La société est une «poule aux œufs d’or» selon Pierre Cloux, gérant du fonds d'actions suisses chez Dominicé & Co Asset Management.

En 1959, à l’heure où le péplum Ben-Hur de William Wyler était présenté au cinéma Loews à New-York, Ruth & Ernst Burkhalter fondaient Ernst Burkhalter Inc. avec 4 employés à Zurich. C’était un an avant qu’Elvis chante “It’s Now or Never

Pierre Cloux

“…When I first saw you
With your smile so tender
My heart was captured
My soul surrendered I’d spend a lifetime
Waiting for the right time
Now that you’re near
It’s now or never
Come hold me tight…”

Est-ce que vous vous souvenez de cette chanson? Pour moi, Now or Never était au début de 2016 quand my heart was captured, my soul surrendered après avoir passé toute une vie (7 ans en fait!) à attendre le bon moment pour enfin acheter des actions Burkhalter. Mais que fait donc Burkhalter pour « toucher mon cœur et mon âme »?

Burkhalter (www.burkhalter.ch) est le premier fournisseur global d’électrotechnique pour le bâtiment. La société intervient sur 99 sites à travers la Suisse via 45 sociétés d’exploitation. La gamme de prestations commence sur le site de consommation d’énergie et couvre les installations, les installations de distribution, les services, la télématique, l’automatisation et la sécurité. Burkhalter fournit des prestations électrotechniques pour les bâtiments d’habitation, industriels et artisanaux ainsi que pour les installations d’infrastructure. Le groupe compte actuellement 3’000 employés.

Alors, qu’est-il arrivé depuis 1959? Eh bien, la société a grandi grâce à des acquisitions faites à un rythme lent. Elle est passée par 2 rachats de la direction « management buy-outs » et a été vendue en 1987 à Zellweger Luwa, un conglomérat coté en Suisse. En 2007/8, Zellweger a mis en bourse 2 de ses divisions non stratégiques: Uster Technologies (une entreprise textile unique avec un retour sur capital vertigineux que nous détenions dans le Fonds, une perle qui nous a fait gagner beaucoup d’argent) et Burkhalter. (J’adore les conglomérats !)

Burkhalter Holding AG (source: bloomberg.com)

Alors, pourquoi la vision «It’s Now or Never» de Burkhalter satisfait les critères d’investissement de notre Discovery Fund ?

Burkhalter a développé un modèle d’affaires simple et direct : une approche entrepreneuriale qui permet aux électriciens de faire leur travail. Ecoutez-les:
Un esprit d’entreprise robuste – la base de notre succès réside dans notre équipe d’entrepreneurs qui s’identifient fortement aux caractéristiques qui rendent la Suisse unique et qui intègrent toute la diversité géographique et culturelle de notre pays. Nos entrepreneurs gèrent les 45 sociétés d’exploitation de leur propre initiative et avec une grande liberté. “

Et dans leur dernier rapport:
« Le groupe Burkhalter célèbre ses employés. Notre succès est basé sur l’excellent travail effectué par ses employés. Le 24 juin 2016, le groupe a organisé un grand événement intitulé «Let US celebrate!» à Dielsdorf près de Zurich pour remercier le personnel de son dévouement, de sa flexibilité et de sa fidélité. »

Burkhalter a un programme élaboré d’apprentissage pour la formation de ses électriciens. Avec plus de 700 apprentis, il dépasse Nestlé en Suisse et talonne les grandes banques, UBS et Credit Suisse. Si nous faisons un rapide calcul – le retour de plus de 40% sur le capital employé est presque inégalé, sans parler de la performance du cours des actions dont le taux de croissance annuel composé est de 30% depuis l’introduction en bourse. Burkhalter est vraiment une « poule aux œufs d’or » ! Contrairement aux grandes banques! Oups, encore une critique dirigée vers des banques!

Eh bien, vous pourriez aussi me reprocher de ne pas avoir investi directement lors de l’introduction en bourse! Burkhalter est l’un de ces cas d’investissement qui semble au premier abord « trop beau pour être vrai ». It’s a now or never, donc mea culpa mais mieux vaut tard que jamais! Promis, je ne ferai plus la même erreur !

 

Photographie d’illustration : Entrée principale de Burkhalter Holding SA, Zurich (source: www.burkhalter.ch)

 

J'aime cet article 172