Le fonds Oddo BHF Active Small Cap est clairement un gagnant du plan de relance de 750 milliards d'euros, car les Technologies, les Soins de Santé et les Energies Alternatives sont les principales cibles du plan et représentent environ 50% du portefeuille. Par ailleurs, les petites capitalisations sont traditionnellement les principales bénéficiaires des dépenses de relance du gouvernement, car elles sont généralement destinées aux entreprises locales.

Par Guillaume Chieusse, Gérant du fonds et Responsable du pôle Gestion Active

 

Pour aider l’Europe à se remettre des répercussions économiques dévastatrices de la pandémie de Covid 19, la Commission européenne a proposé un plan de relance de 750 milliards d’euros, associé à une proposition révisée pour le prochain budget à long terme de l’UE (2021-2027). L’objectif principal de ce plan, connu sous le nom de “Next Generation EU”, est de stimuler massivement l’économie tout en accélérant la transformation numérique et en renforçant les systèmes de santé. Le “Green Deal” (neutralité climatique d’ici 2050) est au coeur du plan. Des sommes seront spécifiquement réservées aux petites et moyennes entreprises dont l’UE estime que la survie est cruciale pour la reprise économique de la zone.

Pourquoi notre fonds est-il clairement le gagnant de ce plan de relance?

Les Technologies, les Soins de Santé et les Energies Alternatives sont les principales cibles du plan et représentent environ 50% de notre portefeuille, ce qui constitue une surpondération importante par rapport à l’indice de référence du fonds. Avec ce plan, l’UE ne se contente pas de souligner le rôle clé de ces secteurs en tant que moteur de la croissance en Europe, mais elle y consacre une somme jamais vue auparavant dans l’histoire. Notre fonds sélectionne les entreprises les plus innovantes, et a toujours considéré les secteurs de la Technologie, des Soins de Santé et des Energies Alternatives comme essentiels.

En quoi notre fonds profite-t-il de l’accélération de la transformation numérique?

Encourager la transformation numérique signifie augmenter les investissements pour une meilleure connectivité, promouvoir la cybersécurité, l’intelligence artificielle et le cloud computing. Notre fonds affiche une pondération de 18% dans le secteur des Technologies, ce qui représente une surpondération de 10% par rapport à l’indice de référence. Nous sommes bien exposés au déploiement de la 5G grâce à nos participations dans l’industrie des Semi-conducteurs qui représentent 6% du fonds (avec des sociétés comme Dialog Semiconductor, ASMi, Besi, …) bien positionnés sur les segments Cloud et Industrie 4.0 qui comptent pour 7% de notre fonds (avec des sociétés comme Sesa ou Crayon Group), et également bien exposés à la cybersécurité avec une société comme Avast.

Comment notre fonds bénéficie-t-il du renforcement des systèmes de santé?

La santé est traditionnellement notre plus forte pondération, ce qui est le cas aujourd’hui aussi, avec une exposition de 23%, une surpondération de 15% par rapport à l’indice de référence. Le nouveau programme de santé, doté d’un budget de 9.4 milliards d’euros (contre 450 millions d’euros pour le programme de santé actuel couvrant la période 2014-2020) est axé sur la protection contre les menaces sanitaires transfrontalières graves, sur la disponibilité des médicaments et des fournitures médicales et sur le renforcement des systèmes de santé. Notre fonds n’est pas seulement exposé aux producteurs européens de médicaments (comme Dermapharm) et de matériel (comme Arjo) mais aussi aux entreprises qui améliorent la chaîne d’approvisionnement (comme Siegfried), ou qui proposent une surveillance numérique et informatique des systèmes (comme Cegedim ou Pharmagest).

Pourquoi le ‘Green deal’ est-il positif pour le fonds?

Le ‘Green deal’ est au coeur de la stratégie de relance de l’UE et va promouvoir une vague massive de projets de rénovation et d’énergie renouvelable, notamment éolienne et solaire, ainsi que donner un nouvel élan au développement d’une économie propre à base d’hydrogène en Europe. Notre fonds est investi dans deux entreprises du secteur des énergies renouvelables: Albioma un fournisseur français d’énergie renouvelable basée sur la biomasse (bagasse, le résidu fibreux de la canne à sucre) et Solaria une entreprise espagnole qui se concentre sur l’énergie solaire photovoltaïque avec des produits très innovants. Afin de bénéficier de la montée en puissance de l’hydrogène, le fonds est investi dans la société française Plastic Omnium qui est très innovante en matière d’équipement automobile. Pionnière dans les solutions de stockage de l’hydrogène, Plastic Omnium vient d’annoncer qu’elle fournira des systèmes de stockage de l’hydrogène au constructeur de camions néerlandais VDL, dans le cadre d’un projet européen visant à développer une mobilité propre.

 

Aucune des entreprises susmentionnées n’est visée par une recommandation d’investissement.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.


RISQUES
Les risques auxquels le fonds est exposé sont les suivants risque de perte en capital, risque actions, risque lié à la détention de petites et moyennes capitalisations, risque lié à la gestion discrétionnaire, risque de liquidité des actifs sous jacents, risque de taux, risque de crédit, risques liés à l’engagement dans des instruments financiers à terme, risque de contrepartie, risques liés aux opérations de financement sur titres et à la gestion des garanties et, à titre accessoire risque de change et risque pays émergents