Si on avait encore un doute sur le fait que l’on agissait en mode « psychologiquement inversé » sur les marchés. Il a été définitivement levé hier.

L’Audio du 2 septembre 2021

Télécharger le podcast (.mp3)

Allons enfants de la patrie

La journée d’hier ne fera clairement pas partie de mon « Hall of Fame » des journées les plus excitantes de ma vie. Mais à la fin, le Nasdaq était au plus haut de tous les temps après une hausse fabuleuse de 0.33% qui nous rappelle quand même les journées les plus folles de la bulle internet – les jours où le marché était fermé – pendant que le S&P500 terminait en hausse de 0.03%, ce qui rentre clairement dans le top 5 des variations journalières les plus ennuyeuses et inutiles de ces 12 derniers mois. En Europe, le DAX terminait en baisse de 0.07%, ce qui, en dehors de la signification symbolique du double zéro, ne présente strictement aucun intérêt. La Suisse, quant à elle, elle terminait « à la Suisse » – modestement en hausse, comme si elle ne voulait surtout pas déranger la torpeur de ce début septembre. Finalement, il ne restait que le CAC40 pour amener un peu de passion à ces marchés qui hésitaient en comateux, soporofiques ou carrément très chiants.

C’est le retour du luxe qui a redonné un peu de couleur au marché bleu-blanc-rouge, qui permettait au moins d’avoir une bonne nouvelle. Bien que le fait d’avoir fait match nul contre la Bosnie hier soir devrait largement effacer le bonheur de la hausse d’hier. Surtout que l’on est en train de se rendre compte que l’ascenseur de l’équipe de France est toujours bloqué entre deux étages et que Domenech n’a toujours pas réussi à appeler les dépanneurs. Sur la journée d’hier on retiendra donc que Monsieur Bernard Arnault a récupéré 3% sur son compte épargne et qu’en plus il a vendu sa participation dans Carrefour et que ça lui fera de l’argent de poche pour les vacances d’hiver. À moins qu’il ait l’intention de construire sa propre fusée, vu que de nos jours, on est quand même rentré dans la période du « Allo, mais allo quoi, t’es milliardaire et t’as pas de fusée ??? ».

Les mauvaises nouvelles ne sont que pur bonheur

Mais pour revenir à l’entame de cette chronique, ce qui a été tout simplement fabuleux à observer et à lire, c’est les commentaires « positifs » après les chiffres de l’emploi ADP.

Oui, hier nous avons pu avoir la joie et l’allégresse de voir arriver ces chiffres sur nos fax et nos télescripteurs, des chiffres qui annonçaient que :

« Le nombre de salariés du secteur privé a augmenté de 374 000 postes en août, ce qui est NETTEMENT inférieur à l’estimation des 613 000 que les économistes, que dis-je, les stars visionnaires de l’univers entier, avaient prévu. Le mois d’août aura marqué la deuxième plus faible augmentation de l’embauche depuis février. »

Alors au-delà du fait que je vais m’abstenir de dire du mal sur les prévisions à deux balles du monde merveilleux de la prévision financière et que je ne dirais pas que ce stade-là, on peut rendre nos Bloomberg et s’abonner à l’almanach du messager boiteux. Et que je n’ajouterai surtout pas qu’être faux à ce point-là, ça touche au génie et que si c’est pour raconter des trucs pareils, autant fermer sa gueule. Au-delà de tout ce que je n’ai pas dit, je voudrais tout de même aborder le fait qu’il est fascinant de voir les analyses qui ont été faites de ces chiffres APRÈS coup. En gros et pour faire simple, ça se résume ainsi :

« Les chiffres de l’emploi ADP sont donc sortis NETTEMENT en-dessous des prévisions, laissant supposer que le marché de l’emploi n’a pas encore retrouvé son rythme normal d’avant pandémie (ce qui est d’ailleurs plutôt normal puisque nous sommes encore en plein dedans)… mais cet état de fait a été interprété comme une bonne nouvelle par le marché, parce que cela signifie que la FED va DEVOIR CONTINUER à soutenir l’économie et les marchés (enfin, surtout les marchés quand même). »

Donc si je résume et j’analyse et que suis dans un monde logique et réel ; les chiffres de l’emploi privé son merdiques – comme le mois dernier, d’ailleurs – ce qui pourrait donc déclencher une vague de ventes parce que visiblement l’économie US et l’emploi en particulier sont encore sous perfusion. Mais dans le monde illogique et irréel dans lequel nous vivons (masqués), ces MAUVAIS CHIFFRES sont une BONNE nouvelle parce que cela va forcer Powell à continuer à nous injecter des stéroïdes anabolisants pour que les bourses mondiales continuent à monter. Toujours plus haut.

Comme disait Yvan A. : « on vit une époque formidable »

Bref, à la fin on s’en fout, ça monte

Nous voici donc officiellement entrés dans une période où les mauvaises nouvelles sont la bonne nouvelle du jour et où l’on trouve ça très cool que ça ne soit pas bon, parce que du coup on va continuer à nous donner la main. C’est un peu comme si votre enfant qui apprend à marcher refusait de vous lâcher la main avant son permis de conduire. Ça serait vachement gênant, vous en conviendrez !

Pour le reste des choses qu’il y avait à dire, en plus du retour en grâce du secteur luxe, il y avait aussi ABBVIE qui se faisait démonter après que la FDA ait mis en place des restrictions d’utilisation sur leur médicament le RIVOQ. Difficile d’en peser les conséquences sans se taper le bilan en entier et de passer le week-end avec le responsable financier de la société, mais cette nouvelle ne devrait pas mettre en péril l’excellent payeur de dividendes qu’est ABBVIE. Il faudra suivre l’affaire de près, mais au premier abord ça donne l’impression d’une panique un peu désorganisée si l’on tient compte du rebond en fin de séance. Pendant ce temps, Musk refait parler de lui, pas pour annoncer que l’autonomie des Tesla a doublé dans la nuit, mais pour annoncer la sortie du Roadster en 2023 – tout en précisant que se fournir en semi-conducteurs était devenu « super-crazy ». Je dois dire que l’on avait complètement oublié cette histoire et il a bien eu raison de la remettre au premier plan, après son robot humanoïde, ça fait que l’on oublie de parler de l’enquête du DOJ sur le concept des voitures autonomes qui sont à peu près aussi autonomes que moi si vous me lâchez dans la jungle avec un couteau suisse et une boîte d’allumettes mouillées.

L’Asie en mode prudence, prudence et prudence

Ce matin on marche sur des œufs en Asie. Il y a uniquement la Chine qui semble vouloir se démarquer en montant de 0.5%. Hier on avait déjà noté ce phénomène aux States, puisque les titres chinois qui se sont fait massacrer ces temps et qui n’ont pas encore été rappelés à la maison par Xi-roi de Chine-ping.com, ont tous plus ou moins rebondit dans l’espoir d’y trouver une bonne opportunité de « bottom fishing ». On peut rêver. Mais pour le reste, on sent comme un vent de méfiance et un intérêt proche de zéro pour ce qui de l’appétit au risque.

En ce qui concerne nos matières premières préférées, je dois dire qu’elles font des efforts pour ne rien faire de leurs journées. Le pétrole oscille entre 68 et 69$, un peu comme une boule de flipper qui ne saurait pas trop où elle veut aller. Ceux qui ont joué au flipper dans leur jeunesse comprennent ce que je veux dire. Et puis l’or est toujours en train de battre le record de nombre de jour sans bouger. Le métal jaune est à 1813$ et le pétrole à 68.09$. En revanche, du côté de la crypto c’est la saison du CARNAVAL et tout le monde se met à danser la samba. Depuis deux jours l’Ether s’envole comme un seul homme et se traite à plus de 3’700$ en approche rapide des 4’000$ pour ensuite aller chercher les plus haut de tous les temps. Approche rapide qui n’a rien à voir avec Maverick dans Top Gun qui ne sortira pas avant le printemps à cause de ce putain de COVID. Oui, je sais ça n’a rien à voir avec les cryptos, mais ça m’énerve. Mon cœur d’adolescent boutonneux est attristé de ce nouveau report. Mais pendant que la Paramount repousse Top Gun en 2022, le Bitcoin est également en train de friser le break out des 50’000$. Si cela venait à se confirmer, on va reparler de plus haut de tous les temps. Et je ne vous parle même pas des trucs comme le Polkadot ou le Cardano. Le Cardano qui lui, est au plus haut de tous les temps ce matin.

Les nouvelles du jour

Dans les nouvelles du jour, on notera que le fournisseur agréé de mauvaises nouvelles de ces deux dernières années ; l’OMS a découvert un nouveau variant. Le Variant MU. Le nom est bien moins sexy et aventureux que « Delta », mais celui-là semble avoir une velléité très forte à esquiver les vaccins. On se réjouit déjà de l’épisode suivant. Je vous laisse trouver les jeux de mots qui vont aller avec. Toujours au chapitre COVID, Moderna a entamé le processus pour avoir le droit d’injecter une troisième dose de son vaccin. On se demande s’ils ont déjà préparé les docs pour la phase 4, 5, 6, 7 et 8.

Le Barron’s pense que le marché n’est pas encore « prêt » à baisser. C’est vrai qu’en ce moment, à moins que Biden se fasse assassiner par des extra-terrestres, que Kim Kardashian devienne Présidente des Etats-Unis et que Musk sorte une Tesla V8 bi-turbo, on se demande bien ce qui pourrait faire baisser les indices. Pendant ce temps, les autorités chinoises ont convoqué et interrogé 11 entreprises de transport par covoiturage pour leur demander de rectifier leur comportement non conforme. DIDI est dans le coup à nouveau et visiblement, Xi Jinping n’a pas fini de taper sur tout le monde avec son bâton de pèlerin communiste. Et puis, comme une journée ne serait pas complète sans des commentaires d’Elon Musk, il déclare que le seul travail de Jeff Bezos consiste à “intenter des actions en justice contre SpaceX”, dans la dernière querelle sur Starlink. On suppose que Jeff Bezos n’est pas le parrain de la formule mathématique qui sert d’enfant à Musk.

Chiffres du jour

Côté chiffres économiques il y aura le CPI et le PIB en Suisse. Aux USA nous aurons les importations, les exportations et le Trade Balance. Puis il y aura les Jobless Claims, mais pour être franc, tout le monde attend demain pour les chiffres de l’emploi.

Actuellement, les futures sont en baisse de 0.15% et je ne suis pas certain que ça signifie quoi que ce soit, vu que tout le monde semble encore plus en mode « vacances » qu’au mois d’août.

Que votre journée soit belle, on se retrouve demain.

Thomas Veillet

Investir.ch

« Fatherhood is great because you can ruin someone from scratch. »

Jon Stewart