Alors que la nouvelle que le président Trump a contracté COVID-19 a ajouté une confusion supplémentaire à la course électorale américaine, les marchés financiers, les sondages et les cotes de pari continuent de s'orienter vers une victoire pour les démocrates dans l'élection américaine.

Par Paul O’Connor, Head of Multi-Asset

 

Il reste des questions à résoudre sur ce qui se passera si la santé du président se détériore encore, mais pour l’instant, les marchés se concentrent davantage sur les perspectives de relance budgétaire, avant et après le jour des élections.

Naturellement, la réponse initiale des marchés financiers à l’annonce de vendredi a été de vendre des actifs à risques, mais le sentiment s’est redressé plus tard et le ton positif s’est maintenu dans le trading des actions asiatiques et européennes aujourd’hui. Si certains commentateurs interprètent la reprise du sentiment des investisseurs comme le reflet d’un optimisme accru quant à la santé du président, nous pensons qu’il s’agit plutôt d’une tendance des investisseurs à concéder d’une victoire des démocrates lors de l’élection de novembre. Bien qu’il ne s’agisse que d’un mouvement d’un jour, la forte rotation du marché des actions américaines de vendredi, de la croissance vers la valeur, en dit long.

Les sondages et les marchés des paris continuent de pointer vers une large victoire électorale des démocrates. Le fait que la maladie de Donald Trump va probablement l’éloigner de la campagne pendant quelques semaines n’augure rien de bon pour les chances de son équipe de retrouver son soutien électoral.

Les marchés des paris continuent d’indiquer une probabilité de 80 à 90% que les démocrates gardent le contrôle de la Chambre des représentants. Les attentes à l’égard du Sénat sont plus volatiles. Si les sondages et les marchés des paris ont raison, Joe Biden mènera son parti à un coup de balai en novembre.

Une autre interprétation possible de la reprise actuelle des actifs à risque est que les investisseurs pensent que la maladie du président améliorera la probabilité de parvenir à un compromis sur le plan de relance budgétaire controversé des États-Unis. Certains pourraient se sentir encouragés par le tweet de Donald Trump du week-end, qui exhorte les négociateurs à “travailler ensemble” sur ce point. Cependant, le grand fossé qui sépare les deux parties n’est pas entre les démocrates et le président, mais entre les démocrates et les républicains du Congrès. Une percée décisive avant les élections de novembre serait une surprise positive pour le sentiment de risque des investisseurs.

La maladie du président a sans surprise attiré l’attention sur des questions concernant des scénarios dans lesquels sa santé se détériore davantage. Étant donné que le COVID-19 est une infection à deux phases pour de nombreux patients, qui s’aggrave souvent au cours de la deuxième semaine, ces questions persisteront jusqu’à ce que M. Trump soit clairement sur la voie de la guérison. De manière générale, la Constitution américaine préciserait que l’autorité présidentielle devrait être transférée au vice-président si le président était incapable d’exercer ses fonctions officielles. Si le président était si malade qu’il devait se retirer de l’élection, alors un report de l’élection est possible mais en aucun cas inévitable. Aucune élection présidentielle n’a jamais été retardée, pas même pendant les guerres mondiales. Si le jour de l’élection était retardé, la nouvelle élection devrait avoir lieu avant le 20 janvier, date à laquelle le mandat de Donald Trump doit prendre fin.