La blockchain est tout sauf une mode éphémère. Nous sommes convaincus qu’elle mènera à la plus grande disruption que la gestion d’actifs ait connu depuis des décennies. Et comme pour la plupart des révolutions, nombreux sont ceux qui ne la voient pas venir...

Par Matthieu Duncan, Directeur Général, Ostrum Asset Management

Matthieu Duncan

La gestion d’actifs a vu d’importantes innovations produits au cours de ces dernières années, comme l’essor de la gestion passive et des ETF, sans pour autant connaître de vraie remise en cause de ses modèles économiques ou de son fonctionnement. Sa structure de distribution, un système «multi-couches», fait en effet barrière aux disruptions. La blockchain va cependant entraîner un changement considérable.

Les avantages de la désintermédiation sont triples : en éliminant la nécessité d’une autorité centrale, la blockchain réduit le nombre de maillons de la chaîne, donc accélère les transactions, réduit les coûts et rend plus visible l’utilisateur final, le client. Dans les services financiers, plusieurs mécanismes requièrent des bases de données imbriquées et connectées ; la blockchain peut donc permettre d’éliminer plusieurs maillons de ces chaînes complexes. Dans la gestion d’actifs, la blockchain peut en outre s’appliquer à la fois au niveau des actifs et des clients.

Côté actifs, l’investissement pour le compte de clients implique de nombreux tiers de confiance : courtiers, chambres de compensation, dépositaires, mandataires… Nombre de ces intervenants pourraient être désintermédiés, comme évoqué plus haut. A ce jour, aucun projet n’a encore atteint le stade d’industrialisation complète mais pléthore d’initiatives sont en phase de test. En tant qu’asset manager, nous avons tout à gagner de ces changements mais nous n’en sommes pas les moteurs…

C’est finalement du côté client qu’il faut chercher le vrai potentiel de disruption.

C’est finalement du côté client qu’il faut chercher le vrai potentiel de disruption. En effet, de nombreux intermédiaires sont positionnés entre le gérant et les clients finaux: dépositaires, agents de transfert, plateformes, conseillers financiers divers, gérants de patrimoine, intermédiaires bancaires, fonds de fonds… La liste est longue. Rares sont ainsi les gestionnaires d’actifs qui connaissent réellement leurs clients finaux.

Au cours de l’été 2017, la première transaction via un circuit entièrement compatible blockchain a été effectuée*. Un client réel, de l’argent réel, un vrai fonds et une valorisation en temps réel. L’opération a pris environ une heure et demie, contre généralement trois jours ouvrables. Rapidité d’exécution, des coûts limités (pas d’appel à un agent de transfert) et une meilleure connaissance du client final visualisé dans les registres de la société.

Un autre enjeu côté client est l’aspect KYC Know Your Client, un processus répétitif et coûteux. La blockchain pourrait permettre la portabilité potentielle des informations KYC. La réglementation RGPD apporte un nouvel élan à cette possible évolution : le client pourrait télécharger ses informations KYC sur un circuit compatible blockchain et autoriser les prestataires de services à y accéder. Il reste ainsi maître de ses informations et responsable de leur exactitude.

La complexité des mécanismes de distribution a jusqu’ici constitué le principal obstacle à une disruption majeure des modèles ancrés dans la gestion d’actifs. Même les «FANG» (Facebook, Apple, Netflix, Google) n’ont pas encore réussi à s’y immiscer… Mais dès lors qu’investir dans un fonds devient une question de minutes plutôt que de jours, les FANG pourraient venir désintermédier le processus d’achat. Le développement de technologies, comme les robots-advisors, l’intelligence artificielle et le Big Data, pourrait leur permettre de renforcer considérablement leur position dans le secteur.

Ceux qui se sentent menacés par la blockchain ne sont pas enclins à l’adopter.

Au cours de nos discussions avec les acteurs de l’industrie, le même refrain revient souvent: ceux qui se sentent menacés par la blockchain ne sont pas enclins à l’adopter. Bien sûr que non… L’histoire prouve cependant qu’une fois le génie du changement technologique sorti de la lampe, il est difficile de l’y remettre. Prenez Eastman Kodak qui a inventé l’appareil photo numérique, a tenté d’enterrer sa trouvaille mais a fini par se faire rattraper… Si une technologie apporte des avantages structurants, comme c’est le cas avec la blockchain pour la gestion d’actifs, elle sera inéluctablement adoptée… alors préparons-nous!

 


*Opération menée conjointement par Ostrum Asset Management et Funds DLT.

J'aime cet article 44

Le présent document est fourni uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres Clients Professionnels ou Investisseurs Qualifiés et, lorsque la réglementation locale l’exige, uniquement sur demande écrite de leur part. Le présent document ne peut pas être utilisé auprès des clients non-professionnels. Il relève de la responsabilité de chaque prestataire de services d’investissement de s’assurer que l’offre ou la vente de titres de fonds d’investissement ou de services d’investissement de tiers à ses clients respecte la législation nationale applicable.

Le présent document est fourni par Natixis Investment Managers, Switzerland Sàrl, Rue du Vieux Collège 10, 1204 Genève, Suisse ou son bureau de représentation à Zurich, Schweizergasse 6, 8001 Zürich.
Les entités susmentionnées sont des unités de développement commercial de Natixis Investment Managers, la holding d’un ensemble divers d’entités de gestion et de distribution de placements spécialisés présentes dans le monde entier. Les filiales de gestion et de distribution de Natixis Investment Managers mènent des activités réglementées uniquement dans et à partir des pays où elles sont autorisées. Les services qu’elles proposent et les produits qu’elles gèrent ne s’adressent pas à tous les investisseurs dans tous les pays.

Bien que Natixis Investment Managers considère les informations fournies dans le présent document comme fiables, y compris celles des tierces parties, elle ne garantit pas l’exactitude, l’adéquation ou le caractère complet de ces informations.

La remise du présent document et/ou une référence à des valeurs mobilières, des secteurs ou des marchés spécifiques dans le présent document ne constitue en aucun cas un conseil en investissement, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières, ou une offre de services. Les investisseurs doivent examiner attentivement les objectifs d’investissements, les risques et les frais relatifs à tout investissement avant d’investir. Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de (des) l’auteur (s) référencé(s). Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle.

Le présent document ne peut pas être distribué, publié ou reproduit, en totalité ou en partie.

Tous les montants indiqués sont exprimés en USD, sauf indication contraire.