Chaque semaine, Charles-Henry Monchau, CIO de la banque Syz, présente 7 graphiques qui caractérisent des évènements majeurs qui se sont déroulés durant la semaine écoulée.

Charles-Henry MoncheauGraphique 1 : Grosse semaine pour les banques centrales

La banque fédérale américaine était bien entendu au centre de toutes les attentions la semaine dernière. Comme attendu, la Fed a relevé ses taux d’intérêts directeurs de 50 points de base.

Mais les autorités monétaires américaines n’ont pas été les seules à agir. En effet, les pays dont la devise est arrimée au dollar américain sont dans une quasi-obligation de répliquer tout mouvement de taux de la Fed. Sans surprise, les banques centrales de Hong-Kong, d’Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis, etc. ont emboité le pas à la Fed en relevant leurs taux.

Hyperactivité également dans les pays en développement. La politique de resserrement monétaire de la Fed pousse le billet vert à la hausse et renchérit de ce fait les emprunts libellés en dollar mais aussi le prix des matières premières importées. Certains pays en développement essayent donc d’enrayer la dépréciation de leur devise contre dollar et ont donc recours au resserrement monétaire pour se faire. L’Inde a ainsi monté ses taux de 40 points de base la semaine dernière, la Pologne et la République Tchèque de 75, le Brésil et la Colombie de 100.

Plus proche de nous, la banque centrale d’Angleterre, qui craint désormais une inflation à 2 chiffres, a relevé ses taux de 25 points de base.

2022.05.09.Central bank rates
Source: Charlie Bilello

Graphique 2 : Les marchés d’actions font le grand écart

Un événement historique s’est déroulé il y a quelques jours sur le marché boursier américain: après une hausse de 3% mercredi, le S&P 500 a chuté de 3.6% le jour d’après. Depuis 1970, un tel retournement de tendance n’a eu lieu que 8 autres fois. Que s’est-il passé?

Mercredi, la conférence téléphonique tenue par Jérémie Powell juste après la décision de la Fed a été interprétée comme rassurante par le marché, le Président de la Fed faisant passer le message qu’une hausse de taux encore plus importe (75 points de base versus 50) n’était pas à l’ordre du jour pour la prochaine réunion de la Fed (Juin).

Mais jeudi, la publication de coûts unitaires de la main-d’œuvre aux États-Unis plus élevés que le marché attendait a engendré ce brutal retournement de tendance.

2022.05.09.Distribution of SP500 returns

Graphique 3 : Le bain de sang continue sur les titres technologiques

Des années de politique monétaire accommodante ont profité au secteur de la «Tech». A contrario, le resserrement en cours pèse sur la performance de ce secteur. Le Nasdaq est désormais en baisse de plus de 25% depuis les plus hauts et était de nouveau sous pression la semaine dernière. Sur les 192 grandes valeurs des secteurs de la technologie et des services de communication, 167 sont en baisse cette année. La seule exception notable ? Twitter (merci Elon…)

A noter une semaine une nouvelle fois compliquée pour les cryptomonnaies, dont la corrélation avec le Nasdaq semble rester relativement élevée…

2022.05.09.Tech and Media stocks
Source : Chartr, FinViz

Graphique 4 : Les rendements obligataires à 10 ans au-dessus de 3% aux Etats-Unis

Changement de tendance sur les marchés obligataires américains: la partie frontale de la courbe (durations courtes) voit ses rendements rester stables voir même baisser sur le 2 ans suite à la décision de la Fed. Par contre, les rendements sur la partie longue ont augmenté de manière spectaculaire, le 10 ans américain cassant même la barre psychologique de 3%. A noter que l’ensemble de la courbe de rendement est au-dessus de 3,00% à partir des échéances à 3 ans.

2022.05.09.Rendement 10 ans US
Source : The Market Ear, Refinitiv

Graphique 5 : La volatilité en hausse sur toutes les classes d’actifs

C’est un fait: la volatilité est de retour cette année et ce sur les marchés d’actions, les obligations, les matières premières, etc. Certes, il est tout à fait naturel de constater une plus grande fébrilité des marchés dans les phases de resserrement monétaire. Toutefois, nous avons la faiblesse de penser que la perte de crédibilité des banques centrales joue un rôle certain. Une bonne nouvelle: Jérôme Powell en est (enfin) conscient. Une partie de son discours de mercredi soir semblait vouloir réinstaurer la confiance auprès des investisseurs mais aussi des ménages américains.

2022.05.09.Volatilité
Source : www.zerohedge.com, Bloomberg

Graphique 6 : Le retour du «stress périphérique»?

Tournons désormais nos regards vers nos voisins européens. Les rendements des marchés obligataires de la zone euro ont en partie suivi la direction de leur alter-ego américains la semaine dernière: le «Bund» allemand a atteint 1.13%, soit son plus haut niveau depuis 2014. Les autres emprunts souverains ont suivi, voire davantage puisque l’écart de rendements entre les pays européens dits «périphériques» (Italie, Espagne, Grèce, etc.) et ceux de l’Allemagne ne cesse de s’élargir, signe du relèvement du niveau de stress chez les investisseurs, certains craignant que le très fort affaiblissement de la croissance européenne et de l’euro par rapport au dollar ne crée une nouvelle crise de défiance par rapport à l’union européenne.

2022.05.09.Draghi

Graphique 7 : Le pétrole poursuit sa hausse

Les prix de l’énergie ne cessent de grimper, avec les conséquences que l’on connait sur l’inflation et le pouvoir d’achat des consommateurs. Le pétrole fait partie des rares actifs financiers à la hausse la semaine dernière. L’enlisement de la crise avec la Russie n’arrange rien. Mais une décision de l’administration Biden a également contribué à renchérir les cours de l’or noir la semaine dernière. Un mois et demi à peine après que le président Biden ait dévoilé son plan visant à libérer des millions de barils de pétrole de la réserve stratégique américaine de pétrole, CNN a annoncé que l’administration américaine prévoit désormais de réapprovisionner les stocks de cette réserve d’urgence, qui ne font que s’amenuiser. Le cours du pétrole brut (WTI) a progressé de près de 6% au cours de la semaine pour atteindre 110$.

2022.05.09.Pétrole
Source : www.zerohedge.com, Bloomberg

 

Bonne semaine à toutes et à tous !