Il est toujours fascinant de voir comment l’être humain est capable de faire fi de certaines nouvelles et de l’arranger à sa sauce comme il en a envie. Mais il est presque aussi effarant de voir comment nous sommes capables d’avoir des visions à 5 minutes et comment nous sommes incapables de réagir autrement que violemment sur une nouvelle spécifique sans l’intégrer dans la « big picture », comme on dit. Ce dernier lundi du mois de juin était l’exemple parfait de cette incapacité de voir plus loin que le bout de notre nez et d’interpréter des nouvelles sans poser toutes les données sur la table, parce que bien sûr c’est quand même plus facile de sabrer le champagne parce que les chiffres de l’immobilier ont « explosé » que de regarder simplement que le chiffre du mois précédent était basé sur un immobilier en plein pandémie. Audiard disait : "Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît." Et en ce qui concerne les chiffres de l’immobilier de ce mois, je crois qu’il n’avait pas complètement tort.

L’Audio du 30 juin 2020

Télécharger le podcast (.mp3)

Encore une journée ou l’on préfère voir le bon que le mauvais

Soyons clair, la journée d’hier était encore une de ces journées où le verre à moitié plein prenait largement la place face au verre à moitié vide. D’ailleurs le verre à moitié vide avait même été transféré dans le verre à moitié plein, ce qui fait que le verre à moitié plein était complètement plein, laissant place à un optimisme exacerbé sans précédent. Un optimisme qui était principalement justifié par le fait que les « investisseurs » trouvaient fantastique que les chiffres des « Pending Home Sales » soient en hausse de 44% et des poussières, signalant que l’économie était en plein « recovery ». Enfin, en théorie.

Donc, si l’on reprend la chose à la base, on apprend que les « Pending Homes Sales », c’est un indice qui, comme son nom en anglais l’indique, tiens compte des contrats de ventes immobiliers qui ont été signé MAIS QUI N’ONT PAS été encore conclus. En général, cela prend entre 4 et 8 semaines pour que tout soit bouclé. Ce qui veut aussi dire que certains ne SERONT PAS bouclés. Mais peu importe, nous – en ce moment on ne regarde pas ce qui ne va pas, mais ce qui va – ou ce qui pourrait aller. Hier, l’association des agents immobiliers qui sont, comme on le sait, les gens les plus transparents du monde, ont publié un indice en forte hausse. En hausse de plus de 44%. Les bourses mondiales ont trouvé ça SUPER. Même en Europe. Pourtant je rappelle quand même que l’indice se base sur les contrats signés sur les maisons AUX ETATS-UNIS, pas dans la banlieue de Stuttgart.

Question d’interprétation

Mais peu importe. Pour les experts en économie que nous devenons chaque jour un peu plus, l’important c’était que c’était BEAUCOUP mieux que le mois dernier. Oui, c’était 44% de maison de plus qui allaient être vendues. J’en profite pour rappeler au passage que si en mai tu vends 4 maisons sur TOUS LES ETATS-UNIS et qu’en juin tu en vends 6, ça fait 50% d’augmentation. Mais dans l’absolu, ça reste ridicule. Mais ça on s’en fout comme de notre premier six-pack de PQ acheté de haute lutte dans un supermarché bondé un jour du mois de mars. Ce qui nous intéresse, c’est de voir que ça « redémarre ». Les détails importent peu. La totalité des articles que j’ai pu survoler sur le sujet nt pas le nombre de maisons vendues dans l’absolu, mais seulement le pourcentage. La seule chose qui nous permet de comparer, c’est que sur une année – on est quand même 5% plus bas que 2019.

Mais ça on s’en tamponne. L’important c’est que ça redémarre. J’ai même réussi à lire que certains faisaient le parallèle entre le fait que « si les Pending Homes Sales » étaient bons, c’est que les chiffres de l’emploi seraient bons. De là à dire que ça veut aussi dire qu’il fera beau ce week-end, il n’y a qu’un pas. Pour démontrer comment le marché est capable de ne voir que les chiffres qui l’intéresse, on peut aussi citer le fait que la MÊME organisation qui publie les Pending Homes Sales a également annoncé hier que si les ventes de maisons se portaient relativement bien parce que tout le monde veut être confiné la prochaine fois dans une maison plus sympa, le nombre de loyers impayés sont en forte hausse parce qu’il semblerait que les gens qui n’ont plus de job aient de la peine remplir leurs obligations. Par contre ça, tout le monde s’en fout parce que c’est secondaire. Il faut reconnaître que c’est quand même plus excitant de s’exciter sur un chiffre de 44% – même s’il ne veut rien dire. Ce qui nous intéresse après tout, c’est d’avoir une preuve comme quoi quelque chose R-E-D-É-M-A-R-R-E…

Mettre la poussière sous le tapis, cacher la merde au chat

Oui, il faut reconnaître que, de nos jours on a quand même de plus en plus de peine à voir la « big picture », on aime s’intéresser uniquement à une chose et s’y accrocher. Alors au risque de faire le porteur de mauvaise nouvelles, il faudra tout de même noter que les cas de COVID19 ont augmenté massivement sur le week-end, que c’est de pire en pire en Californie et en Floride – mais aussi au Texas. Mais ce qui est intéressante sur le cas de la Californie et de la Floride, c’est que c’est deux des grandes destinations de vacances d’été. Et que ça va sûrement aider la propagation du virus, si tout le monde y va ou NE PAS arranger la reprise économique si personne n’y va. Mais bon, c’est pas grave, les chiffres des ventes immobilières pas encore conclues se portent bien.

Le patron de l’OMS – je vous fait grâce de son nom, parce que même après 4 mois de conférences de presse, je n’ai toujours pas réussi à le prononcer. Toujours est-il qu’il a annoncé hier que la crise était LOIN d’être terminée et que le PIRE était encore à venir. Mais nous on s’en fout, parce que les Pending Homes Sales étaient trop trop…TROP bons. Et puis, pour terminer dans la joie et la bonne humeur, hier soir il y a Roubini qui a déclaré que « lorsqu’il parle de GRANDE DÉPRESSION, il ne parle pas de 2020, mais de la DÉCENNIE 2020 ». On vient donc d’en reprendre encore pour 9 ans et demi. Et là on s’en fout pas à cause des chiffres de l’immobilier qui sont EXCELLENTS, on s’en fout parce que Roubini est faux depuis 10 ans et qu’il est désespéré au point de dire tout et n’importe quoi pour avoir raison un deuxième fois dans sa vie. Non, parce que vous remarquerez quand même que le mec est faux depuis qu’il a dit que le S&P500 irait à 333 en 2009 et que là, il vient nous dire que la grande dépression durera 10 ans très exactement alors que l’on n’est même pas foutu de savoir quelle sera la météo de samedi prochain.

La hausse appelle la hausse

Enfin, peu importe, hier nous étions en mode super-positif et toutes les bourses du monde étaient en hausse. Le pétrole et l’or étaient en hausse. L’or noir frise à nouveau les 40$ et se traite à 39.47$, quand à l’or, il joue avec le feu et sa résistance de 1785$ puisqu’il est pile dessus et attend juste le signal du départ pour casser à la hausse. Reste à savoir ce qui sera le signal du départ. En conclusion, hier c’était une de ces journées qui commence mal avec la peur du COVID et qui finissait bien parce qu’on avait massivement tourné la veste. Je suis même tombé sur un entrefilet dans un journal qui disait : « les intervenants anticipaient également de nouveaux plans de soutien du côté de la FED ». Ah bon ? La FED va en remettre une couche ? Non, parce que là tout de suite moi j’ai rien lu dans ce sens. Mis à part le fait que Powell va témoigner cette après-midi devant le Sénat, mais il n’a jamais été question qu’il vienne pour annoncer que la FED faisait un take-over sur les 100 plus grosses capitalisations du monde juste pour le plaisir de faire monter le marché.

Non, on est vraiment en mode : « et si on ne trouve pas de bonne nouvelle, on pourrait aussi l’inventer ». Oui, parce qu’au passage, j’ai vu un court résumé du discours de Madame Lagarde vendredi dernier – discours que l’on a « à peine » relayé – « oui, parce que vous comprenez, il n’était pas très motivant » – en effet, en lisant trois lignes du discours, on avait aussitôt envie de s’ouvrir les veines avec un couteau à beurre. Comme qui il était vraiment déprimant, parce que s’ouvrir les veines avec un couteau à beurre, ça prend du temps et de la motivation. Tout ça pour dire que là tout de suite, on est quand même vachement plus réceptif aux bonnes nouvelles qu’au nouvelles toutes pourries qui sont QUAND MÊME publiées, mais en page 24 du journal que personne ne lit.

Nouvelles fraîches du jour

Dans les nouvelles du jour, on va déjà dire que toute l’Asie est en hausse. Le Japon reprend 1.8%, Hong Kong grimpe de 0.89% et la Chine suit le mouvement avec 0.6%. Selon la presse c’est à cause des « bons chiffres économiques aux USA ». Bien qu’encore une fois, les chiffres publiés hier ne tiennent pas compte des maisons vendues à proximité de Pékin. Mais en plus de ça, on retiendra aussi que ce soir c’est la fin du semestre et que le Nasdaq est en train de boucler ses 6 meilleurs mois de son histoire en comparaison des autres indices. Là aussi, faut chercher la super-nouvelle. Question d’interprétation aussi. Et puis pendant que le Nasdaq danse sur le ventre du reste du monde, on notera que la Chine vient de publier ses chiffres économiques il y a quelques heures. Et devinez quoi ? Ils sont nettement meilleurs qu’il y a trois mois. C’est fou, non ? Incroyable, après les USA, la Chine vient d’annoncer que le Manufacturing PMI et le NON-Manufacturing PMI sont plus forts que quand le pays était confiné. C’est parfaitement hallucinant.

Au passage, la Chine vient aussi de valider sa loi qui transforme Hong Kong plus ou moins en prison à ciel ouvert. En un lieu où si on dit du mal du parti, on peut se retrouver dans un camp de travail à l’extrême nord de la Chine en moins de temps qu’il ne faut pour dire « un 34, un 28 et des boulettes de chien à la vapeur ». Et cette loi qui vient d’être votée va sûrement brutalement réchauffer les relations sino-américaines. Encore une bonne nouvelle qui est éclipsée par des excellents chiffres économiques. Des excellents chiffres économiques « en relatif ».

ENCORE des news

Autrement, l’Arizona vient d’annoncer qu’ils ne vont pas rouvrir aussi vite que prévu mais plutôt aussi lentement que nécessaire. Encore une excellente nouvelle. Puis la marque Amazon vaut 400 milliards selon une mystérieuse étude et un mystérieux calcul. Comme quoi Bezos a encore du chemin à faire pour peser aussi cher que sa propre marque. Apple est numéro deux au classement alors qu’il y a des rumeurs comme quoi l’iPhone 12 sera livré sans chargeur et sans écouteurs. Ceci est une révolution. La révolution de faire payer plus cher un truc qui a moins d’options. Renault avait inventé les options à ultra-hautes-marges avec l’avènement de la Dacia, mais Apple vient d’inventer le truc que tu paies plus cher, mais où on te donne moins. Et puis hier cela faisait 10 ans que Tesla est arrivé en bourse. Si vous aviez acheté l’époque de l’IPO ET QUE VOUS LES AVEZ toujours, votre performance serait de 5677%, soit 45% par année. Comme quoi on est sacrément stupide de vouloir faire du trading. Au passage, Musk a envoyé un mail à ses employés pour dire que ça ne serait pas facile d’être « break-even » ce trimestre. Tesla devrait annoncer ses ventes d’ici la fin de la semaine.

Côté politique, Trump s’enfonce toujours et Biden vient d’annoncer que s’il est élu, il va supprimer la plupart des rabais d’impôt que Trump avait mis en place et encore plein d’autres choses que le peuple ne va pas aimer. En fait Biden est le seul type qui va réussir à se faire élire en prévenant le peuple qu’il va leur pourrir la vie. Même Macron n’a pas osé.

Chiffres économiques

En ce qui concerne les chiffres économiques, il y aura le GDP en Angleterre, le CPI en France, ainsi que les dépenses du consommateur, puis il y aura aussi le CPI en Europe et cette après-midi Mnuchin et Powell parleront devant le Sénat et ça sera important – puis il y aura aussi la confiance du consommateur aux USA – et pas qu’au sujet des éventuelles possibles ventes de maisons.

Pour le moment les futures sont légèrement en hausse et tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes – tout cela dépendant bien sûr de l’angle sous lequel on le regarde, le monde… En attendant, merci de liker nos articles comme vous le faites régulièrement – par contre, ne cliquez pas si vous n’aimez pas ! Par contre vous pouvez toujours vous inscrire à la newsletter en mettant votre mail dans la case en haut à droite du site – nous avons12% d’augmentation sur les inscriptions depuis le début de la crise COVID, comme quoi y a pas qu’Amazon qui monte.

Bref, comme disait l’autre : je vais bien tout va bien… Passez une excellente journée et à demain !

Thomas Veillet

Investir.ch

« Y’a des gens qui disent : “on est cernés par les cons”. C’est vrai, mais on se rend pas compte à quel point. »

 

Coluche