Le modèle de production et de consommation selon l’approche «Produire-utiliser-jeter» et sur lequel est fondé le système économique linéaire traditionnel est contraire au principe du développement durable. Or, nous avons atteint un moment décisif dans le passage à une économie circulaire.

Par Holger Frey, CAIA, directeur, Gérant de portefeuille senior

 

Notre nouvelle stratégie RobecoSAM s’ouvre à la tendance de l’ économie circulaire» qui passe par la transformation de produits dans un but de réduction des déchets, l’allongement de la durée d’utilisation de ces produits et le renouvellement des ressources naturelles.

À cause de la fabrication, de la consommation et de la mise au rebut des produits, l’être humain consomme plus de biens et de services que ce que permet le principe de durabilité. Selon une estimation qui donne à réfléchir, la consommation actuelle de ressources limitées par l’économie linéaire correspond à 1,75 fois la capacité de régénération annuelle de notre planète(1). Dans le même temps, rien qu’aux États-Unis, environ 2,3 tonnes de produits retournés sont jetées chaque année, soit l’équivalent de quelque 5 600 Boeing 747 totalement chargés(2). Cette forte hausse des mises en décharge est devenue un problème complexe et pressant.

Le caractère non tenable du statu quo caractérisé par le principe «Produire-utiliser-jeter» a fait du passage à un modèle économique circulaire un impératif mondial. Pour la Commission européenne, il s’agit là également d’une opportunité formidable pour l’économie et les entreprises. Les investisseurs qui misent sur ce modèle économique plus durable accèdent à un marché qui devrait peser 4,5 milliards de dollars US d’ici à 2030, selon les estimations.

Réinvention de la consommation et de la production

Le gaspillage des ressources naturelles induit par l’économie linéaire a entraîné une surconsommation insoutenable. Pour preuve de la gravité des conséquences de ce modèle, la teneur en dioxyde de carbone de l’atmosphère n’a jamais été aussi élevée depuis trois millions d’années(3), la consommation d’énergie des villes, dont la croissance est continue, étant responsable de jusqu’à 80% des émissions de gaz à effet de serre(4). La production et la consommation intensive des nombreux biens qui nous maintiennent en vie, en bonne santé et en sécurité, qui nous occupent et, souvent, nous rendent également heureux, ont entraîné une production de déchets excessive qui constitue un énorme problème. Selon les informations des Nations Unies, un tiers des denrées alimentaires produites à travers le monde finissent à la poubelle ou sont périmées avant d’être consommées, et, d’ici 2050, les océans devraient comprendre plus de déchets plastiques que de poissons(5).

Maintenir les produits dans le cycle crée de la valeur
Source: Accenture, “Waste to Wealth: Creating Advantage in a Circular Economy,” 2015, RobecoSAM

Les tendances sous-jacentes sont autant d’opportunités d’investissement

Les comportements des consommateurs évoluent très rapidement, car les jeunes générations, à savoir les Millenials et la génération Z, sont mieux informées sur les procédures et processus de fabrication. Pour eux, posséder est secondaire. Ils s’intéressent davantage aux modèles de partage et, par exemple, aux services de streaming qu’ils peuvent utiliser sur les appareils électroniques. En outre, on observe un intérêt croissant pour les biens d’occasion et la location de vêtements de qualité, car ils répondent aux critères de cette génération en matière de développe-ment durable et de partage de la propriété.

La Commission européenne veut faire de l’Europe le premier continent neutre sur le plan climatique d’ici 2050 et, en décembre 2019, a présenté son pacte vert européen qui vise à y parvenir. Cette initiative a pour objectif central d’améliorer la qualité de vie des générations actuelles et futures, essentiellement par le biais de mesures telles que la réutilisation et le recyclage des matériaux d’emballage afin de réduire les déchets, un approvisionnement en énergies propres, des moyens de transport écologiques et un comportement de consommation respectueux de l’environnement.

Selon le Circularity Gap Report 2019 publié par l’entreprise sociale néerlandaise Circle Economy, l’économie mondiale affiche un taux de recyclage médiocre des ressources utilisées d’à peine 9%. La stratégie RobecoSAM Circular Economy Equities offre aux investisseurs un accès unique à ce potentiel de croissance encore largement inexploité.

RobecoSAM Circular Economy Equities – bien plus que du recyclage

En sa qualité de pionnier de l’investissement durable, RobecoSAM présente sans cesse depuis 25 ans des solutions d’investissement responsable innovantes et offre de nouvelles opportunités aux investisseurs dans ce domaine. Créée conjointement avec sa société sœur Robeco, notre plateforme dédiée aux thèmes et tendances en matière de placements forme la base d’une offre unique de solutions d’investissement qui s’élargit une nouvelle fois aujourd’hui avec le lance-ment de la nouvelle stratégie RobecoSAM Circular Economy Equities.

Cette stratégie investit dans quatre secteurs. Elle se concentre sur les entreprises qui génèrent une valeur ajoutée grâce à leur modèle commercial circulaire, notamment par la transformation de matériaux déjà utilisés (en vue de la possibilité de leur réutilisation ou de leur recyclage), par des chaînes d’approvisionnement circulaires, par des systèmes logistiques et de gestion des déchets et par la promotion d’un mode de vie équilibré sur le plan social et respectueux de l’environnement. Nous sélectionnons des entreprises générant une valeur ajoutée à partir d’inefficacités grâce à leurs modèles de production et de consommation circulaires, à une maintenance prédictive et à une meilleure utilisation des déchets.

Changer la donne grâce à l’investissement dans la création de valeur circulaire

Notre stratégie contribue également aux Objectifs de développement durable de l’ONU (ODD) en prenant en compte la recyclabilité des produits ou des solutions d’emballage, la prévention des déchets lors de la production, l’approvisionnement durable ainsi que la prévention du gaspillage alimentaire, de la mise en décharge des déchets et des émissions de gaz à effets de serre (équivalents CO2). Les entreprises sélectionnées contribuent aux Objectifs de développement durable de l’ONU suivants: ODD2 Faim «zéro», ODD3 Bonne santé et bien-être, ODD8 Travail décent et croissance économique, ODD9 Industrie, innovation et infrastructure et ODD12 Consommation et production durables.

Cela fait un certain temps que pays, entreprises et individus pensent selon des modèles circulaires sous l’impulsion d’un objectif commun: le développement d’approches durables de l’activité économique et de la vie sur notre planète. La nouvelle stratégie RobecoSAM offre à nos clients la possibilité d’investir dans ce changement de paradigme et potentiellement de générer des rendements supérieurs à la moyenne.

 

1.Global Footprint Network National Footprint Accounts 2019, https://www.footprintnetwork.org/
3.La teneur en CO2 de l’atmosphère n’a jamais été aussi élevée depuis trois millions d’années. Robeco 2019. https://www.robeco.com/ch/en/insights/2019/05/co2-is-at-highest-level-for-three-million-years.html
4.The circular economy: Moving from theory to practice, McKinsey & Company 2016
5.Fact Sheet: Plastics in the Ocean, Earth Day 2018, https://www.earthday.org/fact-sheet-plastics-in-the-ocean/