Le lundi c’est un peu toujours le jour des bilans. Bilan de la semaine dernière et bilan de la semaine à venir. Mais aujourd’hui, je ne sais pas s’il est encore nécessaire de réfléchir à ce qui se passe puisque nous sommes à peu près certains d’une chose : le « recovery » va arriver. Bon, d’accord, on ne sait pas trop quand, mais un jour il arrivera et là, très exactement ce jour-là, on comprendra ce qui s’est passé et pourquoi le marché a fait fi de la réalité économique pendant toutes ces semaines. Pourquoi le marché aura essayé de nous éclairer de son savoir pendant tout ce temps alors que l’on ne pensait qu’à se méfier et à douter de l’avenir.

L’Audio du 11 janvier 2021

Télécharger le podcast (.mp3)

Non, ça ne va pas bien, mais oui, un jour ça ira mieux

Oui, parce que si vous n’êtes pas encore au courant, le Dow Jones, le S&P500, le Nasdaq, le DAX et même Tesla ont fini au plus haut de tous les temps vendredi dernier. Alors oui, bon, on peut considérer que Tesla, c’est parfaitement justifié compte tenu du fait qu’ils vendent les meilleures voitures du monde – pour autant qu’il y ait un Superchargeur à moins de 300 kilomètres et que ça descende pour y aller et que l’on roule scrupuleusement en-dessous des limitations de vitesse – mais n’oublions pas non plus que Tesla va – dans les prochaines années – révolutionner la conduite autonome, l’énergie solaire, les batteries et les voyages sur Mars. Voyages sur Mars, qui ne l’oublions pas, sera une source de revenus majeurs dans une trentaine d’années quand on aura trois ans de vacances tous les dix ans pour aller en vacances sur place et pour autant que Tesla ait racheté Space-X entre deux.

Non, le problème et les questions que l’on peut encore se poser si l’on a VRAIMENT envie de réfléchir ce qui, je le précise, n’est ABSOLUMENT PAS ni nécessaire, ni obligatoire, c’est de regarder les indices boursiers exploser leurs niveaux records alors que l’on vient de terminer une des semaines des plus merdiques et des plus instables au niveau politique, économique et pandémique, mais qu’on est quand même au plus haut de tous les temps.

Le verre aux trois-quarts plein

Alors vous me direz peut-être que j’exagère et que je devrais « positiver » un peu, voir le verre à moitié plein, plutôt que de le voir à moitié vide. Mais je vous assure, je ne fais que ça. Que positiver. Moi qui suis BULLISH depuis que j’ai commencé à marcher – voire peut-être même avant. Moi qui suis un hyper-optimiste et qui me flagelle avec des orties quand je ne suis pas au bord de l’euphorie. Pourtant, là tout de suite, en faisant le bilan de la semaine, peut-être que c’est moi qui m’enferme dans le négativisme et qui refuse de voir les choses, mais j’ai fait une petite liste qui m’interpelle quand même et j’aimerais vous la partager :

  • Point numéro un: les USA sont dans une crise politique sans précédent, le Président sortant a foutu le bordel, comme il l’a fait depuis quatre ans, mais là tout de suite c’est plus grave parce que les Démocrates qui reprennent le pouvoir se sentent pousser des ailes – on a tenté de renverser le Capitole et ça ressemblait à un coup d’état mal déguisé, maintenant la totalité de la classe politique US n’a plus qu’une chose en tête : virer Trump avant la fin de son mandat – à savoir dans 9 jours – il est vrai que là tout de suite, il n’y a rien de mieux à faire que vouloir virer un type qui sera oublié dans 10 jours, mais visiblement, les génies qui reprennent le pouvoir sont tellement « greedy » de revenir au perchoir que leurs égos prennent le dessus et qu’ils en oublient les points suivants….
  • Point numéro deux: les chiffres du COVID continuent de prendre l’ascenseur, vendredi dernier aura été un nouveau record en terme de contamination COVID – on frise les 300’000 par jour – et la semaine dernière on a comptabilisé une journée avec 4’000 morts du COVID, c’est plus que le bilan du 11 septembre et tout le monde s’en fout. En tous les cas, Wall Street s’en tamponne comme de son premier bonus. Oui, Wall Street s’en fout complètement parce que « tu comprends, le vaccin va faire son effet ». Oui, c’est vrai. Un jour le vaccin fera son effet. Il suffit donc juste de ne pas mourir en attendant qu’il fasse son effet.
  • Point numéro trois: l’économie est au fond du bac. L’économie US est au fond du bac et ne montre pas le moindre signe de rebond. Stimulus ou pas. Vous avez encore un doute ? Vendredi dernier (le jour où on finit au plus haut de tous les temps), les chiffres des Non Farms Payrolls étaient nettement en-dessous des attentes. On attendait 71’000 nouveaux emplois créés, il se trouve que l’on en a PERDU 140’000 – c’est même plus de la création, c’est de la destruction. La dernière fois que ça a été pourri comme ça, c’était en avril dernier. Pas sûr qu’avril dernier était un des meilleurs mois de l’histoire de l’humanité. Mais 9 mois plus tard, on est visiblement plus ou moins dans la même merde, mais on est au plus haut de tous les temps. Mais là encore, on a la parade : « mais tu comprends, quand le recovery sera là, les gens qui sont au chômage, ils vont AUTOMATIQUEMENT retrouver un job et recommencer à consommer » – juste, j’oubliais la bonne vieille théorie du « y a qu’à, faut qu’on ». Il est évident qu’en regardant ça sous cet angle, rien ne semble pouvoir arrêter cette révolution économique qui est en marche et tout cela sans mentionner le fait que Joe Biden sera le meilleur Président depuis la création des Etats-Unis et qu’il va clairement changer le monde. Dès qu’il aura réglé le problème de la liberté d’expression et qu’il aura enfin prêté serment.
  • Point quatre-cinq-six-sept-huit: L’Angleterre est sous confinement stricte pour deux mois, la France n’attend qu’un signe pour resserrer les boulons et condamner à mort définitivement la restauration, l’Allemagne est en train de se refermer et les enfants ne vont plus à l’école. Quant à la Suisse, on met en place une stratégie inspirée des supplices chinois, stratégie durant laquelle on te donne un peu de liberté, puis ensuite on t’en reprend 2 fois plus et ainsi de suite. Sans compter qu’écouter Berset en boucle est un supplice en lui-même à la base.
  • Point neuf : Mais malgré toutes ces nouvelles qui sont à priori horriblement immondes et profondément déprimantes, les bourses mondiales sont au plus HAUT DE TOUS LE TEMPS, se basant sur la théorie éprouvée et efficiente du « ça ira mieux demain, et puis si c’est pas demain, c’est après-demain ».

Moi j’ai toujours pensé que j’étais « plutôt optimiste de nature », mais là je crois qu’actuellement, le marché est BIEN AU-DESSUS du plus grand optimiste de tous les temps et même que par moment j’ai même l’impression que c’est Wall Street qui a inventé l’optimisme et qu’ils peuvent même en produire, un peu comme s’ils avaient la planche à billets de l’optimisme. En tous les cas, j’espère sincèrement que l’on va parvenir à conserver notre niveau d’optimisme suffisamment longtemps pour que le recovery arrive – parce que si un jour on tombait dans la déprime ; avec la réalité qui nous occupe en dehors des délires de Wall Street ; j’espère que je serai en vacances à un endroit où y pas de réseau. En attendant, on peut toujours aller brûler des cierges pour encourager le recovery à venir et l’optimisme à rester.

En Asie on est optimiste

Ce matin l’Asie est optimiste. Comme partout dans le monde. Tokyo est fermé, ce qui aide à ne pas baisser. Hong Kong est en hausse de 0.7% et la Chine baisse de 0.2% après avoir touché ses plus hauts niveaux depuis 5 ans et aussi depuis que Jack Ma a disparu de la surface de la terre. D’ailleurs à ce propos, on commence à se dire que la gentille police d’état chinoise aurait mis la main sur le patron d’Alibaba et de Ant et qu’elle lui aurait offert une cure thermale quelque part en Chine, le temps qu’ils parviennent à lui faire admettre que Xi Jinping est quand même vachement cool et qu’il mériterait le prix Nobel de la Paix. Au passage, le Barron’s commence à se dire que cette absence n’est pas de bonne augure pour Alibaba.

Pendant que l’Asie s’accroche et refuse de plier, les futures américains sont en baisse de 0.5%, probablement parce que MADAME Pelosi est en pleine crise de nerfs depuis qu’on lui a rendu son bureau au Capitole et que dorénavant, son obsession c’est de virer Trump. Elle vient d’ailleurs de lancer un ultimatum : soit Mike Pence, le Vice-Président invoque le 25ème amendement pour retirer Trump du pouvoir pour les 9 jours qui restent, soit elle lance une procédure de destitution. La priorité est fixée, le but est clair, c’est un combat d’égos entre le cinglé qui s’en va et la vieille folle qui se fait mousser et qui se prépare à tester le 25ème amendement qu’elle pourra réutiliser dans 6 mois pour virer Biden et mettre Kamala Harris à la place. Pendant ce temps, les Américains prendront des crédits pour payer leurs loyers et manger. Je dois dire que c’est bon de voir Trump partir, mais voir arriver Biden et Pelosi au pouvoir avec une moyenne d’âge de 134 ans, ça fout les jetons aussi.

Pour le reste, le l’or s’est fait démonter ces trois derniers jours, tout comme l’agent. Le métal jaune est à 1830$ et le métal gris est à 24.70$. Le rebond du dollar, l’arrivée « officielle » du stimulus et le fait que le rendement du 10 ans américain soit repassé au-dessus de 1% a poussé les investisseurs à « prendre les profits ». Oui, parce que moi aussi je me dis : « on parle d’un objectif à 3’000 sur l’or et à 50 sur l’argent, mais autant vendre et acheter du 10 ans américain, parce que quand même : 1% de rendement, ça claque à mort et ça va sûrement me permettre d’arrêter de bosser d’ici 987 ans. ». Quant au pétrole, tout va bien. Il est à 51.80$ parce que comme l’économie va CARTONNER bientôt, il anticipe et salue encore une fois l’Arabie Saoudite qui garde les robinets fermés.

Nouvelles du jour

Dans les nouvelles du jour, on parle de la crise de nerf de Nancy Pelosi, de la destitution de Trump et du fait que 56% des Américains pensent qu’il doit partir là tout de suite, enfin dès qu’ils auront touché leur chèque de stimulus et payé un huitième de leurs loyers en retard. Et puis on parle de la montée du fascisme aux USA, ils viennent de se rendre compte qu’une partie de l’électorat est à moitié cinglé, qu’ils font partie d’une milice et qu’en plus ils ont un arsenal planqué sous l’évier de la cuisine et une mitrailleuse lourde dans la benne du pick-up, comme les gars qui font le djihad. Et puis autrement, Terminator-Schwarzenegger compare ce qui s’est passé au Capitole à la montée du nazisme en 1938.

On parle aussi du tanker Sud-Coréen qui est retenu par les Iraniens qui veulent que la Corée libère leur argent bloqué chez eux sous sanctions. Le prix du porc est également en train de monter à Taïwan parce qu’ils se prennent la tête pour une histoire de trade-deal avec les USA. Encore eux. Autrement Baidu se lance dans la voiture autonome en signant un partenariat avec Geely. On se réjouit vraiment d’avoir des voitures autonomes partout – j’espère qu’elles ne seront pas programmées pour rester à 119 dans la file de gauche sur l’autoroute parce que « 120 c’est la LOI !!!! ». L’avenir promet d’être fun et reluisant dans le domaine de l’automobile, manquerait plus qu’ils nomment Dal Busco à la mobilité. Ah non, MERDE, c’est déjà fait. Il y a aussi Ed Yardeni qui se méfie d’une éventuelle explosion de la bulle du Bitcoin – le Bitcoin qui a tapé les 42’000 ce week-end, mais qui est à 35’000 ce matin. Peut-être que Trump a vendu sa position avant de se faire virer comme un employé de la restauration dans le monde d’aujourd’hui.

Et puis, la plus belle histoire du jour, c’est le patron du centre des maladies contagieuses qui estime que « l’attaque du Capitole » par les Village People, va rendre la pandémie de COVID encore pire. Pas les gens qui s’agglutinent sur les plages de Floride, pas les gens qui ont voyagé comme des malades entre Thanksgiving, Noël et Nouvel An, pas les mêmes gens qui se sont précipités à 8’000 dans les magasins pour faire des cadeaux de Noël INDISPENSABLES, NON ! C’est juste l’attaque du Capitole qui va tout faire capoter – Ne serait-il pas temps que les politiciens et autres « hauts-fonctionnaires » arrêtent de nous prendre pour des cons ?

Les chiffres du jour

Côté chiffres du jour, il n’y aura pas de chiffres du jour, mais préparez-vous, en fin de semaine, les bancaires vont publier et tout le monde semble chaud-bouillant sur le thème, il pourrait y avoir de bonnes surprises, ce qui confirmerait que tout va très, très bien du côté de Wall Street. Un peu moins bien du côté de Main Street, mais est-ce bien relevant lorsque l’on SAIT que l’avenir sera tellement beau et brillant. Un jour. Enfin, vous vous ne le savez peut-être pas, mais le marché, il le sait, lui. Vous verrez.

Pour le reste, passez un excellent lundi et un très bon début de semaine. Si vous avez un doute sur le fait de positiver, dites-vous que vous pourriez être Jack Ma en ce moment, le Chinois le plus riche de la planète et en train de vous partager des cafards avec vos compagnons de cellule à l’autre bout de la Chine, loin de votre jet privé.

À demain pour une nouvelle avalanche de bonnes nouvelles.

Thomas Veillet

Investir.ch

“We learn from experience that men never learn anything from experience.”

– George Bernard Shaw