Augmenter sa liberté d’action en disposant librement de son capital-retraite nécessite une analyse approfondie des options disponibles ainsi qu’une planification rigoureuse.

En choisissant de retirer votre capital de 2e pilier à la retraite, vous devrez décider comment le placer après avoir défini vos objectifs d’investissement et votre profil de risque. Avez-vous besoin d’une rente mensuelle? Votre épargne doit-elle vous servir dès aujourd’hui ou plutôt dans une dizaine d’années? Devez-vous rembourser votre dette immobilière? Quelle est votre expérience en matière de gestion? Comment vivez-vous les fluctuations de marché?

Vous devriez vous poser toutes ces questions avant d’aller de l’avant!

Ici, je ne peux que vous recommander de vous faire accompagner par un conseiller financier expérimenté. Car bien que disposer de son capital apporte beaucoup d’avantages, vous ne pourrez vous permettre de laisser libre cours à l’improvisation. Un peu d’anticipation, associée à une dose de rigueur, sera nécessaire pour réaliser les bons choix à long terme. Vous devriez aussi être capable de bannir les émotions dans les phases de volatilité telles que celle que nous venons de traverser.

Une fois que vous serez au clair avec ces questions, vous en saurez plus sur le rendement qu’il vous faudra obtenir ainsi que sur le type d’investissement que vous pourrez réaliser.

Quels avantages à prendre son 2e pilier

Retirer ses avoirs de deuxième pilier offre un grand nombre d’avantages. Nous pourrions les définir en un mot: liberté.

Liberté de disposer de votre capital comme bon vous semble, liberté d’effectuer des donations à vos enfants et à vos petits-enfants, liberté de rembourser votre dette immobilière, liberté de transmettre votre épargne après votre décès ou encore liberté dans le choix de vos placements.

En contrepartie de ces avantages, vous renoncez au taux de conversion fixe et à vie. Pour rappel, le taux de conversion représente le pourcentage auquel vous est distribué votre capital chaque année. Par exemple, un taux de conversion de 5% sur un capital de 100’000.- francs vous apportera chaque année une rente de 5’000.-.

Pour être tout à fait clair, ce taux fixe pourrait être revu dans les années à venir. Rappelons que lors de la première révision de la LPP, le taux de conversion légal minimal est passé progressivement de 7,2 à 6,8%. Dans le cadre de la réforme “Prévoyance vieillesse 2020”, le Conseil fédéral avait proposé une baisse à 6%. Le paquet réforme avait été rejeté par le peuple en 2017.

Trop de parties prenantes sont impliquées dans le deuxième pilier pour en faire un acquis immuable sur les prochaines décennies.

Du Conseil fédéral au peuple, en passant par le parlement, ces acteurs sont (et apparaîtront de plus en plus) soumis à la pression de la réalité démographique (vieillissement de la population). Dès lors, les règles qui régissent actuellement le 2e pilier pourraient changer à l’avenir.

N’oublions pas les assureurs et votre caisse de pension qui pourraient également influer sur ces différentes variables. Ainsi, un taux de conversion diminué, de nouveaux impôts ou encore l’introduction de charges sociales sur la rente ne peuvent plus être exclus à long terme.

Ces inconnues plaident pour l’option du capital même si je ne peux ici généraliser. Mais n’en venez pas à croire que retirer votre capital vous rendra de facto plus fort ou meilleur gestionnaire que ces acteurs réunis… Le choix entre la rente et le capital naît d’une analyse individuelle. Vous trouverez dans cet article un nombre de questions qui pourrait vous aider à prendre votre décision.

Pensez aussi à vos proches en cas de décès: seront-ils en mesure de gérer le capital hérité? Un conseiller financier familial pourra accompagner votre famille sur plusieurs générations.

Quels sont vos objectifs?

Nous avons énuméré en introduction plusieurs objectifs. Prenons quelques minutes pour les détailler et assumons le fait que vous retiriez votre capital.

Les deux premières questions que vous pourriez vous poser s’appuient sur le besoin, ou non, d’obtenir une rente mensuelle ainsi que sur l’ajournement pour servir cette rente. En bref, avez-vous besoin de compléter vos revenus du premier pilier et du travail (retraite anticipée ou reportée) et, si oui, dans combien de temps.

Ces questions définissent le cadre du délai de carence avant la consommation du capital et le rendement (donc le risque) que vous devez chercher à atteindre.

Si vous avez besoin, par exemple, de 2% de votre épargne chaque année dans dix ans, vous n’effectuerez pas forcément le même type de placement que si votre train de vie nécessite de dépenser 5% dès le mois prochain.

Un autre objectif patrimonial découle de la nécessité de diminuer votre dette immobilière, en fonction de votre prochaine échéance hypothécaire. Si le remboursement doit intervenir dans les trois, voire dans les cinq prochaines années, il pourrait être sage de conserver ce montant en liquide. Surtout en l’absence d’expérience ou de conseil extérieur. Dans ce cas, seul le capital restant après ce remboursement devra être considéré pour l’investissement retraite.

Enfin, et je ne cesse de le répéter, un budget devrait vous aider à définir vos objectifs.

Quel est votre profil de risque?

Cette question (qui en regroupe en réalité une dizaine) vise à déterminer votre tolérance au risque et votre réaction en cas de volatilité des marchés.

Nous pourrions résumer ce point par l’interrogation: quid de votre expérience en matière de gestion financière?

Ne prenez pas cela à la légère. Depuis la crise des subprimes, les conseillers financiers ont l’obligation de faire remplir à leurs clients un profil de risque afin de définir (ou tenter de définir…) leur attitude en cas de turbulences.

Là aussi, restons honnêtes. Seul le vécu vous dira comment vous dormez et comment vous réagissez en cas de panique boursière liée au covid ou autres subprimes. Ne voyez pas non plus tout en noir: un patrimoine correctement diversifié saura amortir, grâce au temps notamment, les chocs économiques et financiers.

Nous verrons dans le prochain article quelle pourrait être la structure d’un portefeuille ainsi que le train de vie qui pourrait en découler.

 

Raphaël Battu a fondé le site MaRetraite.ch en 2019 afin de fournir des réponses aux questions que ses clients lui ont souvent posées et mettre à profit son expérience et son expertise au service de tous. L’objectif du site est d’expliquer de manière simple les différentes problématiques de la prévoyance en Suisse et d’aider les lecteurs à gagner leur indépendance financière.