Il reste encore beaucoup à faire...

Par Ben Constable-Maxwell, Head of Sustainable and Impact Investing

 

Le monde est confronté à une marée montante de défis sociétaux, du chaos potentiel associé à la dégradation de notre climat, aux niveaux incensés de déchets et de pollution, à l’inégalité sociale vaste et croissante. Les gouvernements du monde entier ne disposent pas des ressources nécessaires pour faire face à ces défis par eux-mêmes, et la responsabilité incombe donc de plus en plus au secteur privé et aux investisseurs, qui doivent contribuer à y remédier.

L’investissement d’impact, en particulier, commence à orienter les flux de capitaux essentiels afin de répondre aux défis sociaux et environnementaux majeurs auxquels nous sommes confrontés, mais il reste encore beaucoup à faire.

L’impact en bref

L’impact signifie investir dans des entreprises qui visent à obtenir des résultats sociétaux significatifs en relevant les principaux défis sociaux et environnementaux du monde, tout en produisant un rendement financier. Ces investissements peuvent être réalisés tant sur les marchés émergents que sur les marchés développés et ciblent un large éventail de domaines d’impact, qui peuvent comprendre, entre autres, les solutions climatiques, l’accessibilité des soins de santé, l’économie circulaire et l’éducation de qualité. Ces domaines d’investissement sont de plus en plus souvent aligné aux Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations unies, qui fournissent un cadre permettant d’évaluer et de mesurer l’impact.

Pourquoi l’impact est-il nécessaire?

Le monde est confronté à des défis réels et actuels. Alors que 20 des 22 dernières années ont été les plus chaudes depuis le début des relevés, les plus grands climatologues du monde ont confirmé qu’il ne nous restait qu’une douzaine d’années pour maintenir le réchauffement climatique à un maximum de 1,5°C. Le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat de l’ONU indique qu’au-delà, même un demi-degré aggraverait considérablement les risques de sécheresse, d’inondations, de chaleur extrême et de pauvreté pour des centaines de millions de personnes.

Mais nous ne sommes pas seulement confrontés aux défis liés au changement climatique. Le monde produit deux milliards de tonnes de déchets par an, et d’ici 2050, on estime que si nous continuons ainsi, il y aura plus de plastique dans les océans que de poissons (en poids).

Les facteurs sociaux, notamment l’éducation, la situation professionnelle, le niveau de revenu, le genre et l’origine ethnique, ont une influence marquée sur l’état de santé d’une personne, les inégalités en matière de santé ayant un coût financier important pour les sociétés, selon l’OMS. À titre d’exemple, le Parlement européen estime que les pertes liées aux inégalités de santé coûtent environ 1,4 % du produit intérieur brut (PIB) au sein de l’Union européenne – un chiffre presque aussi élevé que les dépenses de défense de l’UE (1,6 % du PIB). La Banque mondiale a déclaré que plus de 260 millions d’enfants dans le monde n’étaient pas scolarisés, alors que plus de la moitié de ceux qui étaient effectivement scolarisés n’apprenaient pas. La liste est encore longue.

C’est pour relever ce genre de défis sociétaux que les ODD ont été introduits en 2015. Il s’agit d’un appel universel à l’action pour mettre fin à la pauvreté, protéger la planète et faire en sorte que tous les peuples jouissent de la paix et de la prospérité – avec un calendrier qui va jusqu’en 2030.

Les 17 objectifs s’appuient sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement, tout en incluant de nouveaux domaines tels que le changement climatique, l’inégalité économique, l’innovation et la consommation durable parmi d’autres priorités. Les ODD fournissent également un cadre permettant d’obtenir des résultats durables et sont de plus en plus adoptés par les investisseurs et les entreprises comme moyen d’encadrer leurs activités durables, ou leur impact. Cela fournit un cadre d’investissement et de mesure solide, et aide les investisseurs à rester concentrés sur les questions les plus urgentes auxquelles la société et notre planète sont confrontées.

Pour atteindre ces objectifs, il a été estimé qu’environ 6 000 milliards de dollars par an devront être dépensés, mais le gouvernement seul ne peut pas payer cette facture – en fait, nous sommes face à un déficit de financement évalué à environ 2 500 milliards de dollars. C’est pourquoi le capital d’investissement d’impact est vital.

Challenges et opportunités

Les défis que représentent les SDG sont énormes, mais les opportunités associées et les récompenses potentielles le sont tout autant.

Un rapport de la Business & Sustainable Development Commission a révélé que la mise en place des SDG dans quatre domaines économiques seulement pourrait créer un gisement d’opportunités d’investissement, d’une valeur estimée à 12 000 milliards de dollars américains d’ici 2030. Le rapport souligne que, par exemple, la réalisation de l’objectif unique de l’égalité des sexes pourrait contribuer jusqu’à 28 000 milliards de dollars US au PIB mondial d’ici 2025, selon une estimation du McKinsey Global Institute.

Un regard plus attentif sur l’impact

L’investissement d’impact est devenu l’un des domaines de l’investissement responsable qui connaît la croissance la plus rapide (bien que partant d’une base faible), suscitant l’intérêt d’un ensemble d’investisseurs plus large que par le passé. En 2018, l’enquête du Global Impact Investing Network (GIIN) a révélé l’investissement d’impact représentait plus de 228 milliards de dollars US d’actifs d’investissement à impact, contre 114 milliards de dollars US en 2016.

Une partie de cette croissance est due à l’émergence de fonds d’actions cotés en bourse avec des mandats d’impact. Ils peuvent fournir des véhicules d’investissement liquides et ouverts, qui permettent une “démocratisation” de l’impact, permettant à tous que leurs investissements fassent une différence.

Différent de l’éthique ou de l’ESG

L’investissement d’impact est fondamentalement différent de l’investissement éthique traditionnel ou de l’investissement environnemental, social et de gouvernance (ESG) – même si la différence peut sembler subtile à première vue.

L’investissement éthique est à l’origine une question de filtrage négatif, mis en place pour correspondre aux valeurs des individus ou des institutions publiques et des fondations qui les représentent. L’investissement ESG adopte une approche plus large et intègre des considérations environnementales, sociales et de gouvernance aux côtés – ou au sein – de l’analyse financière. Elle cherche à intégrer dans le cadre d’investissement des questions telles que les droits des actionnaires, les considérations relatives aux parties prenantes et le risque de réputation. Souvent, ces stratégies comportent encore quelques exclusions fondamentales, mais l’accent est mis sur l’identification des risques et des opportunités “extra-financiers” auxquels une entreprise est confrontée dans le cadre de l’analyse financière plus traditionnelle.

Les fonds d’impact dans le domaine des actions cotées en bourse, quant à eux, doivent investir dans des sociétés qui ont l’intention explicite de s’attaquer à une série de problèmes sociétaux et environnementaux auxquels le monde est confronté, là encore, de plus en plus encadrés par les ODD Dans cette optique, il y a plusieurs domaines qui ont un impact sur les investisseurs et qui doivent être pris en compte, au-delà de l’analyse de l’investissement financier pour une entreprise.

Impact : quelles considérations?

Un élément que les investisseurs doivent prendre en considération est la notion d'”intentionnalité”. C’est le cas lorsqu’une entreprise s’engage spécifiquement à produire un impact particulier, cet objectif faisant partie de la déclaration de mission, de la stratégie et des opérations quotidiennes réelles de l’entreprise (l’impact par inadvertance ne compte pas). Il y a également intentionnalité du point de vue de l’investisseur, c’est-à-dire l’intention de générer un impact social ou environnemental positif par le biais d’un investissement. Pour y parvenir, les investisseurs doivent choisir activement les actions en raison de leur impact positif, plutôt que d’écarter des entreprises ou de choisir les moins mauvaises de chaque secteur.

Dans les investissements à impact traditionnel, l'”additionnalité” de l’investissement est également prise en compte – en identifiant et en signalant l’impact résultant de chaque, euro investi dans un projet.

Pour ce faire, nous pourrions nous demander en quoi le monde serait différent si cette entreprise particulière n’existait pas ou si elle n’était pas suffisamment financée, ou encore dans quelle mesure ses produits ou services sont reproductibles. Par exemple, un montant spécifique investi a permis à une entreprise de construire des logements sociaux pour 10 000 personnes, qui autrement n’auraient pas été construits. C’est l’additionnalité de l’investissement.

La “mesurabilité” est un autre facteur clé de différenciation entre l’impact et les autres formes d’investissement responsable. C’est l’un des principes centraux de l’investissement d’impact, et aussi l’un de ses aspects les plus difficiles, en particulier pour les investisseurs sur les marchés publics d’actions où la mesure peut être moins claire. Étant donné l’ampleur des défis auxquels le monde est confronté aujourd’hui, nous devons investir dès maintenant pour contribuer à protéger l’avenir de la planète et la place que nous y occupons. Les investissements d’impact devraient de plus en plus contribuer à trouver des solutions, et peuvent le faire tout en offrant des rendements intéressants aux investisseurs.

 

Pour plus d’informations sur les termes financiers utilisés dans cet article, veuillez consulter le glossaire.

 


La valeur et les revenus générés par l’actif du fonds fluctueront à la hausse comme à la baisse. Ainsi, la valeur de votre investissement pourra aussi bien baisser qu’augmenter. Rien ne garantit que le fonds atteindra son objectif et il est possible que vous ne récupériez pas la totalité de votre investissement initial.
La valeur liquidative des fonds pourra aussi bien baisser qu’augmenter. Ainsi, la valeur de votre investissement pourra aussi bien baisser qu’augmenter et il est possible que vous ne récupériez pas la totalité de votre investissement initial.
Les opinions exprimées dans le présent document ne sauraient en aucun cas constituer des recommandations, des conseils ou des prévisions.
Nous ne sommes pas autorisés à donner des conseils financiers. En cas de doute quant à la pertinence de votre investissement, nous vous invitons à vous rapprocher de votre conseiller financier.

Ce document financier promotionnel est publié par M&G International Investments S.A. Siège social : 16, boulevard Royal, L 2449, Luxembourg.