L'ONG Transparency International a publié son rapport annuel sur la corruption dans le monde. Ce dernier évalue le niveau de corruption perçu dans le secteur public au sein de 180 pays et territoires, sur une échelle de zéro (fortement corrompu) à 100 (très vertueux). L'année dernière, deux tiers des pays étudiés ont obtenu un score inférieur à 50 et la note moyenne n'était que de 43 sur 100, des résultats qui mettent bien en évidence que la corruption reste un problème endémique dans le monde.

L’organisation rapporte que l’année 2020 a été mauvaise en matière de lutte contre la corruption. Et c’est en grande partie à cause du coronavirus.

“Nous avons constaté que la crise sanitaire met davantage de pression sur les institutions, qui sont ainsi moins à même de lutter efficacement contre les actes de corruption”, a expliqué Roberto Kukutschka, l’un des auteurs du rapport.

Le secteur de la santé fait notamment partie des plus affectés par la recrudescence de ce fléau, souligne l’ONG, ce qui représente un obstacle supplémentaire dans la lutte contre le virus. Dans le domaine sanitaire, la corruption peut prendre diverses formes telles que les pots-de-vin, les détournements de fonds, la surfacturation et le favoritisme.

Comme les années précédentes, le classement des pays les moins corrompus est dominé par les pays nordiques, avec le Danemark en tête, ex æquo avec la Nouvelle-Zélande, suivis par la Finlande, la Suisse et la Suède. De l’autre côté de l’échelle, les pays les plus affectés par la corruption restent le Soudan du Sud, la Somalie et la Syrie. Ailleurs dans le monde, le Venezuela et Haïti font aussi partie des pays les plus gangrénés par ce problème. Enfin, dans l’Union européenne, la plupart des États se classent dans les 50 pays les moins corrompus du monde, mais la situation reste toutefois préoccupante à l’Est, comme en Roumanie, en Bulgarie et en Hongrie: trois pays qui présentent un score de 44 sur 100.

La France se classe à la 23e place avec un score de 69 sur 100, soit une légère régression en comparaison aux années précédentes: -2 points par rapport à 2012. Un score en déclin que l’Hexagone partage avec d’autres économies développées comme l’Espagne (-3 points depuis 2012), le Canada (-7), ou encore États-Unis (-6). Comme le révèle une autre étude, les affaires de corruption les plus souvent jugées en France concernent des détournements de fonds publics et des conflits d’intérêt.

 

Infographie: Le monde face à la corruption | Statista
Vous trouverez plus d’infographies sur Statista