Le rapport de gradation des diamants

Le rapport de gradation des diamants

Le rapport accompagnant chaque pierre est essentiel à la valorisation de celle-ci, mais sa lecture nécessite des compétences pointues.

Durant mes années de carrière en tant que banquier diamantaire et consultant j’ai rencontré de nombreuses idées fausses ainsi que des fraudes sur les diamants ou les pierres précieuses de couleur, les rapports de notation ou les certificats (DGR). Comme ceux-ci jouent un rôle très important dans le commerce des diamants polis et des pierres précieuses, et ont une influence majeure sur leur prix, ce sujet mérite d’être développé plus en détail.

Le DGR (Diamond Grading Report) est un rapport détaillé sur la nature et les qualités uniques d’un diamant ou d’une pierre précieuse, réalisé par des laboratoires spécialisés. Les analyses effectuées permettent également de vérifier si les pierres sont authentiques et peuvent parfois en déterminer la provenance, sur base de caractéristiques uniques propres à certaines mines.

Même s’il existe de nombreux rapports, il n’y en a qu’une poignée qui bénéficient d’une reconnaissance importante au plan international. Le principal et leader du marché est celui du Gemological Institute of America (GIA). Cet institut a développé une expertise dans tous les types de diamants et de pierres précieuses colorées. Ce rapport est reconnu internationalement par les professionnels du secteur, ainsi que par certains acteurs importants comme les maisons de ventes aux enchères et leurs clients.

Exemple de rapport du GIA (cliquez pour agrandir)

On trouve également les certificats émanant du HRD, un laboratoire basé à Anvers, détenu par le Antwerp World Diamond Centre, une institution privée défendant les intérêts de l’industrie diamantaire belge. Le HRD analyse essentiellement des diamants et ses certificats sont principalement reconnus dans le milieu professionnel et sur certains marchés de détail.

IGI (International Gemological Institute) est un autre laboratoire important indépendant et privé d’Anvers. Il est en pleine croissance, principalement dans les centres de commerce de diamants du monde entier. Ce laboratoire a également mis l’accent sur les bijoux de manière plus importante que ses concurrents.

Rapport du SSEF (cliquez pour agrandir)

En Suisse, il y a principalement 2 laboratoires renommés qui émettent des DGR, à savoir Gübelin à Lucerne et SSEF à Bâle. Ils sont très reconnus pour leurs analyses sur les diamants de couleur, émeraudes, saphirs et rubis.

Au niveau vente ou achat, Il est très important que les DGR soient relativement récents (moins de 2 ans, je dirais) si vous ne voulez pas de réduction sur le prix ou passer par une recertification. En effet, ces laboratoires améliorent continuellement leurs technologies d’analyse et de détection, de sorte que les pierres disposant de DGR plus anciens devront le plus souvent être soumises à de nouvelles vérifications si l’on veut les vendre.

Bien que tous les laboratoires mentionnés ci-dessus jouissent d’une excellente réputation, au niveau professional international, les certifications du GIA amènent généralement une certaine prime au niveau du prix et de la liquidité.

Des arbitrages intéressants peuvent parfois être effectués par des professionnels chevronnés, par exemple quand cette prime dépasse les réalités du marché.

Les éléments importants du DGR

  1. Date et numéro de rapport pour contrôle et vérification.
  2. Forme (et style de coupe). Les principales sont brillant (ronde), ovale, marquise, poire, cœur, princesse et rayonnante. Il est important de savoir que la plupart des formes se négocient avec une décote par rapport au brillant. De nombreux sites permettent de le vérifier, à l’exemple de http://www.hrdantwerp.com/en/about-diamonds
  3. Mesures tridimensionnelles de la pierre.
  4. Poids en carats. Un carat représente 200 milligrammes. Il est important de noter que le prix du carat augmente avec la grosseur de la pierre, ce qui s’explique par la rareté croissante des plus grosses pierres.
  5. Catégorie de couleur allant de D (blanc, le meilleur) à Z (le plus mauvais).
  6. Niveau de clarté qui mesure les inclusions ou impuretés de la pierre.
  7. Coupe du diamant. Cet aspect est également très important car il mesure la perfection de la taille de la pierre, en respectant les angles et les surfaces idéales pour obtenir un maximum de réflexion de la lumière. Ce point est subdivisé en 2 sous-catégories qui sont relatives au polissage et à la symétrie.
  8. Fluorescence. C’est la lueur que vous voyez parfois quand un objet émet de la lumière visible. Certains diamants sont fluorescents lorsqu’ils sont exposés aux rayons ultraviolets (UV) de sources comme le soleil ou les lampes fluorescentes. Cela peut les amener à émettre une lumière bleutée ou plus rarement une lumière jaune ou orangée. La fluorescence est un défaut qui amène une baisse du prix.
  9. Commentaires. Cette section comprend les remarques supplémentaires de la personne évaluant les pierres.
  10. Le dessin de la pierre avec certaines spécifications

Les points importants à retenir

  • Assurez-vous toujours d’avoir un certificat récent lorsque la pierre que vous achetez a une certaine valeur (pour moi, ce serait à partir de 0,5 cts).
  • Toute imperfection dans la coupe, la couleur inférieure, la clarté moindre et la fluorescence amènent des rabais élevés sur les prix Rapaport.
  • Dès qu’il s’agit de montants importants, il est essentiel d’avoir une inspection physique de la pierre et de recourir à un second avis. Les diamantaires eux-mêmes n’achèteront presque jamais de pierres importantes sur la seule base d’un rapport, même du GIA.
  • En tant que particulier ou investisseur, il est impossible de connaître toutes ces spécifications et d’évaluer correctement leur impact sur le prix. Pour ces raisons il est essentiel de prendre conseil auprès d’un professionnel indépendant. S’adresser directement à un diamantaire ou acheter via internet aura souvent comme conséquence de surpayer ou de ne pas obtenir le diamant que vous espériez pour votre budget.

A titre d’exemple, un acheteur non averti ne comprendra pas la différence entre la couleur «yellow-orangy» ou «orange-yellow (orange > 25%)» annoncée sur le certificat, cependant, dans le dernier cas de figure, la pierre vaudra plus de mille fois plus…

J'aime cet article 91
Annonce

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.

Nos partenaires