L'entrée de Rivian Automative en bourse marquera le plus grand IPO de l'année 2021 et fera sans doute basculer les dynamiques de l'industrie automobile à un moment où les constructeurs automobiles mondiaux sont tenus de suivre le rythme d'une électrification de plus en plus agressive et une pénurie de puces qui s'aggrave.

Par l’équipe éditoriale de FlowBank

Rivian n’a pas encore annoncé une date officielle pour son introduction en bourse, mais son entrée devrait avoir lieu d’ici la fin de 2021 et le début de 2022.

Trouver une place parmi les grands acteurs tels que Tesla ne sera pas une tâche facile, mais les fondamentaux de Rivian ainsi que sa valorisation semblent plus que prometteurs.

Bien que nous n’ayons pas encore d’évaluation officielle, les rapports publiés le mois dernier ont donné à l’entreprise une évaluation comprise entre 70 et 80 milliards de dollars. C’est plus que la capitalisation boursière de General Motors ou la capitalisation boursière combinée de Nio, Fisker, Caboo, Workhorse et Lordstown. Bien qu’il s’agisse d’un dixième de la capitalisation boursière actuelle de Tesla, l’évaluation initiale de Rivian est 350 fois de celle de Tesla au moment de son introduction en bourse en 2010.

De plus, Rivian ne s’attaque pas uniquement au segment des véhicules électriques, il s’attaque au segment des pick-up électriques et des SUV: un marché prometteur aux US. Et la compagnie à le vent en poupe.

Soutenu par de grands noms

Rivian a été fondée en 2009 et s’est concentrée sur les technologies des véhicules électriques et des capacités de conduite autonome – les deux étant aujourd’hui le principal objectif de l’industrie automobile. Rivian a d’abord travaillé sur un coupé sportif, puis a abandonné le projet et s’est concentrée davantage sur les pick-ups et les SUV.

Fin 2017, Rivian a annoncé que ses deux prototypes alpha étaient terminés et Sumitomo Corporation a fait un «investissement stratégique» dans l’entreprise. Moins d’un an plus tard, le pick-up R1T et le SUV R1S ont fait leurs débuts au salon de l’auto de Los Angeles, la production devant débuter en 2020.

Mais les choses ont commencé à s’accélérer pour Rivian en 2019 lorsqu’Amazon a annoncé qu’il investirait 700 millions de dollars dans l’entreprise en février, Ford 500 millions de dollars en avril, Cox Automotive 350 millions de dollars en septembre et T Rowe Price 1,3 milliard de dollars. Et la société a levé 2,65 milliards de dollars supplémentaires dans un autre tour d’investissement dirigé par T Rowe Price.

De plus, Amazon a commandé 100’000 camionnettes de livraison électriques à Rivian dans le cadre de son projet de convertir sa flotte de livraison à 100% électrique d’ici 2030.

Parmi les autres grands noms qui soutiennent Rivian, citons Blackrock, Soros Fund Management et Fidelity.

Cela étant dit, l’histoire nous enseigne qu’être soutenu par les plus grands n’est pas nécessairement un gage de qualité et de viabilité. Nous nous souvenons tous de l’histoire de Theranos, qui a été soutenue par les investisseurs les plus connus, mais qui n’a finalement été qu’une arnaque résultant par une perte de plusieurs milliards de dollars. Mais à priori, ça ne sera pas le cas de Rivian!

Quelques soucis sur le chemin, mais le premier truck est bien là!

Hélas, les temps sont durs pour l’industrie automobile.

Rivian prévoyait d’expédier sa première livraison R1T en juin 2021, mais celle-ci a été retardée en août 2021, puis en septembre en raison d’une pénurie mondiale de puces électroniques.

L’annonce de l’introduction en bourse de Rivian est donc venue à un moment délicat, alors que les premières livraisons ont été reportées pour la deuxième fois. Mais finalement, mardi dernier, le PDG de la compagnie a annoncé la bonne nouvelle sur Twitter: le premier pick-up R1T d’un client a quitté la chaîne de production de l’usine de Normal, à l’Illinois.

2021.09.21.Rivian

Ainsi, Rivian est devenu le premier producteur de pick-up électrique, devançant ses plus gros concurrents tels que Tesla et GM. Cependant, la pénurie de puces reste un casse-tête pour l’ensemble de l’industrie automobile à travers le monde.

Toyota a récemment annoncé une réduction de 40% de sa production en septembre et Ford a avisé l’arrêt de la production de son pick-up F-150 et d’autres modèles très rentables en raison de la pénurie mondiale de puces, également. Pourtant, les réservations de F-150 ont atteint les 150’000 véhicules, preuve que la demande de pick-ups électriques est bel et bien croissante.

Par conséquent, l’entrée de Rivian en Ligue des Champions pourrait aller dans les deux sens. Nous pourrions voir le cours de l’action monter en flèche, comme cela a été le cas pour de nombreuses introductions en bourse en 2021, les investisseurs cherchant désespérément à placer les liquidités bon marché supplémentaires des banques centrales vers de nouvelles opportunités. Mais cela peut aussi aller dans le mauvais sens.

Partons vers le nord, ou vers le sud?

Les dernières entrées sur le marché du segment des pick-ups électriques ne se sont pas bien passées. Canoo a plus que doublé son prix d’entrée en décembre 2020, puis a chuté de plus de 25% en août. Et Lordstown a triplé son prix d’entrée et testé les $30 par action en septembre, novembre 2020 et février 2021, puis a plongé en dessous du niveau de $5 en août dernier, ainsi perdant plus de 80% de la valorisation par rapport à son sommet. La descente aux enfers de Lordstown a certes été amplifiée par la nouvelle que la société n’avait pas d’ordres contraignants.

Parmi les autres fabricants de véhicules électriques, Nikola qui a flirté avec des niveaux supérieurs à $90 se négocie désormais près de $10 sur des allégations de fraude affirmant que l’entreprise nageait dans un “océan de mensonges”, tandis que Lucid Motors est toujours au-dessus de son prix d’émission, mais se négocie avec 75% de remise par rapport à son pic de février. Lucid Motors n’a pas encore livré une seule voiture à un client, non plus.

Ainsi, les débuts sur le marché des startups EV concurrentes ne se sont pas toujours bien passés. Il y a eu un certain nombre d’allégations de désinformation et de fraude autour des entreprises, ce qui a certainement donné froid aux investisseurs.

Mais Lordstown, Canoo, Lucid Motors et Nikola sont tous entrés en bourse via une SPAC, qui sont des sociétés à vocation spécifique, une sorte de “coquille” dont les titres sont émis en bourse en vue d’une acquisition future, mais qui ne demandent pas les vérifications nécessaires garantissant la solidité et la viabilité des entreprises sous-jacentes.

Ainsi, ces producteurs de voitures électriques se sont vus catapultés en bourse sans une analyse raisonnable. Donc les problèmes qui sont survenus ne devraient pas surprendre.

Rivian, en revanche, a choisi la voie traditionnelle pour une introduction en bourse, ce qui pourrait donner une certaine tranquillité d’esprit aux investisseurs sur la viabilité du modèle d’affaires de Rivian et son potentiel. De plus, son premier pick-up est bel est bien là avant son entrée en bourse.

Rivian est-il un bon achat?

Le secteur des véhicules électriques sera certainement à la hausse au cours de la prochaine décennie en raison d’une migration rapide des véhicules à combustibles fossiles aux véhicules électriques. Le secteur offre donc un bêta intéressant aux investisseurs. Cependant, choisir les entreprises prometteuses sera le véritable défi de la course des véhicules électriques vers le sommet.

D’après les informations dont nous disposons aujourd’hui, Rivian pourrait être un candidat intéressant pour un portefeuille de véhicules électriques, cependant, le temps nous dira si l’entreprise prospérera ou sera à la traîne par rapport à une concurrence qui sera inévitablement de plus en plus féroce au cours de la prochaine décennie.

 

NB : Il n s’agit pas de recommandations d’investissement

 

Rendez-vous sur www.flowbank.com