Le sujet le plus chaud du moment développé par Esty Dwek, Head of Global Market Strategy chez Natixis Investment Managers Solutions.

L’augmentation des cas de coronavirus en dehors de la Chine, et en particulier en Europe, a entraîné une forte baisse des marchés globaux.

Les valeurs refuges ont fait un bond, les rendements des bons du Trésor américain ayant atteint des records (le rendement 10 ans est maintenant de 1,35%) et l’or a grimpé.

Les peurs ont augmenté que la reprise rapide attendue à la suite du confinement du virus en Chine soit désormais plus difficile à envisager si des mesures strictes sont prises dans différents pays à différents moments, ce qui retarderait la reprise.

Les voyages et les loisirs restent les secteurs les plus exposés et les plus à risque, mais les perturbations actuelles de la chaîne d’approvisionnement ont également des répercussions sur la technologie et l’automobile.

Pour l’instant, nous maintenons notre vue que la croissance en 2020 ne sera pas complètement déraillée, mais plus l’épidémie durera longtemps et plus elle se propagera, plus le risque pour la croissance globale augmentera.

Nous continuons à surveiller la contagion à de nouvelles régions et toute nouvelle mesure de confinement qui pourraient accroître les craintes concernant la croissance, en particulier en Europe ou aux États-Unis.

Nous avons réduit notre allocation aux actions en prévision d’une plus grande volatilité et nous pensons que cela va probablement continuer. Nous pensons également que les risques de baisse à court terme persistent, car la résilience antérieure du marché semble désormais “brisée”.

Nous prévoyons que les rendements resteront à des niveaux extrêmement bas pendant longtemps, car l’impact du virus n’a pas encore été pleinement mesuré et les préoccupations liées à la croissance risquent de persister.

À plus long terme, nous pensons que les actions et les rendements reprendront leur mouvement haussier.