Voilà, ça, c’est fait. Depuis le temps que l’on ne trouvait pas terrible que le Dow Jones ne parvienne pas à battre de nouveaux records, il a fini par y arriver et mettre tout le monde d’accord. Et quand on regarde le nombre de titres qui sont « en retard » à l’intérieur du Dow Jones, on peut se dire que ce n’est pas fini…

Le dernier jour d’été aura donc été très beau. Le soleil a brillé et les marchés sont montés. Pas de raison particulière, mais globalement les investisseurs ont l’air de se foutre totalement de la « guerre économique » qui nous stressait au-delà de l’imaginable il y a encore trois jours. Là tout d’un coup, tout le monde s’en fout et ça monte partout. L’Europe vient même d’aligner sa 5ème séance de hausse consécutive. Elle qui était cliniquement morte avec l’électro-encéphalogramme plat il y a encore moins de 10 jours.

Rien que les voitures en Europe ont totalement changé de configuration. Il y a encore une semaine on balisait comme des malades à cause des conséquences de la guerre économiques pour les voitures européennes – enfin, celles qui se vendent aux USA – il est clair que la Clio 1.2 litre diesel n’était pas « monstre » concernée – mais pour le reste c’était l’angoisse totale.

Et puis finalement non. Depuis 10 jours les Volkswagen et autres Porsche ont repris 15% discrètement. Amende pour collusion ou pas. Diesel magouillé ou pas. Les voitures sont de retour, le marché européen aussi et le reste du monde n’est pas mal non plus.

Bon, quand je dis « le reste du monde », je ne parle pas des marchés émergents, là, y a encore du boulot.

Néanmoins hier soir le Dow Jones était au plus haut de tous les temps, le S&P500 aussi et les technos sont encore un peu en retard, parce qu’on leur a fait payer le fait d’être trop monté en début de semaine.

Mais alors ce qui est tout de même fou, c’est que quand vous regardez les articles ou les commentaires de ce matin, la plupart sont « contents » de voir que les indices battent des records, mais la plupart sont également très critiques, voir prudents ; estimant que les intervenants ne prennent pas assez compte de la Chine et de la Guerre du moment. Que c’est bien que ça monte, mais qu’un jour ça baissera aussi, que l’eau ça mouille et que globalement ils pensent que l’on peut acheter tout en restant prudents, voir en achetant des puts pour se protéger de l’INEVITABLE baisse à venir, voir en shortant un peu le marché. Une chose est sûre, si un jour ça venait à baisser, « ils » nous auront prévenu.

Le marché et les médias financiers me semblent en pleine stratégie de « cover my ass » – chacun couvre son cul en bon français ; ça monte, mais ATTENTION ça pourrait baisser !!! Il fait beau, mais là tout au fond il y a un nuage qui pourrait se transformer en tornade, on ne sait jamais.

Pour faire simple, ça monte mais on n’y croit pas une seconde. La Chine et la guerre nous font peur, mais ça monte quand même. Les chiffres économiques publiés hier (jobless claims et Philly Fed) étaient excellents, mais ça pourrait ne pas durer. Ou alors ça pourrait durer, on ne sait pas. Pour être franc, on ne sait pas grand-chose et j’ai quand même un peu l’impression qu’à force de crier au loup, personne n’ose rien faire et que plus ça va monter, plus ça va sentir la frustration, jusqu’à que le fusible que nous avons dans le crâne – celui qui s’appelle «être raisonnable » – disjoncte et que l’on entre dans une phase euphorique où l’on fera n’importe quoi pour sauter dans le train…

Tient, c’est du « déjà vu » ça, non ????

En conclusion, actuellement tout monte, mais il faut savoir raison garder, ne pas s’emballer il faut. Il sera toujours temps d’acheter dans 10%.

L’or est à 1212$. Le Bitcoin, on s’en fout et c’est le pétrole qui attire à nouveau tous les regards. Pas par sa performance ou sa non performance, ce dernier est toujours à 70$ et des poussières, mais surtout parce Trump semble avoir décidé de s’atteler au sujet. Il ne nous parle plus de la Chine depuis trois jours et c’est probablement pas parce qu’il est en train de lire le bouquin de Stormy Daniels, il plus que certain qu’il connaisse la fin. Non, hier Trump a twitté un tweet furieux contre l’OPEP et le « cartel pétrolier » du Moyen-Orient estimant que ces derniers ne « tiendraient pas longtemps » sans la protection des USA et qu’ils devaient cesser de faire monter le prix du baril, sinon les USA « s’en souviendront ».

On sent clairement tout son sens de la diplomatie au travers de ses messages digitaux. Il faut reconnaître qu’il n’en est pas encore aux menaces de guerre, mais ça va sûrement venir, on peut lui faire confiance.

Un florilège de “bull market”

Donc selon Trump, les prix du pétrole doivent baisser MAINTENANT… ou sinon… Sinon il leur casse la gueule à la récré.

Ce matin dans la foulée de l’Europe et des USA hier, la totalité de l’Asie est en hausse de 1% – on dirait que l’on est tous amis dans le meilleur des mondes et que la Guerre Economique c’était hier et que depuis le débarquement sur les plages chinoises, ça va beaucoup mieux. Mais en fait il ne s’est rien passé si ce n’est que le Philly FED était nettement meilleur que les attentes.

Dans les nouvelles du jour, mis à part le fait que l’on se demande jusqu’où tout cela peut aller – la hausse je veux dire – on apprend que 43% des funds managers pensent que la guerre USA-Chine est un risque majeur pour l’économie mais en même temps, on apprend que depuis une semaine 14.5 milliards de dollars sont rentrés dans le marché en provenance des mêmes fonds gérés par les mêmes 43% qui pense que la Guerre USA-CHINE est une menace.. Nous sommes donc en plein mode « j’y vais mais j’ai peur ».

Mais j’y vais quand même.

En Europe on nous parle du 887ème chapitre sur les négociations du BREXIT bien que tout le monde s’en foute de plus en plus et que ça devient presque aussi intéressant que d’aller assister à une cession du Conseil National à Berne.

Aux USA on ne parle presque QUE de l’affaire Kavanaugh, puisque son accusatrice qui lui reproche de l’avoir agressée sexuellement il y a 30 est d’accord de venir témoigner devant le Sénat, mais pas lundi prochain, parce qu’elle a piscine. L’affaire tient en haleine les USA dans sa totalité, à tel point que le Dow Jones bat des records d’altitude et le Wall Street ne parle que de l’affaire en première page du journal. Tout ça pour la nomination d’un juge à la Cour Suprême des USA, un juge dont on ignorait le nom il y a encore deux semaines…

Les USA sont formidables.

Dans le Barron’s on craint que GE émettent de nouveaux titres et que l’action baisse à 10$. En revanche on se dit qu’il est peut-être temps de revenir sur le secteur des télécommunications. Secteur délaissé depuis trop longtemps selon le journal.

Et puis autrement, Micron perdait 6% hier soir après que le CFO ait annoncé que la « guerre » pourrait faire du mal aux marges de la société. Amazon veut détenir le marché du « Smarthome » et surtout, surtout, ce matin on ne parle pas de Tesla. Je suis consterné. Presque pas un mot. Musk n’a pas été arrêté pour alcool au volant, il n’est pas passé à la télé et je crois même qu’il n’a pas tweetté …

Pour le moment les futures sont en hausse légère et on attend les chiffres du GDP en France, puis les Manufacturing PMI et le PMI des Services en Europe et aux USA.

Voilà, nous sommes donc au plus haut sur le Dow Jones et sur le S&P500 et à écouter les bruits du marché, personne n’y croit et tout le monde veut être celui qui vendra au plus haut et qui aura annoncé la fin du monde. Autant jouer au loto ce week-end, ça devrait mieux fonctionner… statistiquement parlant.

Je vous annonce encore l’arrivée de « La Française» nouveau contributeur qui nous livre son analyse de la dette bancaire subordonnée, un segment de niche mais présentant des opportunités intéressantes et la fintech genevoise ibani dont vous avez vu depuis l’été le convertisseur sur notre site (à droite si vous nous lisez sur pc) qui continue son développement en lançant son app pour smartphone qui devrait intéresser tous les frontaliers. Vous pourrez tout découvrir en scrollant, ça se basse un peu plus bas.

Et puis n’oubliez pas non plus que – pour ceux qui ne le sont pas encore – vous pouvez vous abonner à notre newsletter en haut à droite du site et que si vous aimez les articles qui sont sur Investir.ch, n’hésitez pas à cliquer sur l’edelweiss (oui, je sais, on dirait un petit soleil) en bas à droite de chaque article, ça nous donnera l’impression de ne pas être tout seuls dans ce monde de brutes.

Passez un excellent week-end et on se retrouve lundi pour la suite de la fin du monde annoncée.

Thomas Veillet
Investir.ch

« You can never underestimate the stupidity of the general public. » Scott Adams