La Chine, on s’en fout – la Syrie aussi

La Chine, on s’en fout – la Syrie aussi

Un autre jour de passé, un autre jour où le marché est passé à autre chose.

L’Audio du 17 avril 2018

Dans le courant de la semaine dernière, les intervenants s’étaient successivement préoccupés de la guerre économique entre la Chine et les USA, des éventuels bombardements en Syrie, des bombardements en Syrie et maintenant, on se préoccupe des chiffres du trimestre. Force est de constater que l’on est incapable de penser à plusieurs choses à la fois.

Mais par contre, nous avons une capacité extraordinaire à passer à autre chose sans même mentionner le sujet précédent dans la conversation, c’est proprement inouï. Ce matin, alors que je lisais les résumés de la veille, ainsi que les opinions des stratégistes, gourous de la finance et autres philosophes boursiers, quel ne fût pas mon étonnement de ne voir à aucun moment le mot « Syrie » mentionné dans les textes pondus entre lundi soir et mardi matin. PERSONNE, je dis bien PERSONNE ne mentionne ce qui s’est passé en Syrie.

AH BON ??????? IL S’EST PASSÉ UN TRUC EN SYRIE ????

Jeudi et vendredi la tension était palpable parce que, je cite : « Nous étions inquiets que Trump puisse bombarder la Syrie, déclencher le courroux de Poutine et, potentiellement déclencher la troisième guerre mondiale » – quoi que 0.8% de baisse parce que l’on craint la 3ème guerre mondiale, c’était tout de même assez relatif comme « conviction » – mais toujours est-il que nous étions tout angoissés….

Et puis Trump a bombardé, aidé par ses copains français et anglais et les médias sont passés à autre chose en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « missile tomahawk » ou « stormshadow ».

Toujours est-il que l’on pouvait se dire que ce lundi matin serait tout de même placé sous le signe des conséquences du bombardement, que l’on pourrait au moins en parler 5 minutes, processer la chose dans le marché histoire d’un faire le deuil. Mais que nenni, hier matin c’était « rien à foutre et consort » et nous sommes immédiatement passé au sujet suivant : « les chiffres du trimestre et puis c’est tout ».

Bon, il faut dire que fondamentalement le bombardement des forces alliées a détruit « apparemment » toutes les installations qui produisaient du gaz chimique et que dorénavant, Bachar El Assad ne pourra massacrer son peuple plus qu’avec des armes conventionnelles. Les alliés lui ont fait passer le message :

– « Tu ne peux pas tuer ton peuple avec du chlore, c’est mal. Tu peux les finir à l’arme blanche ou les bombarder avec des bombes conventionnelles – celles qui font juste « boum » et qui projettent du shrapnel à 8 kilomètres à la ronde, ça d’accord, mais les gaz chimiques, NON ! »

Le message est bien passé, El Assad a bombardé les bastions rebelles ainsi que les habitations et les écoles environnantes dès dimanche matin pour prouver aux « alliés » qu’il avait bien compris le message. Avant y avait le téléphone rouge pour que les grands de ce monde puissent se parler, maintenant ils se font passer des messages par « bombardements interposés ».

Toujours est-il que nous, dans le monde merveilleux de la finance qui se cherche tous les jours des excuses pour vendre ou pour acheter, nous sommes déjà passés à autre chose : les chiffres du trimestre, ce qui est quand même moins angoissant qu’une éventuelle 3ème guerre mondiale comme certains stratégistes le craignaient encore vendredi dernier. Ce qui aurait tout de même été couillon, sachant que l’on se fout totalement de la Syrie depuis 2011.

Vous admettrez que faire sauter la planète pour un truc qui se passe déjà depuis 7 ans, dans un pays où le marché immobilier est déprimé, mais qui laisse entrevoir un fort potentiel de croissance dans la reconstruction une fois qu’El Assad sera mort, aurait été clairement idiot.

Du coup on s’est concentré sur les chiffres du trimestre, donc… La bonne nouvelle, c’est que de ce côté-là, tout le monde est positif et même si ça pourrait, si ça doit être la dernière fois que le trimestre est « bon », on n’a a pas l’intention de gâcher notre plaisir. Nous avons donc entamé la semaine avec les bons chiffres de Bank of America qui faisait mieux que les attentes et qui ne décevait pas sur les perspectives d’avenir contrairement à ses concurrents vendredi dernier. Le titre était légèrement en hausse hier soir et faisait souffler un vent de positivisme sur les marchés. Un « vent de positivisme », parce qu’un « vent d’euphorie » serait un peu « euphorique » justement…

Les marchés US terminaient en hausse de 0.8% effaçant un peu les angoisses de la Syrie. Les Européens étaient encore un poil dubitatif durant la séance d’hier, mais on a bon espoir qu’ils corrigent le tir dans les jours à venir. On a constaté que les marchés européens étaient un peu déconnectés des USA récemment.

L’or ne monte plus. Pour sa défense il ne baisse pas non plus. Le métal jaune est donc collé dans la zone de 1349-1350$ – le range est extrêmement serré et même les traders ont de la peine à acheter à 1349 pour vendre à 1350. Je ne sais pas, mais pour moi qui suis dans le marché depuis … longtemps… (oui, il arrive un âge où il vaut mieux rester vague)… je n’ai pas souvenir d’avoir vécu une période où l’or était aussi ennuyeux qu’actuellement. On a le sentiment que c’est presque aussi chiant que le championnat suisse de challenge league…

Le pétrole était en baisse parce que selon les experts, les tensions diminuent au Moyen Orient. Je suppose que les experts qui disent ça n’ont pas passé leur week-end dans les bastions rebelles syriens à se faire bombarder, sinon j’imagine qu’ils auraient perçu la tension un peu différemment. Ce matin le baril est à 66.50$ et les Crypto’s reperdent 4%, le Bitcoin est sur les 8’000$, puis en Asie on ne fait strictement rien nulle part.

Pour les nouvelles du jour, la plus importante c’est les chiffres de NetFlix publiés hier soir tard. Le vendeur de séries télé a fait mieux qu’attendu, montré une croissance plus forte que prévue et ajouté 2 millions de clients. Le titre prenait 5% after close. Ça fait déjà un des « FAANG’s » qui cartonne. Du coup, et si tout va bien, le titre devrait ouvrir cette après-midi pratiquement au plus haut de tous les temps. Ça, plus le fait que le S&P est de retour en terrain positif, c’est la fête au village.

Et puis Tesla a stoppé sa production de Model 3. Comme s’ils avaient besoin de ça. Il semblerait que l’automatisation absolue des chaînes de montage était une grosse erreur et Musk est en train d’essayer de trouver une solution pour y remédier. Il va quand même falloir faire vite, car la production du Model 3 est un facteur clé pour la survie financière de Tesla. Selon certains sites, la production sera stoppée « quelques jours » alors que selon le Wall Street, ça sera carrément 3 semaines.

La Chine a publié son GDP en hausse de 6.8% contre 6.7% attendu, la Chine qui n’a jamais acheté autant de bons du Trésor américain qu’au mois de février. Ensuite nous revenons dans les fondamentaux économiques importants puisque Stormy Daniels, qui a pour fait d’armes le plus important d’avoir couché avec Trump et d’en avoir fait un livre, Stormy Daniels s’en est pris à l’avocat de Trump, Cohen, qui selon elle se croit au-dessus des lois. Bref le feuilleton n’est pas terminé, mais le fait que ces déclarations soient en 4ème positions dans les articles du jour de CNBC en dit long sur le centre de nos préoccupations actuelles.

Le Wall Street Journal parle de retirer le F de FAANG’s. En effet après l’affaire « Facebook », c’est devenu « has been » d’en avoir. On utilise toujours le réseau social, mais dorénavant tout le monde a une théorie pour expliquer pourquoi ils conservent leur compte. Toujours est-il que retirer le F à FAANG sera un gros pas en arrière pour Zuckerberg. Je suggère que l’on attende les chiffres du trimestre avant d’enterrer la peau de l’ours.

Côté chiffres économiques, nous aurons les chiffres de l’emploi en Angleterre, le ZEW en Allemagne et dans l’Europe entière. Aux USA c’est le tour des permis de construire, de la production industrielle et des chiffres du pétrole version API. Mais c’est du côté des trimestriels que ça va se jouer, puisqu’en ce mardi de printemps nous aurons Goldman Sachs, CSX, IBM, Johnson & Johnson, Lam Research et quelques autres, mais le « focus » se fera sur Goldman Sachs probablement. Là encore, les chiffres devraient être ok, mais c’est sur les perspectives futures que l’on sera tatillon.

Pour le moment les futures sont en hausse, il y a comme un vent d’optimisme qui souffle sur les bourses mondiales et tant que Trump ne nous sort pas un nouveau truc – ce qui n’est pas non plus exclu, tout d’abord parce qu’il a toujours son compte Twitter et ensuite parce que la Maison Blanche se « tâte » pour savoir si ils lancent des sanctions contre la Chine du côté de l’utilisation de la technologie américaine – mais tant qu’il reste silencieux, on pourrait s’éloigner gentiment de la moyenne mobile des 200 jours et retrouver des niveaux que l’on n’a plus vu depuis le mois de février, lorsque l’on avait pris conscience que le rendement du 10 ans US pourrait éventuellement peut-être un jour aller à 3%.

Vous savez quoi ? Je crois qu’on n’a pas fini de rigoler. En fait, tant que Trump est au pouvoir et tant que les élections « mid-term » ne sont pas terminées, on va encore en voir de toutes les couleurs. Va quand même falloir attendre jusqu’au mois de novembre en passant par le « sell in May and go away », les rallyes d’été et les krachs de septembre et d’octobre.

En attendant que ça passe, je recommande de pratiquer régulièrement la position « brace, brace, brace », ça ne résoudra pas le stress, mais ça nous occupera pendant les turbulences, histoire de penser à autre chose. D’ici là, passez une très bonne journée et on se retrouve demain !!!

Thomas Veillet
Investir.ch

« If stock market experts were so expert, they would be buying stock, not selling advice. »

Norman Ralph Augustine

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.