Cette injonction reflète à merveille la manière de diriger du Président Donald Trump.

Guido Barthels, Portfolio Manager, ETHENEA Independent Investors SA

L’enfant terrible de la scène politique internationale se distingue notamment par son empressement à faire valser les postes de son administration. À peine 15 mois après son entrée en fonction, le POTUS (acronyme de President of the United States) a déjà écarté 35 personnalités.¹

En tant qu’Européens, ces va-et-vient devraient revêtir un intérêt plus que marginal, d’autant que la plupart d’entre nous ne connaissent ni les postes, ni les personnes concernées. Toutefois, les personnalités impliquées ne sont pas d’obscurs inconnus, loin s’en faut. Ainsi Gary Cohn, qui dirigeait le Conseil économique national, était un fervent défenseur du libre-échange. Son successeur Peter Navarro est l’auteur de Death by China², dans lequel il défend des thèses largement controversées, accusant notamment la Chine d’être responsable de la destruction de millions d’emplois aux États-Unis. Avec ce discours protectionnisme, autant dire qu’il enfonce des portes ouvertes au sein de l’administration Trump. L’adaptation au cinéma de son livre³ avec Martin Sheen dans le rôle de narrateur a été recommandée plus que chaudement par le Président Donald Trump.

Ce nationalisme à tous crins mâtiné de populisme n’est pas digne d’un pays qui a toujours défendu le libre-échange. Les taxes douanières sur l’acier et l’aluminium annoncées par les États-Unis ont soulevé un tollé général. L’exonération temporaire de diverses nations, dont l’UE, n’a fait qu’entraîner des représailles de la part de la Chine, lesquelles sont toutefois très modérées. Mais le fait que ce soit justement la Chine qui porte plainte contre les États-Unis devant l’OMC fera date dans l’histoire. La contre-attaque des Américains pour vol de propriété intellectuelle n’y changera rien.

Mais si les États-Unis sont sérieux et appliquent vraiment les surtaxes douanières, les mesures de rétorsion des pays concernés pourraient déclencher une véritable guerre commerciale. Dans ce scénario, les analystes de Bloomberg Intelligence prévoient une contraction du PIB mondial de 0,5 %, soit 470 milliards USD, à l’horizon 2020⁴ (cf. graphique 1). Et il vaudrait mieux ne pas attendre cette date pour que nous, Européens, nous intéressions de plus près à l’entourage du Président américain. Remplacer Gary Cohn par Peter Navarro n’était pas un changement heureux du point de vue européen. Certes, Donald Trump semble imperméable à tout conseil, si l’on excepte ceux de FOX News, et tout indique qu’il n’écoute ses plus proches collaborateurs que si ceux-ci sont d’accord avec lui.

Graphique 1 : Estimation des conséquences d’une guerre commerciale sur le commerce et le PIB mondiaux.

Peut-être pourrions-nous apporter notre modeste contribution en recommandant au POTUS deux lectures :

  • An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations d’Adam Smith⁵
  • Principles of Political Economy and Taxation de David Ricardo⁶

Ces deux ouvrages qui sont disponibles même sur Amazon et contiennent quelques illustrations. Ils abordent notamment la thématique des échanges commerciaux entre les nations. Alors qu’Adam Smith s’est exclusivement consacré aux avantages absolus du commerce en termes de coûts, David Ricardo a développé 40 ans plus tard, en 1817, la théorie des avantages comparatifs. Le premier estime que le commerce n’est intéressant entre deux nations que si la production de l’une est moins efficace que celle de l’autre pour tous les produits. Selon Ricardo, la nation moins efficace doit justement produire et vendre le produit qui est le plus efficace d’un point de vue relatif.

Graphique 2 : Exemple d’avantage comparatif

Un exemple simple permet d’expliquer cette théorie. Le graphique 2 considère 2 voisins : le voisin A est beaucoup moins efficace que le voisin B dans les deux activités de jardinage. Selon Adam Smith, le voisin B devrait assumer l’ensemble du travail puisqu’il est le plus efficace. Selon Ricardo, il est plus judicieux pour les deux voisins de se répartir les tâches et d’exécuter chacun une partie du travail que l’un fait comparativement mieux que l’autre. Par conséquent, le voisin A devrait tondre les deux pelouses d’une taille équivalente et le voisin B tailler les deux haies d’une taille équivalente, dans la mesure où A est le meilleur, d’un point de vue relatif, dans cette activité. Dans ce cas, le voisin A économiserait deux heures de travail, mais même le voisin B efficace gagnerait encore une heure.

Avec un nombre bien plus important de flux de marchandises et de participants, le commerce mondial est naturellement beaucoup plus complexe ; néanmoins, le principe reste le même. Donald Trump justifie ses mesures par une loi remontant à 1962. Or depuis, le commerce mondial a beaucoup changé. Sans l’invention des conteneurs à la fin des années 50 et le boom des années 60, les chaînes de production mondiales n’auraient pas pu voir le jour. Selon toute vraisemblance, les taxes douanières de Donald Trump ne créeront pas un seul emploi dans le secteur sidérurgique américain, mais elles risquent en plus de détruire de nombreux postes dans d’autres activités. Autrement dit, le POTUS scie la branche sur laquelle il est assis. Le slogan America first prend une toute autre tournure.

Sur les marchés financiers, le bras de fer sur la question des taxes douanières n’est bien sûr pas passé inaperçu. Les indices d’actions mondiaux ont cédé 3 à 4 %. Les rendements des Bunds à 10 ans se sont contractés de 0,15 % et même ceux des bons du Trésor américain à 10 ans ont reculé de 0,1 % alors que la Réserve fédérale américaine a relevé, comme prévu, ses taux directeurs de 0,25 %. Les marchés semblent davantage croire à l’hypothèse d’une guerre commerciale que nous. Nous estimons en effet qu’après les passes d’armes actuelles, un accord sera trouvé à la table des négociations. Donald Trump devrait obtenir des compromis de la part des Chinois, ce qui satisfera son électorat conservateur. D’ici les élections de mi-mandat qui se tiendront début novembre, l’encre des contrats aura séché depuis longtemps. Ensuite, s’il parvient à dissuader Kim Jong-un de poursuivre son programme d’armement nucléaire, et cela semble en bonne voie, plus rien ne devrait s’opposer à la victoire du GOP⁷. Check !

Sur les marchés financiers, la volatilité élevée du mois dernier se maintiendra sans doute jusqu’à l’été. Par les temps qui courent, il vaut mieux limiter significativement les risques par l’intermédiaire d’instruments de couverture. Mais même ainsi, il sera difficile de passer à côté des pertes. Toutefois, les comptes ne se font qu’à la fin. Nous restons optimistes quant à l’évolution de l’économie mondiale et donc des actifs risqués tels que les actions et les obligations d’entreprises. Nous prévoyons de renouer avec les performances que les investisseurs attendent de notre part dans le courant de l’année.


Retrouvez également le positionnement des fonds sur le site de ETHENEA Independent Investors


¹ https://news.vice.com/en_us/article/d35ggv/everyone-trump-has-fired-or-has-quit-the-white-house

² https://www.amazon.de/Death-China-Confronting-Dragon-Global/dp/0134319036/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1522237784&sr=8-1&keywords=death+by+china

³ https://www.amazon.de/Death-China-OV-Martin-Sheen/dp/B01GIL6V34/ref=sr_1_1?s=instant-video&ie=UTF8&qid=1522231239&sr=1-1&keywords=death+by+china

https://data.bloomberglp.com/professional/sites/10/201803-GlobalTradeCosts.pdf

https://www.amazon.de/Inquiry-Nature-Causes-Nations-Classics/dp/0199535922/ref=sr_1_3?ie=UTF8&qid=1522243689&sr=8-3&keywords=An+Inquiry+into+the+Nature+and+Causes+of+the+Wealth+of+Nations

https://www.amazon.de/Principles-Political-Economy-Taxation-Ricardo/dp/1453846271/ref=sr_1_2?s=books-intl-de&ie=UTF8&qid=1522243776&sr=1-2&keywords=Principles+of+Political+Economy+and+Taxation

⁷ Grand Old Party, synonyme du Parti républicain aux États-Unis

J'aime cet article 31