Pas grand-chose de changé ces derniers jours. Les thèmes sont toujours les mêmes. Mais on va entamer la semaine avec plein de nouveaux espoirs concernant les relations Sino-Américaines, le BREXIT et Powell.

L’Audio du 26 novembre 2018

Le problème c’est qu’étant donné l’optimisme ambiant, toutes ces potentielles bonnes nouvelles peuvent aussi se transformer en cauchemar selon l’interprétation qui en sera faite pas les surdoués de l’investissement que nous sommes.

Rapide détour par la fin de semaine dernière qui aura été, comme prévue, ennuyeuse au possible puisque les Américains étaient en train de « BlackFrider » toute la journée et que nous aussi visiblement. En tous les cas si l’on observait les tarés qui faisaient la queue devant les magasins vendredi dernier, nul doute que nous sommes définitivement contaminés par la fièvre de consommation de nos amis Américains à qui l’on reproche régulièrement leur comportement d’ultra-consommateurs pour ne pas dire d’ultra-cons tout court.

Cyber-Monday

Mais rassurez-vous, si vous avez raté Black Friday, il vous reste toujours Cyber-Monday et c’est aujourd’hui. À noter au passage que les ventes du Black Friday étaient en légère baisse dans les magasins, comme depuis 4 ans et que les ventes sur le net étaient en hausse de 25%… Laissant supposer que vendredi dernier, c’était aussi un peu Cyber-Friday.

Les marchés n’ont donc pas fait grand-chose et les volumes étaient misérables vendredi dernier. Tout le monde reste bloqué sur le thème du pétrole qui, je vous le rappelle, est un signe de mauvaise santé pour l’économie si ce dernier baisse.

Enfin, pour l’instant, parce que des fois quand le pétrole monte c’est inflationniste et ça fait peur à tout le monde aussi. Bon, cette fois c’est pas bon signe parce que le baril aussi est en train de faire une « death cross », un peu à l’image de tout ce qui est considéré comme de la haute technologie en ce moment.

Pan ! dans le baril

D’ailleurs à voir comment ça se passe dans le secteur, j’ai l’impression d’être de retour en l’an 2000. Bonne ambiance je vous dis. Sans compter que pendant un bref moment on s’est demandé si le baril n’était pas également dans la haute technologie vu comme il s’est fait démonter vendredi.
C’est d’ailleurs un nouveau record pour lui, pire journée depuis bien longtemps. On ne sait pas depuis combien de temps ça n’avait pas été aussi catastrophique, vu qu’on n’arrive pas à se souvenir ce qui s’est passé il y a 4 jours, mais une chose est certaine, ça faisait un moment.

Pour le moment on tient les 50$ sur le baril, mais par les poils.

Et maintenant ? que vais-je faire ?

Parlons un peu de ce qui nous attend, parce que pour être franc avec vous, en général, après un week-end entier et au vu de notre capacité de mémoire qui ne dépasse que très rarement 12 heures, nous avons tendance à repartir avec une feuille blanche.

Cette semaine à venir sera donc très chargée. Chargée parce que tout d’abord le BREXIT a été approuvé par les Européens plus l’Angleterre. C’est d’ailleurs à noter d’une pierre blanche, parce que c’est bien la première fois que les Européens sont d’accord entre eux depuis qu’ils se sont mis d’accord sur la couleur du drapeau et des étoiles.

Bye-Bye Britain (almost)

Donc l’Angleterre est autorisée à mettre les voiles de l’Union suite à un accord de 585 pages écrites tout petit. Reste plus qu’à que May parvienne à vendre ça au parlement anglais et selon les « experts », ce n’est de loin pas la partie la plus facile. La nouvelle de vendredi a fait remonter un peu la Livre, mais on voit bien que c’est pas encore très franc.

Quoi qu’il en soit, on va en parler. Encore et encore, à tel point que certains psychiatres sont en train de penser que le BREXIT pourrait même déclencher des maladies mentales, tellement on n’en peut plus.

Il y aura aussi Powell qui parlera et qui devrait – si tout va bien – nous donner des nouvelles sur sa vision de la politique de la FED pour ces prochains mois. Pas que l’on s’attende à qu’il annonce qu’il va freiner la hausse des taux, mais on aimerait bien quand même.

Big stuff

Mais LE GROS truc de la semaine c’est quand même le début du G-20 ce vendredi. Le G-20, ça sera aussi l’occasion pour Trump et Xi Jinping de se revoir pour la première fois depuis que Trump a mis en chantier ses taxes à l’importation pour les produits chinois. Le marché n’attend pas grand-chose de cette rencontre et c’est tant mieux, parce que nous ne sommes actuellement pas en état d’être déçus par quoi que ce soit.

Pour le reste, on va regarder ce que dira Draghi. Draghi qui devrait parler deux fois cette semaine. Deux fois parce que généralement on ne comprend pas bien ce qu’il dit du premier coup.

Bitcoin destruction

Et puis on parlera aussi du pétrole qui a une sale tronche, de l’or qui semble se préparer à monter encore et encore. C’est que le début, d’accord, d’accord, sans oublier le Bitcoin qui se fait démonter semaine après semaine.

Samedi soir la Cryptomonnaie se traitait proche des 3500$ et est remontée à 4000 ce matin et malgré les appels aux calmes de certains « stratèges » qui insistent sur le fait « qu’à ce prix-là, c’est cadeau », on sent bien que c’est pas franc.

Pour les news du jour, en plus du reste, les Russes ont saisi trois bateaux ukrainiens, mais c’est pas grave tout le monde s’en fout. Les Démocrates vont enquêter sur les liens entre Trump et l’Arabie Saoudite, puisque l’on s’autorise à penser que son jugement dans l’affaire Khashoggi était quelque peu biaisé par ses intérêts personnels.

Ce matin toute l’Asie est en hausse, le Japon de 0.7%, Hong Kong de 1.7% et la Chine de 0.25. Le pétrole est à 50.90$ et l’or est à 1225$.

Côté chiffres économiques, nous aurons l’IFO en Allemagne et plein de types de la BCE qui parleront et Draghi à la fin. Pour le moment les futures sont en hausse de 0.5%, on dirait presque c’est optimiste, mais rien n’est moins sûr en ce moment.

Je vous laisse commencer la semaine tranquillement et on se retrouve demain matin en espérant y voir un peu plus clair. Sans grande conviction, mais on peut toujours espérer.

Thomas Veillet
Investir.ch

“Comme disait mon grand-père tout les ans il y a de plus en plus de cons, mais cette année j’ai l’impression que les cons de l’année prochaine sont déjà là.” – Patrick Timsit