AKER CARBON CAPTURE, l’innovation disruptive au service du climat

Olivier de Berranger
Olivier de Berranger, CIO, LFDE

L’actu

Le leader technologique norvégien de la capture du carbone a publié la semaine dernière des résultats semestriels qui reflètent l’accélération de son développement industriel et commercial. L’entreprise annonce dans le même temps le lancement d’une solution disruptive, “Carbon Capture as a Service”.

Notre analyse

Au deuxième trimestre 2021, AKER CARBON CAPTURE affiche des ventes en hausse de +9%, à 69 millions de couronnes norvégiennes, ainsi qu’un EBITDA négatif, en repli de 47,2 millions. Les raisons sont multiples, notamment l’augmentation des investissements commerciaux, la digitalisation, ainsi que la hausse des effectifs, de +46%, soit 13 créations d’emploi. S’y ajoutent les frais de transfert du titre à la Bourse d’Oslo, en juin 2021, afin de créer plus de visibilité et de liquidité que sur l’Euronext Growth où l’entreprise avait été cotée depuis août 2020.La situation de trésorerie s’améliore avec une réserve de 552 millions de couronnes, qui devrait laisser jusqu’à 3 ans de marge de manœuvre sans recours à une augmentation de capital. Au-delà des chiffres, AKER CARBON CAPTURE a annoncé le lancement d’une solution Carbon Capture as as Service (CCaaS), une offre intégrée à toute la chaîne: capture, transport et stockage du carbone. Concrètement, le client paiera à la tonne de CO2 capturée, l’entreprise s’occupera de l’ensemble de la chaîne, en commençant par la capture grâce à son module rapide d’installation “Just Catch”. Le leader norvégien devra signer des partenariats avec des sociétés de transport et de stockage qui ne font pas partie de son cœur de métier. Cette offre disrupte totalement le marché, car la capture du carbone nécessite des investissements importants pour les industriels qui sollicitent des contrats de long terme, proches de ceux du secteur des gaz industriels. L’objectif d’éviter d’ici 2025 10 millions de tonnes de CO2 grâce à ses solutions, soit l’équivalent des émissions annuelles des habitants de la ville de Marseille, devient donc, selon nous, atteignable.

En conclusion

Encore au stade de la start-up, AKER CARBON CAPTURE possède une technologie qui a fait ses preuves depuis 20 ans, alors qu’elle faisait partie du géant norvégien AKER GROUP. Près d’un an après sa cotation en Bourse, AKER CARBON CAPTURE dévoile une solution disruptive qui pourrait marquer un tournant en ouvrant ce marché aux usines de petites et moyennes tailles, qui ne peuvent jusqu’ici accéder à ces solutions pourtant essentielles à la lutte contre le réchauffement climatique.

 


Les informations communiquées sont le résultat de recherches internes réalisées par l’équipe de gestion dans le cadre de son activité de gestion d’OPC et non d’une activité d’analyse financière au sens de la réglementation.

Cette analyse est fondée sur la base des meilleures sources en notre possession et issues d’informations publiques. Elles n’engagent aucunement La Financière de l’Echiquier et ne sont pas constitutives d’un conseil en investissement.