En 2014, le milliardaire chinois Jack Ma avait déjà battu le record de la plus grande introduction en bourse avec Alibaba (25 milliards de dollars). Avec l’IPO de Ant Group, il atteint de nouveaux sommets. Le taux de sursouscription chez les investisseurs institutionnels est estimé à 284 fois, du jamais vu…

Par Charles-Henry Monchau, CFA, CMT, CAIA – CIO de FlowBank

 

La plus grande introduction en bourse que le monde n’ait jamais connue

Les actions Ant Group seront cotées en bourse de Hong-Kong le 5 novembre. Lundi, le groupe chinois a fixé le prix de l’IPO à 34,5 milliards de dollars, ce qui valorise Ant Group à environ 313 milliards de dollars, soit la quatrième plus grande société financière au monde. Le groupe est désormais valorisé à une capitalisation supérieure aux plus grandes banques américaines (telles que Wells Fargo ou Goldman Sachs) ou encore celle de la Banque Industrielle et Commerciale de Chine, qui est la plus grande banque du monde en termes d’actifs. Ant Group va également battre le record détenu par Saudi Aramco concernant la plus grande introduction en bourse jamais réalisée. L’année dernière, le géant pétrolier avait levé 29,4 milliards de dollars lors d’une IPO portant sur 5% de ses titres.

Ant Group vise une double cotation à la bourse de Hong Kong et au marché STAR de Shanghai à 10,32 et 10,26 dollars par action, respectivement. Sur la base de ce prix, Ant Group se négocie à 48 fois les bénéfices des 12 derniers mois, 31 fois les bénéfices de 2021 et à 24 fois les prévisions pour 2022. À titre de comparaison, le multiple d’Alibaba est de 34 fois les bénéfices des 12 derniers mois.

Les actions ont trouvé preneurs rapidement, car cet événement était attendu depuis de nombreux mois. Pas moins de 1,000 investisseurs institutionnels ont manifesté leur intérêt pour l’introduction en bourse et le taux de sursouscription est estimé à 284 fois! Chez les petits porteurs, qui bénéficient d’un effet de levier plus que généreux (jusqu’à 33 fois), le titre est 64 fois sursouscrit.

Qui est Ant Group?

Créé en 2011, Ant Group est une société affiliée au groupe chinois Alibaba. Le groupe domine le marché chinois des paiements. En 2014, Alipay a été rebaptisée Ant Financial et a levé 4,5 milliards de dollars sur les marchés privés.

Ant Group est une société financière qui exploite Alipay, la plus grande plateforme de téléphonie mobile et de paiement au monde, Yu’e Bao, le plus grand fonds de marché monétaire au monde ainsi que diverses autres sociétés.

Pour le premier semestre 2020, le groupe a déclaré un bénéfice de 21,9 milliards de yuans (3,2 milliards de dollars US) pour un chiffre d’affaires de 72,5 milliards de yuans (10,6 milliards de dollars US). Ces chiffres représentent une progression du bénéfice de 1,000% en glissement annuel alors que le chiffre d’affaires a progressé de 50%.

Afin de mieux comprendre l’ADN du groupe, regardons de plus près ses principales divisions.

Alipay, le leader des services de paiement

Alipay a été fondée par le géant du commerce électronique Alibaba qui souhaitait introduire un nouveau mode de paiement sur sa plateforme. Au vu de son adoption rapide par les consommateurs, le service a été rapidement étendu à d’autres plateformes. À tel point qu’en 2009 la version mobile détenait pas moins de 75% des parts de marché, avant de se stabiliser aux alentours de 55% suite à l’essor de WeChat Pay.

Aujourd’hui, l’entreprise compte plus de 1,3 milliard d’utilisateurs actifs qui achètent toutes sortes de produits, du café aux voitures, en passant par l’immobilier. L’application a généré un volume de plus de 17,7 milliards de dollars au cours des 12 derniers mois.

Huabei et Jiebei, des géants du crédit

Vous n’avez pas suffisamment d’argent pour dépenser via Alipay? Qu’à cela ne tienne, il est toujours possible d’effectuer des achats sur Alibaba par exemple. Huabei et Jiebei proposent des prêts sans garantie-le premier se concentre sur les petites dépenses (téléphone, ordinateur, canapé) alors que le second offre des crédits sur des dépenses plus importantes telles que les voyages, l’éducation ou les autos.

Bien que Ant Group utilise une partie de sa propre réserve pour offrir ces prêts, la plupart des financements proviennent des banques, la plateforme opérant en tant qu’intermédiaire. Goldman Sachs prévoit que le montant des prêts pourrait atteindre 2’000 milliards d’ici 2021.

Le plus grand fonds monétaire au monde: Yu’ebao

Capitalisant sur les énormes rentrées d’argent transitant par Alipay, Yu’ebao est un fonds monétaire court terme qui permet aux utilisateurs d’engranger des intérêts sur les liquidités bloquées sur la plateforme. Yu’ebao s’est associé à Vanguard Group pour offrir un service de «robo-adviser» en plus des 20 gestionnaires d’actifs qui opéraient déjà sur la plateforme.

Yu’ebao s’est autoproclamé “fonds pour le peuple » car il a supprimé les barrières à l’entrée qui empêchaient la plupart des petits investisseurs d’obtenir des rendements supérieurs aux dépôts bancaires. En effet, vous pouvez investir à partir d’un yuan. Les actifs sous gestion du Yu’ebao Money Market Fund dépassent aujourd’hui les 173 milliards de dollars, ce qui en fait le plus grand fonds monétaire au monde.

Zhima Credit, l’agence de notation

En possession d’une énorme quantité de données basées sur les diverses activités de prêt et de paiement proposées via la plateforme, Ant Group a lancé un service de notation de crédit appelé Zhima Credit. Fondé en 2015, Zhima Credit est capable d’évaluer la solvabilité des clients de Ant Group avec une grande précision. Non seulement l’algorithme analyse vos dépenses et le paiement de vos factures, mais il prend également en compte votre niveau d’étude et le score de crédit de vos amis.

Les entreprises peuvent utiliser le service à un certain coût lors que les clients dont le score est suffisamment élevé peuvent renoncer à verser des arrhes pour la location de biens ou le séjour à l’hôtel.

L’assureur: Xianghubao

En 2019, la compagnie a décidé de se lancer sur le marché de l’assurance. L’idée est assez simple: les clients paient une petite somme mensuelle qui est mise en commun pour couvrir le traitement de maladies telles que le cancer, la maladie d’Alzheimer ou le virus Ebola. La compagnie propose également des primes d’assurance d’autres compagnies à prix réduit.

Avec un tarif à partir de 4 dollars par an, la société a attiré 150 millions d’utilisateurs en deux ans, qui peuvent bénéficier d’une couverture allant jusqu’à 42,000 dollars américains.

Revenus par division en 2017-2020 (source : The Economist)

La croissance devra aussi venir de l’international

La croissance phénoménale de Ant Group sera bientôt trop importante pour un seul pays, même s’il s’agit de la Chine. Ant Group doit donc s’exporter mais a dû retarder son expansion aux États-Unis en raison des tensions récentes entre les deux puissances. En 2018, Jack Ma avait promis de créer un million d’emplois aux États-Unis, mais malheureusement, il n’a pas pu tenir sa promesse.

En attendant, le groupe consolide sa présence en Asie, en s’associant à différentes «start-up» de paiement (Paytm, Gcash) ainsi qu’à des plateformes de livraison et d’autres «market place» et ce afin de couvrir une base de clients encore plus importante.

Tensions potentielles à venir

Une telle expansion ne peut bien sûr pas passer inaperçue. Les régulateurs chinois examinent de près le développement et les activités de la «fourmi» et pas toujours d’un bon œil. La banque centrale chinoise travaille également sur un nouveau projet de contrôle de la stabilité des systèmes de paiement-Yuan numérique-qui pourrait être très dommageable pour Ant Group.

Ant Group reste également préoccupé par les tensions entre les États-Unis et la Chine, car de nouvelles interdictions ou restrictions entre les deux puissances pourraient être très préjudiciables à leurs plans d’expansion.

En attendant, Ant Group se concentre sur son expansion dans le reste de l’Asie. Pour citer Citibank: “Ant Financial est en train de construire un empire des services”. Les limites de Ant Group sont d’ailleurs inconnues.

 

Rendez-vous sur www.flowbank.com

Sources