La Lettre N°5: 2.3 milliards de millennials et moi, et moi, et moi

La Lettre N°5: 2.3 milliards de millennials et moi, et moi, et moi

Les millennials - qui constituent la génération Y - sont les personnes nées entre 1980 et 2000. Ils sont donc aujourd’hui âgés entre 17 et 37 ans. Sur base des dernières statistiques disponibles1, ils sont plus de 2.3 milliards au niveau mondial, soit la génération la plus représentée puisqu’elle recouvre 31.3% de la population mondiale, devançant la génération Z constituée des moins de 17 ans (28.6%) et la génération X qui regroupe les 37-52 ans (20.3%).

Quoi que hétérogène – l’individu de 17 ans n’ayant pas le même profil que celui de 37 ans – cette génération présente des caractéristiques qui la distinguent des précédentes et constitue déjà la plus importante génération de consommateurs de l’histoire. D’ici moins de 10 ans, lorsque les plus jeunes millennials seront entrés dans la vie active, leur pouvoir économique sera considérable. Dès lors, on comprend mieux l’intérêt qu’ils suscitent auprès de toutes les industries, que ce soit dans les économies développées ou émergentes.

Des industries qui devront d’ailleurs se réinventer afin de capter cette masse de consommateurs potentiels. Comme nous l’expliquent les intervenants de cette 5e Lettre, la digitalisation est l’un des axes les plus importants à développer pour toucher ce public de digital natives. Mais la génération Y apporte également une vision de la consommation différente de celle de leurs ainés. Même s’ils continuent d’aimer le luxe, comme nous le verrons dans 2 articles, ils aiment comparer et prennent en compte les avis de leur réseau.

Génération la plus instruite et la mieux connectée, les millennials ont également été marqués par la crise de 2008 et ont développé un système de valeurs qui leur est propre. Ils sont par exemple adeptes de l’économie du partage, une transformation majeure à laquelle a aussi du s’adapter le législateur (les cas les plus emblématiques étant Airbnb et Uber). La finance, la santé ou les loisirs connaissent aussi des mutations de grande ampleur – que l’on qualifie dorénavant de disruptions – rendues possibles par l’expansion de la digitalisation. Les premiers à répondre aux besoins de cette clientèle bénéficieront d’un avantage compétitif fort.

Au niveau éthique, les millennials amènent de nouvelles valeurs, qui s’expriment à travers un intérêt accru pour les investissements durables et responsables, un sujet que nous ne traitons pas dans cette Lettre vu que c’était le thème de notre toute première édition. Par contre nous publions ici l’analyse du fondateur d’une plateforme suisse de crowdfunding, ainsi qu’une analyse de la perception qu’ont les millennials de l’investissement.

Finalement, les millennials doivent-ils être considérés comme une thématique d’investissement ? La réponse est bien entendu positive car ce tiers de la population mondiale a déjà commencé à influencer de nombreux business models dans tous les secteurs. Les investisseurs de tous âges devraient donc en tenir compte dans leurs grilles d’analyse.

Nous remercions tous les contributeurs à cette Lettre (dont AllianceBernstein, Janus Henderson, DECALIA AM, Sectoral AM, Invesco ou encore Serge Ledermann et Sébastien Gyger) pour leurs analyses pointues qui, nous l’espérons, vous permettront de mieux appréhender certains aspects de cette thématique.

Télécharger la Lettre N°5

 


1. selon le bureau américain du recensement

J'aime cet article 77

Annonce


Nos partenaires