Dis papa, c’est quoi un KRACH BOURSIER ? – Un QUOI ???????

Dis papa, c’est quoi un KRACH BOURSIER ? – Un QUOI ???????

Nous sommes le 10 janvier et je ne sais déjà plus quoi dire. Depuis 8 jours, le marché monte sans discontinuer et rien ne semble pouvoir l’arrêter. Les hausses succèdent aux hausses et les arguments sont les mêmes tous les jours. Il n’y a rien qui change, tout le monde s’accroche au fait que la réforme fiscale va tout changer, que l’économie va bien et que l’inflation est sous contrôle. L’an passé nous avions entamé l’année en étant quasiment tous convaincus que 2017 serait l’année du KRACH et cette année, c’est « plus jamais faibles et à poil les shorts », comme on dit dans le métier.

L’Audio du 10 janvier 2018 :

Que vous dire de plus, les chiffres économiques qui sont publiés sont bons, on se rend compte que l’Europe va peut-être même mieux que l’on pensait, l’Euro rebaisse, ce qui donne de la dynamique aux Européens, qui viennent d’ailleurs de clôturer la journée en hausse pour la cinquième fois de suite et les Américains nagent dans l’euphorie économique alors que le S&P500 a terminé au plus haut historique pour la sixième fois de l’année – en six séances. Dans quelques jours le même indice aura vécu sa plus longue période historique de hausse sans correction de plus de 5% et le bar new yorkais le Bull & Bear pense à changer son nom en Bull…et supprimer le Bear.

Bref, l’euphorie est à nos portes et ce qui fait le plus peur, c’est que quand on regarde les accélérations des indices, ce n’est peut-être que le début du mouvement, d’ailleurs plusieurs gourous de la finance se succèdent dans les médias ces derniers jours pour annoncer que nous pourrions être à l’aube d’une accélération finale – un peu à la mode ce que nous avions vécu en janvier 2000. Forcément, l’appel au krach n’a pas fonctionné, il ne reste plus qu’à ne pas « pisser contre le vent » et suivre le mouvement. En tous les cas, autant l’an passé à la même date nous anticipions une correction violente et tout le monde s’était confié comme mission de « trouver le top » avant tout le monde, autant cette fois on à l’impression d’être sur le pas de lancement d’une fusée et que, même si les premières minutes semblent longues et que rien ne semble bouger, tout d’un coup quand ça démarre vraiment, ça va très très vite et là, nous sommes peut-être EN TRAIN de démarrer vraiment.

Hier soir aux USA on s’emballait sur les commandes futures de Boeing. Le fabricant d’avion représentait à lui seul 60 points de hausse dans l’indice Dow Jones. Puis Target, les grands magasins montaient de près de 3% après avoir mentionné des ventes de Noël stratosphériques, confirmant encore une fois que le « retail » en a bien profité et que ce n’est pas Amazon qui a tout récupéré. On citera également Kodak qui prenait 120% – oui, 120% – parce que l’ancien leader de la photographie a annoncé qu’ils avaient commencé à travailler sur une cryptomonnaie maison et un système de blockchain pour payer les photographes. Encore un exemple complètement débile de hausse euphorique lié aux cryptomonnaies qui ne se justifie pas pour deux balles mais qui montre bien dans quel esprit « euphorique » nous sommes.

Un stratégiste disait hier soir que la situation que nous vivons lui rappelait furieusement le début de l’an 2000 et je dois dire que plus je lis ce que je lis, plus je vois ce que je vois, plus je me dis que les prochains mois vont être intéressants. Attention je ne dis pas que l’on va se faire démonter et que le krach est à nos portes, mais j’ai la furieuse impression que l’on est en train de s’emballer et quand on s’emballe à cette vitesse, pour peu que ça accélère encore un peu, ça risque d’aller très très vite très haut. Dans la presse du matin, certains parlent du Dow Jones à 26’000, je pense que l’on peut commencer à parler du S&P500 à 3’000 d’ici le printemps, si cette euphorie se confirme.

Au passage, on signalera quand même que la Suisse est au plus haut de tous les temps, le SMI a terminé en fanfare comme le reste et pointe à 9611, du jamais vu. Et quand on voit de là où il vient, d’un aspect purement technique, il a cassé à la hausse et le prochain mouvement pourrait être assez impressionnant. Là aussi, les chiffres ronds sont à nos portes et un SMI à 10’000, ça ferait quand même joli sur les tabelles.

L’or est à 1310$ et le pétrole est au plus haut depuis 3 ans. C’est quand même une sacrée performance pour un truc qui DEVAIT ABSOLUMENT aller à 10 $ il n’y a pas si longtemps. On fait plus trop les malins sur le sujet, mais j’aime quand même à rappeler que début 2016, à peu près le 80% de la planète finance était convaincu que le pétrole allait à 10 et que c’était un coup sûr. C’est drôle, on n’en parle plus du tout. Encore une prévision météo qui a foiré. Peu importe, ce matin le brut est à 63.45$.

Côté Cryptos, la Corée du Sud parle réglementation et ça serait éventuellement peut-être ce qui aurait justifié la correction d’hier. Le Bitcoin s’est fait secouer et ce matin il se traite à 14’230$, loin des 17’000 de vendredi passé. Le Ripple a perdu 15% et n’est plus la seconde plus grosse Cryptomonnaie, ce rôle c’est à nouveau celui de l’Ethereum qui lui, n’a pas baissé hier, bien au contraire, puisque ce matin il est à 1370$ en hausse de 100% depuis le premier janvier. Le premier janvier c’était quand vous avez arrêté de boire et que vous aviez mal à la tête le matin et que vous aviez finalement décidé de vous inscrire au fitness et de perdre du poids.

100% en 10 jours. Ça va. On a connu des hausses moins violentes et revenus contents.

Ce matin le Japon ne fait rien, Hong Kong est en hausse de 0.7% et la Chine de 0.35%.

Côté nouvelles du jour, Bill Gross a déclaré que les obligations d’état américaines étaient officiellement entrées en « Bear Market ». Il a publié cela sur Twitter en montrant charts à l’appui, que le 5 ans et le 10 ans ont cassé leurs tendances vieilles de 25 ans. Des voix s’élèvent déjà pour dire que c’est n’importe quoi. Comme quoi les temps ont bien changés, à l’époque de PIMCO, quand Bill Gross disait quelque chose, on se taisait et on écoutait.

Le Chart de Bill Gross publié hier

Autrement la World Bank estime que la croissance mondiale est à son « top » et que la situation démographique ne permet pas d’aller plus loin. Je rappelle que la World Bank, tout le monde s’en fout, personne ne sait qu’ils existent, sauf une fois par trimestre quand ils justifient le salaire d’un analyste en publiant un rapport dont tout le monde se fout et que l’on aura oublié demain.

Le FT annonce que les « Hedge Funds » en 2017 ont produit leurs meilleurs rendements des 4 dernières années, ce qui ne veut absolument rien dire. À la place de faire du « mass investing » et de calculer la performance globale, il semblerait plus intelligent de commencer à faire la vraie sélection. Je n’ai jamais compris le besoin d’avoir un portefeuille de 300 Hedge Funds qui se neutralisent les uns les autres juste pour « baisser la volatilité du portefeuille ». Enfin, toujours est il que si vous aviez 4’500 Hedge Funds en portefeuille, c’était votre année la moins pire depuis 4 ans. Youpie.

Le Wall Street Journal revient sur les profits de la BNS. Notre Hedge Fund national devrait faire un profit de près de 55 milliards, ce qui plus qu’Apple, c’est surtout pour ça que le Wall Street en parle. Ça tombe bien, la BNS est un gros actionnaire d’Apple. On revient aussi sur le fait que Trump va venir au World Economic Forum de Davos. Tout espoir n’est donc pas perdu, on peut encore compter sur une avalanche pour finir le boulot.

Le Barron’s fait la liste des « plus gros risques pour les investisseurs en 2018 », ça se résume à de la géopolitique, une inflation hors de contrôle ou la Chine qui s’effondre, voir Poutine qui perd les élections, mais comme il n’y a pas d’autre candidat, ça devrait bien se passer. En résumé, rien qui ne devrait stopper la marche en avant du marché pour le moment. D’ailleurs Kim Jong Truc est plus occupé à parler avec ses voisins du Sud que par son gros bouton rouge. Et puis Jamie Dimon, patron de JP Morgan, regrette d’avoir dit que le Bitcoin était une « fraude » et il croit en la technologie qui est derrière… Un magnifique retournement de veste comme on n’en fait plus et tout ça sans rougir.

Côté chiffres économiques, nous aurons la production industrielle française, la même chose en Angleterre ainsi que la version manufacturière et le trade balance. Il y aura aussi le GDP en Russie et les inventaires pétroliers. Pour le moment les futures sont légèrement en baisse, mais il faut le dire vite. Le Bitcoin est en baisse de 7%, le Ripple de 20% et l’or est toujours à 1310$.

Voilà, il ne me reste plus qu’à vous dire que ça monte, à vous souhaiter une très belle journée et que j’ai super peur que la hausse s’accélère et que l’euphorie s’intensifie… On se retrouve demain en espérant que j’aurais autre chose à vous raconter que les espoirs liés à la réforme fiscale…

À demain, si vous le voulez bien.

Thomas Veillet
Investir.ch

« Too many of us are not living our dreams because we are living our fears ». —Les Brown

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.