Encore une fois la journée d’hier aura été belle. Pas extraordinaire comme un jour ou Apple et Amazon publient des chiffres meilleurs que les attentes, mais pas mal quand même. ?À la place des deux géants de la technologie, hier on a eu droit à un show de Disney – un show qui nous laissait pantois, surtout quand on sait ce qu’ils ont pris dans le dents le trimestre dernier. Je ne sais pas si nous sommes entrés dans une période euphorique où les gens se bourrent d’amphétamines pour commencer la journée et ne voient QUE les bonnes nouvelles, mais disons que l’on est quand même dans une période très très particulière. Quoi qu’il en soit le Nasdaq vient d’enquiller sa sixième séance de hausse consécutive, le Dow Jones vient d’aligner 4 séances de hausse de son côté et j’ai vu un article passer dans mon flow de news qui disait que le marché serait « beaucoup, beaucoup plus haut » en 2021 – sans préciser de combien, un autre qui disait que le Dow Jones serait à 100'000 dans dix ans –soit 4 fois plus haut et un dernier qui mentionnait que voir l’or à 3'000$ ne serait qu’une formalité et qu’il fallait plutôt envisager 3’400$. Quand je vois tout ça, je me dis qu’on est dans un conte de fées et que le jour où on va se réveiller, ça va faire bizarre.

L’Audio du 6 août 2020

Télécharger le podcast (.mp3)

On prend les mêmes et on recommence

Vous le savez, je suis plutôt bullish de nature et shorter le marché me semble à peu près aussi attirant que plonger ma main dans une friteuse en ébullition. En général quand ça monte, je suis fou de joie et je ressens une forme de satisfaction que ne peux pas décrire clairement – mais une chose est certaine, ça me fait plaisir. Généralement, quand le marché monte il y a souvent une explication assez rationnelle, mais ces explications sont comme des billets de train ; lorsqu’ils ont été tamponnés par le contrôleur, on ne peut pas les réutiliser. Sauf que là tout de suite, les raisons de la hausse sont toujours les mêmes depuis une semaine. En dehors des chiffres de Disney publiés il y a un peu plus de 36 heures, des chiffres qui – à l’image de la plupart des productions Disney – finissaient toujours bien et vont probablement se marier, avoir beaucoup d’enfin et devenir prince et princesse dans un royaume enchanté, le reste du marché est monté pour deux raisons :

  • La première raison, ils sont optimistes pour l’économie et son recovery
  • La seconde raison, ils sont optimistes sur le fait que les politicards américains vont trouver un accord pour le nouveau plan de stimulus

Alors je ne vais pas en vouloir aux intervenants parce qu’ils sont optimistes, non ! Mais par contre, je voudrais quand même signaler que les « justifications » pour la hausse sont parfaitement les mêmes depuis presqu’une semaine. Tous les jours on est optimiste sur les résultats des négociations à Washington et tous les jours on est optimiste sur l’avenir de l’économie. Il n’y a strictement rien qui change et on utilise les mêmes cartouches encore et encore.

Un monde normal

Dans un monde normal – il y a bien longtemps – on disait que l’on achetait la rumeur et que l’on vendait la nouvelle. C’est-à-dire que lorsque l’on s’attendait à avoir une bonne nouvelle – en gros là tout de suite on s’attend à un accord pour un nouveau plan de stimulus – le marché montait, comme maintenant. Sauf que dans un monde normal lors de l’annonce du plan de stimulus, on vendrait le marché, histoire de prendre les profits puisque l’anticipation avait été correcte. Mais de nos jours c’est plus comme ça. Depuis 5 séances on achète parce que ça va bien se passer mais que rien n’a changé entre hier, avant-hier et avant-avant-hier et je ne suis pas loin de penser que lorsque ce « stimulus » sera annoncé, on va monter encore.

En gros on a transformé l’adage « acheter la rumeur et vendre la nouvelle » en : « acheter la rumeur, acheter la nouvelle et acheter aussi un peu d’or, on ne sait jamais ». Il y a définitivement un truc de bizarre qui est en train de se passer. Il est clair que la conjonction des taux à zéro un peu partout dans le monde, des soutiens économiques qui viennent d’un peu partout, des afflux de liquidités qui nous tombent dessus de tous les côtés – sans compter les banquiers centraux qui nous balancent du « Whatever it takes » avec le fantôme de Draghi en arrière-plan, font que le marché se retrouve dans une situation inédite, une situation qui le place dans un monde merveilleux qui ressemble en effet à un film de Disney. Mais il semblerait quand même que l’on a tendance à oublier les méchants dans l’histoire, les monstres qui se planquent dans la forêt maléfique et qui attendent que l’on parte se balader un peu trop près avec notre panier pique-nique pour nous tomber dessus.

Le tout à l’eau de rose

En résumé, les marchés sont dans une douce euphorie d’été, personne n’est vraiment au bureau et on attend que le bonnes nouvelles nous tombent dessus. On nous parle du vaccin qui arrive à peu près toutes les 9 minutes dans les médias, on nous sort des statistiques phénoménales qui disent que sur 384 sociétés du S&P500 qui ont publié des chiffres ce trimestre, 80% on fait mieux que prévu. Mais en plus du « mieux que prévu », les sociétés étaient en moyenne 23% EN-DESSUS des attentes du marché et que ça, c’est vraiment génial !!! Alors oui, c’est vraiment génial de faire TELLEMENT MIEUX que les attentes. Mais les attentes, elles, elles sont basées sur quoi ? Prenons un exemple ; si je vais chez le médecin demain et qu’il me dit que j’ai une maladie grave et qu’il me reste trois jours à vivre, je vais m’attendre à mourir dans trois jours et je vais faire tout ce que je peux pour profiter de mes trois derniers jours. Et dans trois jours quand j’aurais sauté en parachute depuis un hélicoptère en état de marche, roulé sur l’autoroute Genève-Lausanne dans une Ferrari 250 GTO à 200 en passant exprès devant les radars fixes et que j’aurais sauté par-dessus les grilles de la Maison Blanche en hurlant « allah akbar », juste pour voir ce que ça fait. Quand je retournerais chez le médecin et qu’il me dira qu’en fait il s’est gouré et que c’était pas mes analyses et que tout va bien, à ce moment très précis je comprendrais bien la différence entre « attentes » et « réalité ».

L’île enchantée

Tout ça pour dire que le marché s’éclate et éclate à la hausse parce que les chiffres sont « TELLEMENT MEILLEURS », mais qu’en fait on attendait que de la merde, donc comme c’est moins merdique, on trouve ça trop super. Alors vous je ne sais pas, mais vu sous cet angle, j’ai quand même un peu l’impression que l’on vit dans le monde des Bisounours avec une force et une conviction assez impressionnante. Tenez, c’est comme pour les chiffres de l’emploi de demain. On attend 1,6 million de nouveaux emplois créés. Le mois dernier on nous avait annoncé 4.8 millions de nouveaux jobs – dont les trois-quarts c’était débarasseur de table dans les restos qui sont à moitiés vides à cause de la pandémie, mais on avait trouvé ça tellement génial que si ça se trouve, ils vont nous refaire le coup demain.

Non parce que « les experts s’attendent à 1.6 millions de nouveaux jobs créés » en juillet. Mais les experts, ils se basent sur quoi pour cracher des chiffres pareils ? Entre 4.8 millions en juin et 1.6 million en juillet, ils font comment le calcul ? Ils téléphonent à TOUTES les sociétés US qui sont dans les pages jaunes et ils demandent combien de personnes ont été engagées et puis ils mettent tout dans un spreadsheet excel de 8’000 pages ? Non, ils jouent le chiffre aux fléchettes et une fois que le gouvernement aura les chiffres – ils arrondiront les angles pour ne pas « décevoir les investisseurs ». Bref, pour le moment, non seulement les dés sont pipés, mais en plus la direction du Casino ferme les yeux si vous comptez les cartes.

On s’emballe

Bon, là je m’emballe un peu, mais je crois que le marché est en train de perdre le sens des réalités. Ça arrive parfois, on l’a déjà vécu. Le problème c’est que ça a souvent tendance à durer et que l’on ne sait pas quand ça s’arrête, ni comment. Donc pour l’instant on surfe la vague, on cherche les bonnes nouvelles et on s’y accroche et si on a un peu peur, c’est pas grave ; on achète de l’or et on se dit que c’est la solution miracle à toutes les corrections boursières. Et je ne rigole pas quand je dis que l’on « cherche » les bonnes nouvelles, regardez ce qu’a fait l’action Sorrento Therapeutics hier. La société a annoncé qu’ils ont développé un test salivaire pour le COVID qui vous donne une réponse en 30 minutes – l’annonce a été faite il y a une semaine. Le titre a pratiquement doublé depuis. Tous les jours le titre prend 10% environ POUR LA MÊME NOUVELLE !!! Nouvelle positive, soit, mais c’est LA MÊME.

Chart de Sorrento – Source : Tradingview.com

Bon. Je crois que je me suis un peu emballé ce matin. Un peu comme le marché s’emballe depuis quelques temps. À tort ou à raison. Ce que l’on sait c’est que le marché A TOUJOURS RAISON et que ça ne sert à rien de pisser contre le vent parce que vous aurez les chaussures toutes mouillées à la fin. Tout ça pour vous dire que le Nasdaq a terminé au plus haut de tous les temps, comme Apple et tout comme l’or qui est à 2043$ ce matin. Le pétrole est à 42.14$ et l’Asie est en baisse un peu partout actuellement, mais on est quand même optimiste parce qu’on attend des news des Républicains et des Démocrates qui doivent sauver le monde avec leur plan de stimulus. Je précise au passage – parce que ça n’as pas l’air très clair dans l’esprit de tous – que le package que les USA vont offrir ne s’adressera qu’au citoyen américain, si vous êtes allés en vacances là-bas il y a huit ans, vous n’êtes pas éligible. Non, je dis ça parce que parfois on a l’impression que les marchés européens s’emballent sur la nouvelle comme si c’était à eux qu’on allait filer le cash.

Les nouvelles du jour

Pour ce qui est des nouvelles du jour, il n’y a pas grand-chose de transcendantal, on dirait que l’on attend juste les chiffres de l’emploi de demain et qu’on fait de la place en attendant. Pompeo s’excite toujours contre la Chine les accusant d’espionnage et menaçant de bloquer à peu près tout ce qui vient de là-bas, sauf les nems au poulet et le poulet à la sauce aigre-douce. Pendant ce temps on nous parle toujours de négociation à propos du Trade Deal, juste histoire de nous laisser croire. On attend les annonces sur le stimulus package et on additionne les objectifs et les certitudes délirantes pour le prix de l’or et puis, il semblerait que Jeff Bezos prévoit de partir en week-end, puisqu’il a vendu pour 3 milliards de titres Amazon, il doit avoir besoin de liquidité pour payer le resto et l’hôtel.  À ce propos, il serait bon que quelqu’un lui dise qu’il n’a pas besoin d’acheter le restaurant et l’hôtel, juste payer son repas et sa nuit suffisent.

Pour les chiffres que l’on attend aujourd’hui et demain, il y aura ce jeudi les Factory Orders en Allemagne, la réunion de la Banque d’Angleterre, les Jobless Claims aux USA. Ensuite demain il y aura le Trade Balance en Chine et les chiffres de l’emploi aux States, souvenez-vous, on attend 1.6 million de nouveaux emplois et un taux de chômage à 10.5%.

En ce qui concerne les chiffres du trimestre qui seront meilleurs que les attentes pourries des analystes, il n’y aura plus grand-chose mis à part UBER. Pour le moment les futures sont légèrement en hausse… En ce qui me concerne, il me reste à vous souhaiter une excellente journée et je m’excuse de m’être un peu emballé, mais c’était nécessaire, je pense.

Je vous souhaite également un très beau week-end, parce que vu comme c’est calme et vu comme personne ne semble très motivé à écrire, le site part en course d’école jusqu’à lundi ! Alors on se retrouve lundi, en pleine forme et avec toujours la même envie d’acheter, parce que les chiffres de l’emploi auront été trop, trop, mais alors trop bons !!!!

À Lundi !

Thomas Veillet

Investir.ch

“In the end, it’s not the years in your life that count. It’s the life in your years.” -Abraham Lincoln