La dernière étude de MoneyPark montre que le coronavirus a un impact très net sur les besoins immobiliers de la population suisse.

L’étude sur le logement idéal 2021 montre que la pandémie de coronavirus a eu une influence significative sur les besoins en matière de logement de la population Suisse. En raison notamment du confinement et de la généralisation du télétravail, l’habitat a gagné en importance de même que le souhait de disposer d’un espace extérieur (balcon, terrasse, jardin, etc.), un aspect qui est même devenu le deuxième critère d’achat le plus important, après le prix du bien. Ce critère a ainsi été qualifié de déterminant par 53% des personnes interrogées – un véritable bond en avant en l’espace d’un an (2020: 33%).

La pandémie a renforcé le désir de posséder son propre logement de sorte qu’une personne sur deux (53%) rêve désormais d’acquérir une (autre) propriété résidentielle. Les raisons sont multiples: 16% voudraient investir leur capital dans des valeurs sûres pendant la crise. 4% ont besoin d’un bien immobilier plus adapté à leur situation actuelle. Seulement près d’une personne sur dix a mis son désir d’achat en veille en raison de la crise sanitaire.

La maison individuelle à la campagne reste le type de logement le plus convoité par les Suisses et les Suissesses. Le cadre de vie rural continue de gagner en attrait. S’établir à la campagne est le rêve de 49% des sondés-e-s, un désir qui a enregistré une hausse de 9% depuis l’apparition de la pandémie. La proximité immédiate entre le domicile et le lieu de travail a pour sa part perdu en importance. Alors que le trajet domicile-travail le plus court possible était encore déterminant pour 41% des sondé-e-s en 2020, ce chiffre est tombé aujourd’hui à 27%.

 

maison individuelle à la campagne suisse

 

Une personne sur deux (52%) préférerait vivre dans une maison avec un terrain. Cependant, l’appartement en propriété gagne du terrain avec 8 points de pourcentage de plus que l’année dernière parmi les propriétaires (de 14% à 22%).

En Suisse, la recherche du bien de ses rêves dure en moyenne plus d’une année, voire plus de trois ans pour un tiers des candidat-e-s à l’achat. Les candidat-e-s à l’achat ne sont plus que 10% à trouver leur logement en trois mois. Par ailleurs, on trouve de moins en moins de personnes privilégiées. Il y a seulement 20 ans, près d’un tiers des propriétaires obtenaient leur bien par héritage ou hors marché. Aujourd’hui, la “voie facilitée” vers la propriété ne profite plus qu’à environ une personne sur cinq.

La satisfaction en matière d’habitation reste élevée: 90% de la population est satisfaite de son logement actuel, 48% se dit même très satisfaite.

L’étude révèle aussi qu’un tiers de la population suisse soutient pleinement les projets politiques visant à supprimer la valeur locative. Un autre tiers tend également dans ce sens, tandis que 21% seulement y sont plutôt ou fermement opposés.

 

suppression de la valeur locative en Suisse

 

Télécharger l’étude (pdf, 28 pages, en français)