On se réjouit vraiment que les publications trimestrielles commencent à arriver, parce que pour le moment on dirait que l’on est incapable de bouger. Comme pris dans une espèce de léthargie.

L’Audio du 11 avril 2019

Ça ne baisse pas, mais ça ne monte pas non plus. Nous sommes là, collés devant nos écrans en attendant qu’il se passe quelque chose, que l’on soit capable de prendre une direction. Mais le temps comment à être long.

Les chiffres

Hier les indices ont terminé à peu près nulle part et mis à part l’or qui monte violemment à coup de 4 ou 5 dollars par jour, tout semble mis entre parenthèses. Mis entre parenthèses sous prétexte que l’on veut d’abord voir les chiffres des banques avant « d’oser » faire quoi que ce soit.

Alors je suis peut-être un idiot. Non, je suis sûrement un idiot, mais au travers de ces 25 dernières années, ce n’est jamais les chiffres de JP Morgan ou de Wells Fargo qui ont changé la face du monde. Sauf que tout d’un coup, on ne semble plus être capable de faire quoique ce soit sans avoir ces informations qui doivent tout changer. Mais tout changer quoi ? Aucune idée.

Draghi, les minutes et le BREXIT

Pourtant il s’en est passé des choses hier.

Tout d’abord la BCE qui se réunit d’habitude le jeudi s’est réunie le mercredi. Je cherche encore la raison pour ce changement de jour qui aurait pu menacer de déstabiliser la moindre un pauvre trader qui a besoin de ses habitudes, mais peu importe. La BCE s’est donc réunie pour dire qu’elle ne changeait pas son taux directeur.

Chose qui est presque aussi surprenante que l’annonce officielle faite par 174 pays dans le monde qui annonceraient qu’ils se sont mis d’accord pour officialiser officiellement que l’eau ça mouille. Mais la BCE n’a pas fait que ça. Elle a aussi RE-dit qu’elle ferait tout ce qu’elle peut pour soutenir l’économie européenne – le fameux WHATEVER IT TAKES – et que le risque économique était toujours plutôt vers le bas.

Déjà vu

Ceux qui étaient là le mois dernier peuvent carrément avoir un de ces sentiment que nous ressentons des fois dans une vie : le déjà vu. Oui, c’est exactement le MÊME MEETING de la BCE que celui du mois dernier. Même résultats, même commentaires, même envie de brancher Draghi sur secteur pour qu’il se réveille tellement il donne envie de se bourrer de Prozac ou de tout autre antidépresseur disponible dans le commerce.

Autre « déjà vu » pour la journée d’hier ; les Minutes du FOMC Meeting. On a bien regardé, la FED a écrit la même chose qu’elle avait dit il y a trois semaines. On reste « Dovish », on ne se précipite plus pour monter les taux et on n’exclu pas même de les baisser, mais y a pas le feu au lac. Un gros « non-event » comme on NE LES aime pas.

Observation

Et puis autrement on a observé et on a attendu. On a observé la réunion des Européens et on a attendu qu’ils disent quelque chose sur le BREXIT. Sauf qu’ils n’ont rien annoncé durant la séance, ce qui revient à avoir attendu et observé pour pas grand-chose, puisque l’impact sera reporté à ce matin. Oui, puisque cette nuit les Européens ont décidé de laisser jusqu’à Halloween aux Anglais pour réussir à trouver déjà une solution entre eux pour réussir à sortir de ce marécage nauséabond qu’est l’Europe.

Theresa May et ses troupes ont donc jusqu’au 31 octobre pour trouver quelque chose de concret et arrêter de nous gonfler avec ce truc qui monopolise deux pages de chaque journal au monde par jour pour brasser de l’air puisque plus personne ne lit ce qui est dit sur le sujet.

Et maintenant ? Que vais-je faire ?

Il ne nous reste plus qu’à attendre. Attendre qu’il se passe un truc avec la Chine. Mnuchin a parlé avec le numéro deux chinois hier soir et ça s’est bien passé. On en est réduit à ce genre de nouvelles qui ne déclenchent absolument rien. On attend aussi le début de la saison des résultats puisque demain tout peu changer avec JP Fargo, mais on n’y croit pas vraiment. Je n’y crois pas vraiment. Bref, on attend qu’il se passe un truc, histoire de voir s’il on va casser les plus hauts historiques ou si l’on va confirmer ce triple top weekly que l’on a découvert récemment.

C’est pile ou face. Un comme le reste de l’année d’ailleurs.

Or-Pétrole et Asie

Le pétrole est à 64.28$ et se maintient bien. L’or monte tous les jours un tout petit peu. Mais vraiment un tout petit peu, mais il arrive quand même à 1310$ et on ne peut pas exclure le fait qu’un jour il remonte à 1325$. Le suspens, je vous le dis, est insoutenable.

Ce matin l’Asie est clairement dans le rouge. Le Nikkei est en recul de 0.03%, Hong Kong de 0.9% et la Chine recule violemment – enfin LE PLUS VIOLEMMENT depuis 3 semaines – en abandonnant près de 1.36%. Les Chinois viennent de publier les chiffres de l’inflation, le CPI. CPI qui est en hausse de 2.3%, nettement mieux qu’en février où il était de 1.5%, mais 0.1% en-dessous ce que les experts économistes attendaient.

Contents mais pas trop

C’est donc une déception mélangée à la satisfaction de voir le spectre de la déflation s’éloigner. Si l’on en croit les données de ce jeudi matin, c’est à cause de la hausse du prix du porc que le chiffre remonte. Comme quoi cette année, c’est vraiment l’année du cochon.

On peut dire que la Chine est victime de quelques prises de profits, elle peut. Après 40% de hausse depuis le 1er janvier, elle peut.

Nouvelles du jour

Inutile de vous dire que la plupart des journaux, FT en tête, reprennent le thème du BREXIT-XXXL à toutes ses formes. On ne va pas revenir sur le sujet, mais on espère que, comme le disait le patron du Conseil de l’Europe, ils ne « gâcheront pas ce temps mis à disposition ». Sinon Manu Macron il va s’énerver et se rouler par terre et taper de points. Enfin, s’il est encore Président Français en Octobre.

Autrement les Australiens relance une nouvelle élection, les Indiens vont aussi aux urnes, le FMI augmente ses prévisions de croissance pour la Chine en 2019, les Minutes du FOMC Meeting remasteurisées laissent entendre que, si besoin, la FED pourrait monter les taux encore cette année et LYFT se traite 20% en-dessous de son prix d’IPO après s’être pris 10% dans la tête hier après l’annonce de l’arrivée (Ô surprise) d’UBER.

Chiffres économiques

Aujourd’hui il y aura les chiffres du CPI en Allemagne et en France. L’OPEP se réunira pour parler or noir et puis aux USA, il y aura le PPI et les Jobless Claims. Pour le reste, je pense que l’on va encore un peu attendre pour voir ce que donnent les chiffres de JP Fargo qui pourraient, je le rappelle, changer la face du monde. Ou pas

Dernière nouvelle ; les futures sont virtuellement inchangés et il ne se passe rien. Le premier qui bouge aura perdu.

Passez une très belle journée et on se retrouve demain pour la dernière fois.

De la semaine.

Ah, j’oubliais encore une chose : aujourd’hui nous sommes ravis d’accueillir un gérant indépendant qui parle de vraies performances de vrais portefeuilles. Il s’agit de Laurent Hauswirth qui fait le parallèle entre les indices Performance Watcher et le comportement des marchés sur le premier trimestre de l’année.

Vous trouverez son analyse en scrollant un peu plus bas, avec le commentaire hebdomadaire de JP Morgan sur les marchés obligataires, le commentaire mensuel d’Ethenea et le commentaire trimestriel d’Invesco.

Bonne lecture et à demain.

Thomas Veillet
Investir.ch

“C’est pas moi qu’explique mal, c’est les autres qui sont cons !”

Peceval