre, il est peut être aussi utile de rafraichir notre compréhension du phénomène de réflexivité toujours à l’œuvre entre l’économique et le politique, ainsi que notre perception de la dynamique des marchés aux niveaux actuels.

 


Retrouvez la Carmignac’s Note et notre stratégie d’investissement
Télécharger cet article (PDF, 8 pages, en français)


 

Article promotionnel. Cet article ne peut être reproduit en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion. Il ne constitue ni une offre de souscription, ni un conseil en investissement. Les informations contenues dans cet article peuvent être partielles et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis.

J'aime cet article 361